mardi 12 août 2014

Le Mois Sherlock #2: Un certain Dr Watson, de David Stuart Davies.

Bannière par Psychic-TV.

Bonjour à tous et à toutes, mes amis lecteurs!

J'espère que vous allez bien et que ce début de semaine commence bien pour vous! Je suis ravie de vous retrouver en ce mardi pour une nouvelle chronique, la deuxième de notre mois consacré au détective le plus célèbre de la fiction, j'ai nommé Sherlock Holmes! Après un petit détour par la série BBC Sherlock, dont la modernité et l'originalité expliquent en partie le succès, je vous propose de nous pencher aujourd'hui sur un livre un peu spécial. Pourquoi spécial? Parce qu'il s'agit d'une aventure de Sherlock Holmes, mais qui n'a pas été écrite par Arthur Conan Doyle: depuis la mort de l'auteur, nombreux sont les écrivains qui ont repris ce héros, que ce soit pour écrire des parodies, ou des suites. Le livre du jour, c'est Un certain Dr. Watson, de David Stuart Davies, une réécriture des premières aventures de Sherlock Holmes. Bonne lecture à tous :)

Les articles Sherlock sur le blog:
Depuis quelques temps, j'ai décidé de me replonger dans l'oeuvre d'Arthur Conan Doyle autour de Sherlock Holmes, et aussi de consacrer à ce personnage un mois à thème. Vous pouvez donc déjà retrouver plusieurs articles à ce sujet sur le blog, articles que je vous invite à retrouver grâce au lien ci-dessous!



David Stuart Davies, c'est qui?
Commençons cette chronique par un point important: l'auteur! Comme je l'ai mentionné plus haut, notre auteur du jour, ce n'est pas Arthur Conan Doyle, papa de Sherlock Holmes, mais David Stuart Davies.
Né en 1946, David Stuart Davies s'est d'abord tourné vers le professorat pour enseigner la littérature. Cette dernière est pour lui une véritable passion, et c'est donc tout naturellement qu'il se lance dans l'écriture et la publication. Mais attention, il n'écrit pas n'importe quoi, non, il a décidé de se consacrer en partie à Sherlock Holmes. Il est en effet fou du détective, et écrit donc des livres autour de son univers: des romans, sous le titre de "The Further Adventures of Sherlock Holmes" (The Veiled Detective, The Scroll of the Dead, ou celui que nous allons aborder aujourd'hui), ainsi que des essais, notamment autour des adaptations de Sherlock Holmes.
En France, certains de ses romans sont publiés chez Fetjaine.


Un certain Dr Watson:
Résumé:



1880. Pour John Walker, la vie n'est pas vraiment rose. Ce médecin militaire vient de se faire renvoyer de l'armée pour faute grave, et est obligé de rentrer en Angleterre, déshonoré, fauché, et désespéré. Pendant le trajet en bateau qui le ramène dans son pays natal, il rencontre un homme avec lequel il sympathise, et qui lui promet de l'aider. En réalité Walker est tombé entre les mains de l'un des sous-fifres du Professeur Moriarty, un incroyable cerveau criminel qui gère tout un réseau de vols, arnaques manipulations et autres affaires frauduleuses. Moyennant une nouvelle réputation et une rémunération, Walker devient Watson et doit espionner un jeune homme au génie prometteur qui pourrait mettre à mal les plans de Moriarty: Sherlock Holmes...


Un retour aux sources:
Holmes et Watson. Watson et Holmes. Un duo incontournable de la littérature. Il est rare de penser à l'un sans penser à l'autre. Ces deux héros se sont rencontrés pour la première fois dans A Study In Scarlet, alors que chacun cherchait un colocataire afin de payer un loyer moins élevé. Une rencontre bienheureuse entre un médecin sympathique et un détective aux méthodes uniques qui allait se transformer en une amitié solide qui traverse les années sans cesser d'exister.

David Stuart Davies nous propose, avec Un certain Dr Watson, de revenir en arrière et de reprendre avant le début de la relation que nous connaissons. Son postulat: et si le docteur Watson avait été une personne légèrement différente? Un Watson au passé et aux motivations plus troubles que le personnage original. Le but de ce changement est de proposer une version alternative de la relation entre Sherlock Holmes et John Watson, et de donner à l'ensemble un ton un peu plus dramatique, plus noir. 

John Watson apparait donc sous une première identité, celle de John Walker. Son nom sera ensuite modifié pour devenir le John Watson que nous connaissons si bien ("Elementaire, mon cher Watson"). L'intrigue démarre alors qu'il est en Afghanistan, en pleine guerre: en tant que médecin militaire, il se doit de soigner les soldats blessés au combat. Dans le canon original, Watson est lui-même blessé et rapatrié en Angleterre. Ici, l'histoire de Watson est un peu moins glorieuse: à cause de certains événements que je vous laisse découvrir, il est renvoyé de l'armée pour faute grave et expédié comme un moins que rien dans son pays natal. Le background du personnage est déjà un peu terni par rapport à ce qu'on en connait. Mais cela ne s'arrange pas lorsqu'il rencontre un "méchant" culte de l'univers de Sherlock Holmes: Moriarty.

Moriarty, génie du crime:
Aaaaaaah Moriarty! Si vous vous intéressez un peu à l'oeuvre de Arthur Conan Doyle, ou que vous avez vu quelques unes des adaptations des enquêtes de Sherlock Holmes, il est fort probable que vous connaissiez ce personnage. 

Dans le canon original, Moriarty est un personnage qui apparait bien plus tardivement que dans le roman de David Stuart Davies, et même si on a l'impression, en raison de sa renommé, qu'il est PARTOUT, il est en fait présent dans un petit nombre seulement d'histoires. Néanmoins, son importance reste grande.

James (ou parfois Jim) Moriarty est surnommé dans l'oeuvre de Arthur Conan Doyle "le Napoléon du crime". Extrêmement intelligent, cultivé et calculateur, il a choisi de mettre son génie au service du crime en montant un réseau criminel des plus impressionnants. C'est, en gros, l'inverse de Sherlock, sa nemesis: certains spécialistes de Sherlock Holmes avancent même l'hypothèse selon laquelle notre héros aurait en fait été schizophrène et qu'il était à la fois Moriarty et Sherlock Holmes. Une théorie intéressante! 

James Moriarty est assez fréquemment présent dans les adaptations de Sherlock Holmes puisqu'il est reconnu comme étant THE BEST VILLAIN de l'univers de la galaxie. Je vous ai déjà parlé d'Andrew Scott dans Sherlock, mais j'ai aussi appris que Natalie Dormer (qui est une actrice qui pète un peu la classe. Franchement. J'adore cette actrice. VRAIMENT) l'interprétait aussi dans Elementary

Mon avis sur ce livre:
Bon. Vous l'aurez peut-être remarqué si vous passez sur le blog depuis quelques mois, je suis prise ces derniers temps d'une folie Sherlock. Mi par passion mi par obligation. Du coup, dès que mon regard tombe sur le moindre objet faisant référence de près ou de loin à Sherlock Holmes, à Arthur Conan Doyle ou les détectives, je fonds dessus tel un rapace qui crève de faim. Autant vous dire que lorsque ma mamie adorée m'a offert Un certain Dr Watson, j'étais ravie! J'avais hâte de le lire, et le garder en prévision du mois Sherlock Holmes fut difficile. Enfin, après des semaines d'attente, j'ai pu me plonger dedans! Qu'en ai-je pensé? Et bien... Bof. Je dois avouer être plutôt déçue de ma lecture d'Un certain Dr Watson, malgré un gros potentiel. Voici pourquoi.

Au tout début de ma lecture, j'étais plutôt enthousiaste. L'idée de découvrir une histoire plus centrée sur Watson que sur Holmes me plaisait bien: c'est un personnage que j'apprécie beaucoup, et je trouve que parfois son importance est un peu sous-évaluée. Watson est important à plein de niveaux: il est le narrateur de la plupart des histoires de Sherlock Holmes, il est son plus proche ami et l'aspect relationnel entre les deux personnages est capital. Le point de départ du livre me parlait, et j'étais curieuse de voir cette version "et si Watson était un imposteur" avec en tête cette idée qu'on connait Watson pour sa loyauté envers Sherlock.

Le problème, c'est que cet aspect prometteur en reste, pour moi, là. Le début est assez entraînant et donne envie de découvrir la suite, mais au bout de quelques pages, le rythme retombe. J'ai vraiment eu une sensation de lenteur pendant la première partie du livre, j'avais du mal à avancer dans ma lecture. Je pense que cela vient du fait qu'il y a plusieurs narrations en même temps: nous avons deux récits à la troisième personne, celui autour de Sherlock, et celui autour de Watson. A cela, on ajoute les extraits du journal du Watson, qui répètent un peu des éléments qu'on connait déjà, ce qui crée un effet de redondance pas super agréable. On a l'impression de ne pas avancer...

Et cet effet de redondance, on le retrouve aussi dans le reste du livre. David Stuart Davies a choisi de ré-écrire les premières aventures de Sherlock Holmes et Watson, à savoir entre autres A Study In Scarlet. Ayant relu ce livre il y a peu, j'ai vraiment eu encore une fois l'impression de ne pas avancer, de ne pas découvrir quelque chose et de nouveau, bref, je n'ai pas eu de grosses surprises avec ce livre.

Encore une fois, c'est dommage, parce que le potentiel était grand au départ! En y réfléchissant, je pense que j'aurais davantage apprécié le livre avec un autre système de narration, en reprenant peut-être la narration à la première personne de Watson, typique des récits de Arthur Conan Doyle.

Ce n'est pas un livre que je regrette d'avoir lu, parce qu'il a quand même le mérite de proposer une vision un peu différente du personnage de John H. Watson, un point que je trouvais intéressant. Mais pour le reste, je n'ai pas été conquise. Je sais que David Stuart Davies a écrit d'autres romans pour sa saga des nouvelles aventures de Sherlock Holmes: je me tâte pour en lire un autre, peut-être The Scroll of the Dead, histoire de voir ce que ça donne...

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! Si vous avez lu ce livre, ou un autre roman de David Stuart Davies, n'hésitez pas à me laisser vos impressions en commentaire, je suis curieuse de savoir ce que vous en pensez! J'espère que cet article vous a plu, on se retrouve d'ici quelques jours pour une nouvelle chronique! En attendant, prenez soin de vous :)

AnGee Ersatz*




6 commentaires:

  1. Tes chroniques sont toujours super intéressantes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :D ça me fait très plaisir!

      Supprimer
  2. Oh dommage, il avait l'air super ce livre ! Maintenant dès que je lis Watson, je pense à Martin Freeman mdr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aha, la même, on pense qu'à lui xD. Après il te plaira peut-être mais pour moi ça a été un flop :/

      Supprimer
  3. J'ai appris des choses en lisant ton article! Merci <3

    RépondreSupprimer

Si vous avez aimé...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...