lundi 25 mai 2015

Vadrouille: Sur les traces de Sherlock Holmes à Meiringen!



Bonjour à tous et à toutes!

Je vous souhaite la bienvenue sur le Livroscope! Je suis ravie de vous retrouver en ce début de semaine pour l'avant-dernière chronique du mois (oui, déjà, ça passe vite!). Et cette avant-dernière chronique est un peu spéciale, puisqu'il s'agit d'une chronique Vadrouille: aujourd'hui, je vais vous emmener en voyage avec moi, à la découverte d'un lieu magnifique et qui ravira les fans du célèbre détective crée par Arthur Conan Doyle, Sherlock Holmes! En effet, pour mon mémoire (et pour mon plaisir personnel), je me suis rendue la semaine passée en Suisse, à Meiringen, pour visiter les spectaculaires chutes du Reichenbach, ainsi que le musée Sherlock Holmes de la ville. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une très bonne lecture! :)

Si vous avez envie de lire d'autres articles sur Sherlock Holmes, cliquez ici!

Sherlock Holmes en Suisse: The Final Problem:
Mais pourquoi, me direz-vous, trouve-t'on un musée Sherlock Holmes en Suisse? Nous voilà loin des rues du Londres victorien!
Si la présence de Sherlock Holmes en Suisse peut sembler surprenante, elle est cependant tout à fait justifiée par le canon lui-même. En effet, c'est en Suisse que s'est déroulé l'un des événements les plus marquants des aventures du détective: son combat à mort avec son ennemi juré, le Professeur Moriarty, dans "The Final Problem", nouvelle publiée en 1893.
Depuis la fin des années 1880, Arthur Conan Doyle connaissait un succès grandissant grâce à Sherlock Holmes. Cependant, ce succès pesait de plus en plus lourd sur ses épaules, car il considérait Sherlock Holmes comme ce qu'il écrivait de moins bon et de moins intéressant. Il décida donc de "tuer" son personnage en 1893, pour pouvoir passer à autre chose.
"The Final Problem" raconte l'affrontement final entre Sherlock Holmes et Moriarty, affrontement qui se déroule aux chutes du Reichenbach, en Suisse, où Doyle avait séjourné quelques temps auparavant. Si le détective revint quelques années plus tard, Meiringen et les chutes sont aujourd'hui un lieu de pèlerinage pour les fans de Holmes!

Le déroulement de ma journée:
Après trois heures de route, je suis arrivée avec mes grands-parents dans la matinée à Meiringen. La ville est située dans un cadre époustouflant, entourée de montagnes enneigées et de chutes qu'on peut apercevoir un peu partout. Nous nous sommes un peu perdus dans les rues de Meiringen, mais nous avons fini par arriver là où se trouve le funiculaire pour monter jusqu'aux chutes du Reichenbach, notre première étape.


Après avoir pris nos tickets (l'aller-retour par personne est de dix euros ou dix CHF), nous voilà partis! Et la montée est franchement impressionnante, on grimpe vraiment en pleine nature. Lorsqu'on arrive au sommet, on sent la différence de température (on perd plusieurs degrés, et le temps est très humide, en raison des chutes), mais on est aussi secoué par la beauté du paysage! Le cadre est magnifique, les chutes sublimes, et on voit la vallée en contrebas. Pour les amateurs de Sherlock Holmes, il y a plusieurs choses à voir: une petite galerie avec quelques informations sur les chutes et sur Sherlock Holmes (avec notamment des photos d'une reconstitution du combat entre Holmes et Moriarty); une petite silhouette du détective, et surtout une randonnée pour aller jusqu'au lieu de l'affrontement, indiqué par une étoile blanche. En raison du mauvais temps, nous avons préféré visiter la galerie et éviter la promenade. Nous sommes ensuite redescendus par le funiculaire, pour passer à la seconde étape de notre voyage: le musée Sherlock Holmes.


Situé au centre-ville, dans l'ancienne église anglicane, le musée Sherlock Holmes peut sembler petit à l'extérieur, mais contient une collection plutôt impressionnante. Pour seulement quatre euros/CHF, le visiteur pourra découvrir énormément de choses: tout d'abord ce cadre particulier de l'église anglicane, un lieu plein de charme. Ensuite, un escalier nous présente des reproductions et documents autour de Sherlock Holmes et d'Arthur Conan Doyle. Le sous-sol s'ouvre sur une première petite salle, avec quelques documents, comme une carte de Suisse avec le trajet possible de Sherlock en Suisse, ainsi qu'un papier officiel signifiant que le détective est un résident d'honneur de Meiringen. La seconde salle est-elle remplie de vitrines: chacune de ces vitrines contient de très nombreux objets de collection, avec des éditions originales du Strand Magazine, un costume de Bobby victorien, des lettres d'admirateurs du détective, ou encore des timbres. Une belle collection, qui raviront les amateurs! Pour conclure, la visite se termine sur un chef d'oeuvre: une reconstitution du salon de Sherlock et John à Baker Street, la première du genre. Elle a été réalisée avec énormément de soin, grâce à une étude minutieuse du canon et des illustrations originales, et du mobilier d'époque. C'est un travail incroyable, on s'y croyait! Le gros point fort: un audioguide est fourni à l'entrée, et il regorge d'informations et de détails sur la visite.
Avant de vous dire ce que j'ai pensé de ce voyage, je vous laisse découvrir encore quelques photos de la visite:





Ce que j'en ai pensé et quelques conseils:
Je pense que vous vous en doutez: mon avis sur cette journée de voyage est extrêmement positif. J'ai passé d'excellents moments, dans un cadre absolument splendide. Voici donc ce que j'en ai pensé en détails, mais aussi quelques conseils si vous comptez vous rendre aussi à Meiringen un jour.

Le premier point que j'ai adoré, c'est le lieu en lui-même. Meiringen est une petite ville qui ne manque pas de charme, et qui est située dans des paysages splendides, dans la région des lacs. Si vous avez l'occasion de rester plus longtemps, les paysages vraiment le détour: on est dans un décor de cartes postales! Et cette impression s'est confirmée lorsque nous sommes arrivés en haut des chutes: même si la météo n'était pas au top, la vue est franchement spectaculaire, et on peut voir les montagnes enneigées. Un cadre naturel, et époustouflant! 

Le musée est mon gros, gros coup de coeur: la visite dure environ 45mn, une heure, avec un audioguide fourni, et c'est vraiment une visite passionnante. Il y a une grande quantité d'objets présentés, l'audioguide est de qualité, et même si vous êtes déjà calés sur Sherlock Holmes et Arthur Conan Doyle, vous serez sûrement éblouis par la reproduction du salon de Baker Street. On sent le travail qu'il y a eu derrière cette pièce, un soin très important a été apporté aux détails, et c'est le clou du spectacle. J'ai été très impressionnée par cette visite, que je recommande à 100%! A noter que devant le musée, on retrouve également une statue du détective, pour ceux qui aimeraient une photo souvenir.

J'ai aussi trouvé les visites assez abordables: le funiculaire et le musée nous ont coûté quatorze euros par personne, en sachant qu'il existe également un forfait à onze euros pour les deux. C'est plutôt correct, surtout pour ce qu'on voit! 

Mon seul petit bémol, c'est qu'au sein de Meiringen, il est assez difficile de se repérer: les panneaux pour le funiculaire ou le musée étaient tous petits, et nous nous sommes perdus plusieurs fois. Une signalisation un peu plus visible serait la bienvenue! A noter qu'il est aussi dommage que le funiculaire ne propose pas le forfait musée + funiculaire pour onze CHF, ce forfait n'est disponible qu'au musée.

Pour terminer, quelques conseils si vous souhaitez vous rendre à Meiringen:
-Premièrement, si vous ne parlez pas allemand, pensez à prendre un petit dictionnaire ou guide de conversation avec vous. Meiringen se situe en Suisse allemande, et si avez besoin d'informations ou des questions, ça peut vous être utile! 
-Avant de partir, essayez de convertir de l'argent pour votre voyage. Certains magasins ou restaurants prennent l'euro, mais il vaut mieux avoir un peu de monnaie CHF avec vous. 
-Si vous cherchez un restaurant ou un endroit pour boire un café à Meiringen, je vous recommande le restaurant Kristall, juste à côté du musée Sherlock Holmes: nous avons été super bien accueillis!
-Pour finir, si c'est possible, essayez d'y aller un jour où il fait vraiment beau et chaud: en raison de l'humidité des chutes, la température descend de plusieurs degrés, et pour la randonnée c'est pas top!




Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! En bref, j'ai adoré cette vadrouille à Meiringen, et j'espère y retourner un jour. Je recommande vivement la visite de ce lieu si vous aimez le détective! On se retrouve très vite pour la dernière chronique du mois, qui sera la dernière chronique du cycle Kirsten Dunst. En attendant, comme toujours, prenez soin de vous et lisez beaucoup :).

AnGee.


vendredi 22 mai 2015

Psychic TV présente: Sam & Max: Police Freelance, de Steve Purcell.



Sam and Max : Police Freelance.
De Steve Purcell.
Réedité aux éditions Onapatut, Best Of contenant la majorité des vieilles bandes dessinées Sam and Max.

Pour cette nouvelle review, je vais m'attaquer à un duo de personnages que j'ai d'abord connu via le jeu vidéo, alors que leur origine est toute autre. Car oui, avant que LucasArts / Telltale Games leur donne une nouvelle visibilité avec des point and click de très bonne qualité, Sam and Max étaient des personnages de bande dessinée, hauts en couleurs et adeptes de l'absurde. Et le livre aujourd'hui mentionné est un recueil de strips / histoires courtes de Sam and Max, toutes plus farfelues les unes que les autres.



Nés de l'esprit de Steve Purcell en 1987, nous avons Sam, le chien détective en costume avec un chapeau mou à la fois réfléchi et à la logique douteuse, et Max, le lapin hyperactif, aux accès psychotiques et complètement imprévisibles, armé d'un Pistolet Luger qu'il sort d'on ne sait où.
Tous deux forment la Freelance Police, une police indépendante a peine reconnue par la police officielle, en se payant le luxe d'agir aussi bien aux limites de la légalité que dans des affaires sordides.

Leurs histoires (qui ont réellement été connues quand LucasArts a sorti le premier point and click dédié à la licence en 1983) sont pleines d'aventures où Sam et Max, entre leur voisin qui se bastonne toujours avec des criminels dans son bureau, leur voiture à l'entretien douteux tout comme leur bureau, et leur usage parfois disproportionné et absurde de la force, vont résoudre des situations rocambolesques qui vont parfaitement avec l'humour des deux personnages, entre blagues au goût prononcé et des punchlines sans aucun sens. Entre le Polar de Série B, la science fiction kitsch et les  stéréotypes de cinéma, nos deux héros malgré eux vont sauver la situation, très souvent de manière totalement inattendue et imprévisible (Par exemple, leur bourreau qui est pris d'une combustion spontanée, ou qui subit l'attaque de poulpes intelligents)

Totalement en noir et blanc, avec un style cartoon se déroulant dans un New York des années 80-90, Sam et Max, c'est de la tranche de rire et de la surprise à chaque page. En se demandant si Max va mordiller tout ce qui bouge (ou pire), pendant que Sam trouve les affaires qui les emmèneront à l'aventure. De plus, les personnages sont attachants, drôles, et même si vous n'avez pas fait les point and click (faut que je les fasse), vous pouvez vous lancer dans ce recueil d'histoires toutes plus folles les unes que les autres, ponctuées de références pop-culture, de pages « conseils pratiques et absurdes » qui sont raccord avec l'histoire et ses ellipses : C'est fait pour que vous passez un bon moment, pour détendre les zygomatiques, et se demander ce qui se passe et chercher une cohérence alors que la situation est résolue de la manière la plus drôle et absurde possible. 


J'espère que cette petite review vous a donné envie de découvrir la série, de plus cette version compilée n'est pas très chère : n'hésitez pas si vous voulez vous lancer dans cet univers barré !

Psychic TV.

mardi 19 mai 2015

(LC/Partenariat Livraddict) Essais Choisis de Virginia Woolf.



Bonjour à tous et à toutes!

Je vous souhaite la bienvenue sur le Livroscope! J'espère que vous allez bien et que vous passez une bonne semaine. Aujourd'hui on se retrouve pour un article un peu particulier, puisqu'il s'agit d'une lecture qui est à la fois une Lecture Commune et un partenariat auquel j'ai participé via Livraddict. Cette lecture est un recueil d'essais de Virginia Woolf, publié chez Folio. Je connais principalement Virginia Woolf pour ses oeuvres de fiction, comme Mrs Dalloway ou The Waves, et du coup j'avais très envie de découvrir son travail sous un jour différent. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

Merci à la team Livraddict et aux éditions Folio!

La lecture commune et partenariat:
Avant d'entrer dans le vif du sujet, petit point concernant cet article. Comme je l'ai mentionné un peu plus haut, j'ai lu les Essais Choisis de Virginia Woolf dans le cadre d'un partenariat organisé par le site Livraddict, qui en propose très régulièrement à ses membres. Si vous souhaitez avoir plus d'informations sur les modalités pour participer à ces partenariats, je vous conseille de suivre le lien ci-dessous, qui vous mènera au site de Livraddict:


Cette lecture est également une Lecture Commune faite avec deux autres blogueuses, à savoir tachas de Marmelade de Livres et CharlotteBokeuse. J'ai pris beaucoup de plaisir à faire cette lecture avec elles, et je vous laisse ici les liens pour découvrir ce qu'elles en pensent:


Virginia Woolf, c'est qui?
Entrons dans le vif du sujet avec notre auteure du jour, Virginia Woolf! J'ai déjà eu l'occasion de vous parler de Virginia Woolf sur le blog à plusieurs reprises, pour parler de Mrs Dalloway mais aussi lors de l'un des numéros du Cinq Classiques sur. Pour ceux que ça intéresse, j'avais également réalisé une petite vidéo sur cette auteure il y a quelques mois, que vous pouvez retrouver ci-dessous, avec le lien vers mes précédentes chroniques sur Virginia Woolf!




Essais Choisis:
Quatrième de couverture:
Outre la grande romancière qu'on connait, Virginia Woolf fut aussi une formidable essayiste. Comptes rendus, essais esthétiques, pièces plus expérimentales ou plus personnelles: ces textes nous dévoile le dialogue ininterrompu de Woolf avec la littérature - celle de ses contemporains comme celle des classiques. On découvrira aussi une femme engagée - pour la cause des femmes, pour le monde ouvrier, contre la guerre. L'essai est pour Woolf un lieu de confrontation avec la tradition littéraire, la culture mais aussi la société. Elle y affute ses arguments, peaufine son style, travaille sa voix. Inlassablement, Woolf réinvente les possibles de l'écriture.


Petite présentation du recueil:
Comme il est mentionné dans la quatrième de couverture, l'oeuvre de Virginia Woolf est assez dense, entre ses romans et ses essais. Ici, ce sont ces derniers qui nous intéressent. Dans la préface, rédigée par Catherine Bernard, la traductrice, on nous explique qu'il a fallu faire un choix parmi la large production d'essais de Woolf et également les classer.
Les différents essais de ce livre sont répartis en quatre catégories. Tout d'abord, la catégorie "La lectrice" est une catégorie tournant autour de la littérature, et plus particulièrement autour des expériences de lecture de Woolf elle-même. Les essais de cette première catégorie portent principalement sur des auteurs bien précis, et surtout sur des auteurs considérés comme "classiques": on peut mentionner par exemple Montaigne, Jane Austen ou les Soeurs Brontë. Certains essais sont plus thématiques, plus généraux, comme celui sur la littérature russe. Dans ces essais, Virginia Woolf s'intéresse au statut des classiques et au travail de l'écrivain, au procédé d'écriture.
La seconde partie s'intitule "Formes de la modernité". Les essais ici se focalisent toujours sur la littérature et l'écriture, à la différence que c'est surtout l'histoire et l'évolution de la littérature qui sont le centre du propos de Woolf. Elle s'intéresse notamment à la fiction moderne et aux difficultés rencontrées par les auteurs de son temps. Elle traite également du développement de certaines formes d'écriture, comme l'essai ou la biographie, ainsi que le statut d'autres formes d'art, tel la musique ou le cinéma, tout nouveau à l'époque.
"Expérience et écriture", troisième partie de ce recueil, rassemble des textes un peu plus expérimentaux. Plusieurs d'entre eux sont des récits de voyage, ou plus précisément des réflexions sur le voyage, mais on y trouve également "De la maladie", qui traite de notre vision du monde lorsque nous sommes malades.
Enfin le lecteur découvre la dernière partie du recueil, "Dire son temps". Les différents essais de cette dernière partie nous présentent une partie du monde dans lequel Woolf vivait, un monde en guerre et en mutation sociale. Les essais parlent par exemple du monde ouvrier, mais aussi de la guerre et de la place des femmes.
Pour conclure, le recueil se termine par des annexes, comprenant une chronologie de la vie de l'auteure, une bibliographie sélective, ainsi que des très nombreuses notes sur les différents essais.

Ce que j'en ai pensé:
L'un des essais porte par exemple sur Jane Austen.
Virginia Woolf est une figure très connue de la littérature britannique, mais pendant longtemps, ma connaissance de cette auteure se limitait principalement à l'histoire (tragique) de sa vie, et à ses oeuvres de fiction, comme The Waves et Mrs Dalloway. Je savais qu'elle avait écrit de très nombreux essais, mais n'avais pas encore eu l'occasion de m'y mettre sérieusement. J'étais donc assez curieuse et impatiente de me plonger dans ces Essais Choisis, d'autant plus que j'essaie de lire davantage d'essais ces derniers temps. Alors, qu'a donné ma lecture de ces essais de Virginia Woolf? Et bien j'ai beaucoup aimé découvrir ce recueil, qui a été pour moi une lecture passionnante. 

Le premier point que je souhaite aborder concerne le choix des essais. On nous précise dans la préface que Virginia Woolf a écrit énormément d'essais au cours de sa vie, et qu'il a donc fallu faire un choix pour sélectionner et organiser les essais. Ce que j'ai apprécié, c'est que ce recueil est à la fois cohérent et varié: cohérent, car on retrouve en fils rouges des thèmes comme la lecture, l'écriture, le passage d'une génération classique à une nouvelle génération, qui nous guident et nous donnent l'impression qu'on va dans une direction bien précise. Mais le recueil est aussi varié, car les essais portent sur une multitude de sujets: des auteurs, le voyage, la maladie, la guerre... J'ai aimé le choix des thématiques, et en particulier celui de l'écriture et de la lecture. La première partie, "La lectrice", est d'ailleurs ma préférée et m'a donné envie de me (re)lire certains des auteurs présentés. 

J'ai donc apprécié le choix des essais et des thématiques, mais j'ai aussi apprécié découvrir Virginia Woolf sous un jour un peu différent. Comme je l'ai mentionné un peu plus haut, je connaissais surtout ses oeuvres de fiction, qui ne sont pas forcément évidentes à aborder. Cependant j'ai été agréablement surprise de voir à quel point la lecture de ces essais était fluide, les pages se tournaient seules. Travaillé, efficace et sobre, le style de Woolf nous entraîne dans les pensées de l'auteure, et nous fait découvrir ses points de vue, ses questionnements et opinions. C'était mon petit plaisir de fin de journée de pouvoir me poser avec ce livre et de lire quelques essais. Les Essais Choisis me donnent envie de poursuivre encore ma découverte de Woolf et de son oeuvre avec, prochainement je pense, d'autres essais et également Orlando.

Enfin, je tenais à mentionner le travail soigné de l'édition et également de Catherine Bernard, qui s'est occupée de la préface et de la traduction. Habituellement, je suis plutôt du genre à zapper les préfaces, mais ici j'ai tenu à la lire pour voir où je mettais les pieds, et si jamais vous décidez de vous plonger dans ce livre, je vous recommande la lecture de cette préface, qui donne quelques informations sur Virginia Woolf mais qui nous détaille aussi quelques pistes pour notre lecture, entre le choix des essais et les thématiques abordées. A noter que le livre contient également une chronologie, une bibliographie sélective, ainsi qu'un épais dossier de notes sur les essais, qui viennent compléter la lecture. 

En bref, j'ai été agréablement surprise par cette lecture, qui a été pour moi un bon moment. Si vous souhaitez découvrir Virginia Woolf mais que ses romans vous font encore un peu peur, je vous conseille de commencer par ces essais, assez accessibles et vraiment passionnants. En ce qui me concerne, j'ai hâte de me plonger dans d'autres écrits de cette auteure!

Et voilà c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cette chronique vous a plu, n'hésitez pas à me le faire savoir et à me laisser vos impressions en commentaire, je vous réponds avec plaisir. On se retrouve d'ici quelques jours avec un article Vadrouille très spécial, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup :)

AnGee.


samedi 16 mai 2015

Chasse aux Vampires #14: Marché Noir de Thomas E. Sniegoski (roman Angel).



Bonjour à tous et à toutes!

J'espère que vous aller bien et que vous êtes prêts à découvrir une nouvelle lecture! Je suis heureuse de vous retrouver aujourd'hui sur le Livroscope pour une toute nouvelle chronique, placée sous le signe de mes créatures de la nuit préférées: les vampires! Après avoir fait un petit tour à Bon Temps au début du mois, je vous propose de partir à présent pour Los Angeles, histoire de découvrir une nouvelle aventure du vampire Angel. Il y a quelques temps, je vous avais présenté un roman dérivé de la série Angel, que je n'avais pas franchement aimé. Mais comme j'aime énormément Buffy contre les Vampires et Angel, j'ai décidé de laisser sa chance à un autre livre inspiré d'Angel. Ce livre, c'est Marché Noir, publié en 2001 et écrit par Thomas E. Sniegoski. En espérant que cette petite chronique vous plaise, je vous souhaite une très bonne lecture :)

Le Challenge Chasse aux Vampires:
Petit rappel rapide pour commencer: j'ai lu Marché Noir pour ma participation au Challenge Chasse aux Vampires, organisé par leelys via Livraddict. Il s'agit de ma quatorzième lecture sur les vingt-et-une que j'ai prévues de vous présenter. Si vous souhaitez en savoir plus sur le Challenge ou lire mes précédentes chroniques, je vous laisse suivre les liens ci-dessous :)


Thomas E. Sniegoski, c'est qui?
Entrons dans le vif du sujet avec une petite présentation de notre auteur du jour: Thomas E. Sniegoski. Né en 1962, Thomas E. Sniegoski a démarré sa carrière d'auteur et journaliste dans les années 80. Il commence par travailler sur plusieurs comics, comme Batman ou Vampirella, et poursuit toujours dans ce domaine. Par la suite, il utilise sa plume pour écrire plusieurs romans inspirés de l'univers de la série Angel, et se lance dans sa saga la plus connue, The Fallen, qui a été adaptée à la télévision avec Paul Wesley dans le rôle principal. Aujourd'hui, Thomas E. Sniegoski travaille toujours dans le monde de l'écriture, et a à son actif de très nombreux romans et comics. Vous pouvez découvrir un peu plus son travail en vous rendant sur son site internet:




Marché Noir:
Résumé:
Depuis son arrivée à Los Angeles, Angel a eu l'occasion de voir tout un tas de choses très étranges. Aidé de Cordelia et de Doyle, un demi-démon capable d'avoir des visions, il essaie de résoudre des affaires surnaturelles toutes plus spectaculaires les unes que les autres. Et lorsqu'il découvre l'existence d'une nouvelle drogue qui se vend à prix d'or au marché noir, et pire encore que cette drogue est faite à partie d'âmes dont celle d'une petite fille, Angel n'hésite pas une seconde et décide de se lancer à la poursuite de ceux qui se cachent derrière ce traffic...


Les personnages que l'on retrouve:
Intéressons nous quelques instants aux personnages que nous retrouvons dans ce roman.
Comme pour le précédent roman Angel que je vous avais présenté (Le seigneur des bas-fonds), nous retrouvons le même trio de personnages issus de la série télévisée. Je m'étais surtout concentrée sur Angel, donc je vais en profiter pour m'étendre un peu plus sur les autres personnages.
Angel, rapidement, est un vampire qui a été transformé il y a plusieurs siècles, et donc le véritable nom est Liam. Après avoir décimé l'Europe sous le nom d'Angelus, son destin fut une fois de plus bouleversé lorsqu'une malédiction lui rendit son âme. Obligé de vivre avec un remord sans limite, Angelus devient Angel et décide de changer de camp pour combattre les créatures du mal. Après avoir aidé Buffy à Sunnydale, c'est à Los Angeles qu'il se rend pour poursuivre son combat.
Nous avons ensuite Cordelia. Cordelia est une jeune qui habitait à Sunnydale. Queen Bee de son lycée, elle se faisait surtout remarquer pour sa superficialité. Elle finit par rejoindre la bande de Buffy et par s'investir dans le combat contre les forces surnaturelles. Elle part à Los Angeles dans l'espoir de devenir actrice et rejoint Angel dans son cabinet de détective comme secrétaire.
Enfin, le trio comprend aussi Doyle. De son nom complet Allen Francis Doyle, Doyle est capable d'avoir des visions qui servent les héros dans leurs enquêtes. Criblé de dettes, Doyle cache surtout un lourd secret: il est en réalité un demi-démon, une nature qu'il a énormément de mal à accepter et qui lui rend la vie très difficile.

Une étrange drogue:
Que ce soit dans Buffy ou dans Angel, nos héros ont déjà fait face à des histoires étranges, glauques, surprenantes... Mais même s'ils sont rodés face au danger, ils n'en sont pas moins restés sensibles devant les situations qu'ils rencontrent.



Dans Marché Noir, l'intrigue commence avec des disparitions très inquiétantes d'enfants, avant de s'orienter vers un traffic de drogue. A Los Angeles, dans le milieu surnaturel, la drogue est plutôt répandue en général, mais la drogue qu'Angel, Doyle et Cordelia traquent est d'un genre nouveau. Elle est très appréciée par ceux qui l'achètent, mais elle est aussi extrêmement rare et chère. Et pour cause: elle est faite d'âmes humaines... Et plus l'âme est pure, plus la drogue est efficace! Face à l'importance du danger, Angel ne reculera devant rien pour arriver jusqu'au bout.

Ce que j'en ai pensé:
En grande fan de Buffy contre les vampires et d'Angel, j'essaie de lire dès que je le peux des romans ou comics tirés de l'univers de ces séries. Un de mes objectifs est d'ailleurs d'arriver à mettre la main sur tous les romans sortis à l'époque grâce aux brocantes et foires du livre (oui, je sais, j'ai des objectifs bizarres). En trois ans de blog, j'ai eu l'occasion de vous en présenter quelques-uns, et comme vous l'aurez peut-être constaté, la qualité de ces romans varie grandement d'un titre à l'autre: on peut tomber sur du très bon comme sur du pas terrible du tout... J'avais par exemple été très déçue de ma lecture du Seigneur des bas-fonds, autre roman Angel, mais j'ai tout de même eu envie de lire Marché Noir, histoire de voir ce que ça pouvait donner. Et très franchement, j'ai bien fait, car ce roman a été une lecture que j'ai beaucoup aimée.

Commençons par l'intrigue. En général, c'est le point que j'apprécie le moins dans les romans Buffy/Angel, mais ici j'ai été agréablement surprise. Si l'intrigue n'est pas d'une originalité folle (une histoire de traffic de drogue, dans un milieu surnaturel, voilà un truc que je vois assez souvent), elle est très bien rythmée, très bien ficelée, et tout simplement bien construite. L'auteur sait où il va et nous entraîne avec lui. Il n'y a ni temps mort, ni longueur, et j'avais vraiment envie de découvrir la fin. De plus, cette histoire aurait très bien pu avoir sa place dans la série Angel, comme épisode. Je ne me suis pas ennuyée, et j'ai passé un bon moment avec l'intrigue.

De plus, Thomas E. Sniegoski a plutôt bien retranscrit la personnalité des différents personnages, avec des petits développements psychologiques qui, s'ils ne sont pas non plus spectaculaires, restent bienvenus. On retrouve bien la personnalité d'Angel, et j'ai aimé les références à son passé. Cordelia est fidèle à la série. Le point fort pour moi en ce qui concerne les personnages est le traitement de Doyle: c'est un personnage que l'on ne voit que dans neuf épisodes de la première saison, donc peu de temps pour l'exploiter psychologiquement. Néanmoins, l'auteur le met autant en avant que les autres, notamment en développant sa relation à sa nature de demi-démon. Les autres personnages secondaires sont assez intéressants aussi.

Marché Noir nous propose également un bestiaire plutôt développé: Angel doit faire face à plusieurs types de créatures ici, et on nous donne pas mal d'informations les concernant. La nature de vampire d'Angel est aussi bien présentée, en prenant en compte la dualité du personnage, entre bestialité et humanité. Il y a un bon développement de l'univers surnaturel.

Pour conclure, je tenais aussi à mentionner le style de l'auteur. S'il reste assez simple, j'ai tout de même trouvé qu'il était efficace, retranscrivant bien les impressions des personnages et les événements. J'ai vraiment pris plaisir à lire ce roman, et cet aspect y est pour beaucoup.

En bref, Marché Noir est un roman que j'ai beaucoup aimé. S'il n'est pas non plus un coup de coeur incroyable, il reste l'un des meilleurs romans tirés de Buffy ou d'Angel que j'ai lus. J'ai passé un très bon moment avec Marché Noir, et j'ai très envie de découvrir d'autres romans Angel, mais aussi de lire ce que Thomas E. Sniegoski a pu écrire d'autre!

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cet article vous a plu, dans tous les cas n'hésitez pas à me laisser un petit mot en commentaire! On se retrouve d'ici quelques jours pour une nouvelle chronique, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup!

AnGee Ersatz*


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...