samedi 6 février 2016

Les lectures diverses de Psychic TV : Axolot Tome 2, Deadpool kills the Classics, Providence.






Bonjour et bienvenue pour cet article « entracte » entre les nouvelles sur Doctor Who. Je vais vous partager aujourd'hui quelques lectures diverses dont je n'ai pas parlées dans un article complet, parfois car je n'ai pas énormément à dire dessus. Donc, ce sera un léger mélange de récentes lectures, et j'espère que le résultat vous plaira!


Axolot, Tome 2 par Patrick « Axolot » Baud.

En 2014, AnGee avait parlé du premier volet d'Axolot dans un long article, avec une explication détaillée sur l'auteur, Patrick Baud. 
Cet homme, dont sa passion pour l'étrange, les faits insolites et les mystères de notre monde, qu'il partage grâce au Blog et à la chaîne YouTube « Axolot », a récidivé dans une seconde bande-dessinée montrant de manière illustrée de nombreuses histoires farfelues, invraisemblables, mais toutes véridiques. 

Cette fois, les artistes et illustrateurs sont différents du premier volet, mais leur patte personnelle apporte à chaque histoire des visuels drôles, participant à l'ambiance, donnant une lecture un peu plus interactive qu'un simple récit audio. Et preuve que notre monde est plein de surprises, le contenu du livre est tout aussi intéressant que le premier, et se lit avec grand plaisir.

Certes, c'est « more of the same », et certaines histoires présentes avaient été expliquées soit dans des vidéos de sa chaîne YouTube, soit durant d'autres interventions. Cela m'a un peu déçu, mais l'ouvrage constitue un très bon moyen de partager ces histoires d'une autre manière, et reste globalement une bonne pioche, comme le premier tome.

Deadpool kills the classics, par Cullen Bunn.

J'avais fait la review du premier volet de la Massacrologie de Deadpool, ce triptyque où l'anti-héros Marvel le plus délirant devient un psychopathe assoiffé de sang tuant tous les héros Marvel sur son passage. Il est l'heure pour lui de passer à la seconde étape, en tuant les classiques de la littérature.

Dans la fin du premier volet, en découvrant un portail vers le Multivers, Deadpool se rend compte qu'il pourra tuer tant qu'il le veut, les univers parallèles lui enverront des versions alternatives des héros tués. Mais il se trouve que pour stopper ça, Deadpool doit aller dans l'Idéavers et tuer les classiques de la littérature, inspirations des comics : Tuer l'idée fera disparaître son « produit », et cela permettrait de tuer les héros dans l'oeuf.

Avec des répliques parfois hilarantes, cet épisode de Deadpool se prend un peu moins au sérieux que le précédent, mais reste tout aussi sanglant et violent. Très franchement, cette suite est meilleure que le premier volet, tout comme le contraste entre héros littéraires et Super-Héros, qui donne des situations sordides, comme le fait que Deadpool utilise une roquette du Nautilus pour exploser la Petite Sirène. Ou l'affrontement avec Mowgli. Et là encore, je n'ai pas tout dit, je vous recommande d'y jeter un œil !

Providence, d'Alan Moore, Tomes 1 à 4.

Providence serait en quelque sorte la concrétisation de l'idée d'Alan Moore de faire du Lovecraft. Neonomicon, que j'ai détaillé dans mon article sur Lovecraft, avait reçu un très bon accueil malgré certaines scènes (et je pense que le viol explicite d'une humaine par un reptilien a dû dégoûter beaucoup de gens) ; Alan Moore, voyant qu'il tenait une bonne inspiration, a crée Providence, se déroulant à une période contemporaine de Lovecraft, sur une enquête étrange, entre société secrète, ouvrage maudit, et hallucinations.

C'est moins dérangeant que Neonomicon, mais l'ambiance est plus à l'enquête, et l'on se demande toujours comment les évènements vont se profiler à la suite. Entre les aveux qui sont de plus en plus mystérieux, des personnages intrigants, et des visions qui demandent des jets de dés de Force Mentale, Providence serait une « suite » de Neonomicon dans une nouvelle série, qui à elle aussi complètement saisi l'aspect Lovecraftien, en y rajoutant l'époque et le contexte.


Je recommande, pour un premier tome. C'est assez intriguant, et pour peu que vous soyez amis avec l'univers de Lovecraft, c'est à lire!

Psychic TV.


jeudi 4 février 2016

Journal d'un vampire en pyjama de Mathias Malzieu.



Bonjour à tous et à toutes!

Je suis AnGee, et je suis ravie de vous retrouver sur le Livroscope pour un nouvel article! Il y a quelques jours sortait un livre que j'attendais avec impatience et à côté duquel je ne pouvais pas passer. Ce livre, c'est le tout dernier roman de Mathias Malzieu, nommé Journal d'un vampire en pyjama, sorti le 27 Janvier. Si vous me connaissez un peu, vous savez probablement que Mathias Malzieu est l'un de mes auteurs préférés: je me suis donc ruée sur ce livre, que j'ai décidé de vous présenter aujourd'hui! En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

Mathias Malzieu, qui c'est?
Pour commencer, il me faut parler un peu de Mathias Malzieu! Il se trouve que j'ai déjà eu l'occasion, il y a quelques années, de présenter Mathias Malzieu dans un article où je déclarais ma flamme à ses romans. Car je suis une être fan de cet auteur: La mécanique du coeur, Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi et ses autres romans comptent parmi mes préférés. Plutôt que de me répéter, je vous conseille d'aller jeter un oeil sur ce précédent article, que je vous laisse en lien ci-dessous!



Journal d'un vampire en pyjama:
Résumé:
Mathias Malzieu, on le connait pour tout un tas de choses: pour sa carrière en tant que chanteur dans le groupe Dionysos depuis les années 1990, pour son célèbre La mécanique du coeur et le film qui en a été tiré en 2014, ainsi que pour sa carrière en tant qu'auteur. Dans ses livres, où la fiction est plus ou moins présente, il nous raconte souvent des passages marquants de sa vie. Et c'est une fois de plus le cas ici: car le livre raconte l'arrivée chez Mathias Malzieu d'une maladie rare et extrêmement difficile à combattre, l'aplasie médullaire. Dans Journal d'un vampire en pyjama, il nous conte son périple à travers les hauts et les bas de cette maladie assez peu connue... 


Petite explication du titre:
L'une des choses que je préfère chez Mathias Malzieu, c'est le titre qu'il donne à chacun de ses livres: car ces titres intriguent, on se demande ce que l'on va découvrir en ouvrant le livre. Et si Journal d'un vampire en pyjama peut paraître énigmatique au premier abord, l'explication de ce titre se comprend assez rapidement.
"Journal", tout d'abord, fait référence à la forme donnée par Mathias Malzieu à son livre: l'histoire qu'il nous raconte prend la forme d'un journal, un journal intime, dans lequel il confie chaque jour les détails de sa maladie, son quotidien, les inquiétudes mais aussi les petites joies qui parsèment sa vie. Il parle notamment beaucoup de sa compagne Rosie, qui partage avec un courage de fer cette épreuve, et des infirmières et du personnel médical qui l'entoure.
La partie "pyjama" est elle aussi assez simple à comprendre: notre livre traite du milieu médical, et Mathias Malzieu est amené à plusieurs reprises à faire des séjours à l'hôpital. La tenue de malade est donc son armure à travers le livre.
Mais pourquoi "vampire"? J'avoue qu'avant de savoir de quoi le livre parlait, j'étais assez intriguée par ce mot. Mathias Malzieu nous écrivait-il une histoire de vampire? Quelque part oui, car le vampire dans le roman, c'est lui: en effet, en raison de sa maladie, ses globules sont en chute libre, son système immunitaire se fait la malle, et l'une des choses à faire pour rester le plus en forme possible, c'est des transfusions sanguines...

Une oeuvre autobiographique? 
Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi, La mécanique du coeur, Le plus petit baiser jamais recensé... Chacun des romans de Mathias Malzieu est différent dans ce qu'ils racontent, pourtant on y remarque un fil rouge important: il mêle toujours des événements de sa vie, marquants, à une poésie notable. Cette poésie prend parfois l'ascendant sur le réel, comme dans La mécanique du coeur, mais Mathias Malzieu ne cesse jamais de nous faire partager à sa façon sa vie, de façon toujours pudique et très poétique: son histoire d'amour avec Olivia Ruiz, sa rencontre avec sa compagne Rosie, le décès de sa mère... Et n'oublions pas qu'il lie aussi souvent son oeuvre littéraire à son oeuvre médicale! 

Ce que j'ai pensé du livre:
Aaaaaaaah, Mathias Malzieu! Entre lui et moi c'est une histoire d'amour musicale et littéraire (pas plus, hein, mon coeur ne bat que pour Chris Pratt Psychic TV) qui dure depuis plusieurs années. A chaque fois qu'il sort un nouveau roman, je suis au rendez-vous, et cette fois, c'était encore le cas: j'ai couru pendant ma pause de midi le 27 Janvier pour aller l'acheter, et je l'ai commencé le soir même. Je ne suis probablement pas objective en parlant de Mathias Malzieu, mais seigneur, qu'est-ce que j'ai aimé ce livre! 

Je ne vous cache pas qu'il m'est difficile d'ordonner mes pensées en écrivant cette chronique. J'ai envie de vous parler de milliers de choses, mais mon cerveau part dans tous les sens! La première chose qui me vient en tête, c'est le choc que j'ai ressenti en attaquant le livre: apprendre que quelqu'un que j'admire depuis des années, avec lequel j'ai un peu grandi, a pu traversé une épreuve pareille... Je ne vous cache pas que j'étais bouleversée! Et en lisant ce livre, j'ai retrouvé quelque chose que je ressens à chaque fois que je lis Mathias Malzieu: un tourbillon d'émotions. De l'amour, de la peur, des doutes... Il se confie à nous, lecteurs, avec honnêteté, justesse et pudeur. J'ai particulièrement été frappée par l'expression de son amour pour ses proches, et surtout sa compagne Rosie.

La forme du journal convient parfaitement à l'histoire que Mathias Malzieu. Car à travers cette forme, nous suivons pas à pas, en même temps que l'auteur a pu le vivre, l'évolution de la maladie: les hauts, les bas, les moments de flottement, où tout se bouscule, nous découvrons tout. Certains trouveront peut-être que certains passages sont un peu longs, mais la maladie, c'est aussi ça. En plus de cela, j'ai apprécié le fait d'apprendre des choses à travers ce livre: je ne connaissais pas du tout l'aplasie médullaire, et j'ai trouvé important d'avoir un roman sur le sujet. 

Le roman est dans la continuité des précédentes oeuvres de Mathias Malzieu: ce fil rouge est très important à mes yeux, car cela montre une vraie évolution non seulement dans sa vie mais aussi dans son travail. Les thèmes évoluent, la façon d'en parler aussi, ce qui donnent vraiment l'impression d'avancer avec lui, mais il garde tout de même cette fantaisie et ce ton unique qui créent une vraie cohésion dans son oeuvre.

Je terminerais avec un mot sur le style de Mathias Malzieu: ce livre n'est pas forcément son plus fantaisiste, mais je me suis tout de même régalée avec ses jeux de mots, ses petites surprises cachées dans le texte, ses morceaux de poésie littéraire que j'aime tant. Si vous aimez cet auteur, vous aimerez Journal d'un vampire en pyjama!

Et voilà c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cette chronique vous a plu, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire. On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup!

AnGee.


lundi 1 février 2016

Le monde de Charlie de Stephen Chbosky (LEAF)


Bonjour à tous et à toutes!

Je suis AnGee du Livroscope, j'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique! Nous voilà déjà en Février! Je tenais d'ailleurs à vous remercier d'être venus si nombreux en Janvier sur le blog: vos commentaires me font toujours extrêmement plaisir! J'espère que le planning que je vous réserve ce mois-ci vous plaira tout autant. Et pour commencer en beauté, j'ai décidé de me pencher sur un livre dont j'ai énormément entendu parler et qui a même été adapté au cinéma il y a quelques années. Ce livre, c'est Le monde de Charlie de Stephen Chbosky. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)



Cette chronique compte pour le Challenge LEAF du Manège de Psylook: 18/50.



Stephen Chbosky, c'est qui?
Histoire de démarrer dans les formes, penchons nous un peu sur notre auteur du jour, le fameux Stephen Chbosky. Stephen Chbosky est né en 1970 en Pennsylvanie. Il se passionne pour la littérature très jeune, et notamment pour des auteurs comme Fitzgerald. Il fit des études à l'université pour devenir scénariste, et il commença sa carrière en tant que scénariste. Il s'essaie aussi à l'écriture: The Perks of Being a Wallflower, traduit en français sous le titre de Pas raccord ou du Monde de Charlie, est publié en 1999. Le livre fut un gros succès, traduit dans de nombreux pays. Le livre fut adapté en 2012, avec notamment Emma Watson. Stephen Chbosky travaille actuellement sur le scénario d'Allegiant et de Beauty and the Beast.

Le monde de Charlie:
Résumé:
Charlie vient d'entrer au lycée. L'adolescent, assez solitaire, est assez différent de ses camarades. Mais lorsqu'il rencontre Patrick et Sam, un duo de frère et soeur plus âgés que lui, sa vie change: car Sam et Patrick lui font découvrir un nouveau monde, où l'amitié, les soirées, les expériences sont nombreuses. En quelques mois, Charlie va découvrir de nouvelles choses: l'amitié, l'amour, mais aussi les désillusions, et surtout ce que c'est que d'appartenir à un groupe et de s'y sentir comme chez soi.

Un format épistolaire intéressant:
Avec Le monde de Charlie, Stephen Chbosky nous propose de découvrir l'histoire d'un garçon qui explore le monde merveilleux de l'adolescence. Et pour raconter cette histoire, il choisit un format assez intéressant: celui de l'épistolaire. En effet, Charlie écrit, à un destinataire sans nom (afin de permettre au lecteur de s'identifier le plus possible à ce destinataire, comme sir Charlie nous écrivait à nous), pour raconter ses différentes aventures et anecdotes. Le roman est donc constitué d'une série de lettres, écrites à intervalles réguliers.
Le choix des lettres est très intéressant: non seulement l'épistolaire est un genre assez peu utilisé dans ce genre de romans, mais en plus de ça, cette forme permet à Charlie de se confier pleinement et façon assez instinctive. Il se confie à 100% à son destinataire, et parle de ses sentiments, d'événements qu'il ne raconterait pas à d'autres personnes. C'est un peu comme un journal intime, mais avec la notion de destinataire en plus!



Ce que j'ai pensé du livre:
Aaaah, Le monde de Charlie! Voilà un livre dont j'ai énormément entendu parler ces dernières années! Avec la sortie de l'adaptation (que je n'ai pas encore vue), j'ai pu voir des chroniques du livre sur des dizaines et des dizaines de blogs. Néanmoins, je n'avais jamais osé lire le roman, de peur d'être un peu trop influencée par la "hype" et de ne pas l'apprécier à sa juste valeur. Maintenant que j'ai eu l'occasion de le lire, que dire du Monde de Charlie? Et bien ce livre n'a pas été pour moi un coup de coeur, mais une lecture sympathique, qui me laisse quand même un sentiment un peu mitigé.

Commençons par les points positifs. Tout d'abord, j'ai été agréablement surprise en démarrant le livre: je ne m'attendais pas à un roman épistolaire! Utiliser l'épistolaire est une bonne idée selon moi, car ça change de ce qu'on a l'habitude de voir dans ce genre de roman. Les lettres nous rapprochent énormément de Charlie, j'ai vraiment eu l'impression qu'il m'écrivait, un sentiment renforcé par le fait que le destinataire est anonyme. C'est une originalité que je tenais à souligner, car je l'ai appréciée.

Ensuite, j'ai assez bien aimé le style de Stephen Chbosky: le livre est assez agréable à lire, il se lit vite, les pages se tournent sans problème. J'ai tout de même trouvé la traduction un peu "raide" parfois: le langage d'adolescent de Charlie sonne parfois un peu faux. Mais dans l'ensemble, la plume de Stephen Chbosky est sympathique!

Pour ce qui est des personnages, j'ai beaucoup aimé découvrir Sam et Patrick. Ils forment un duo intéressant et plutôt sympathique. Patrick, en particulier, me plait beaucoup: il passe par beaucoup d'états différents à travers le livre, et je me suis parfois identifiée à lui et à ses sentiments. J'aime beaucoup les relations que les personnages entretiennent les uns avec les autres, on sent une forte amitié entre eux, et c'est assez touchant. 



En revanche, j'ai tout de même deux gros problèmes avec ce livre, qui font que ma lecture est un peu mitigée. Mon premier problème, c'est le personnage de Charlie: je ne comprends pas du tout ce personnage. Au début, je l'ai trouvé assez sympathique, mais plus on avance dans l'intrigue, plus je le trouve... Agaçant. On dirait que Charlie ne comprend jamais rien à ce qu'il se passe autour de lui, et surtout à ce que les autres peuvent ressentir. Il m'a plus évoqué un petit garçon qu'un adolescent. J'ai souvent eu envie de le secouer et de lui dire "mais tu te rends compte de ce que tu dis?". 

Mon second problème est quelque chose que je retrouve assez souvent dans d'autres romans adolescents/jeunes adultes que j'ai lus ces dernières années (par exemple dans Aristote et Dante, que j'ai lu récemment): c'est la proéminence de sexe/drogue/alcool/clope. On dirait que les personnages de ces romans ne peuvent rien faire d'autre que des soirées où tout le monde couche avec tout le monde en fumant du shit et en buvant des shots. Je veux bien que l'adolescence soit le temps des expériences, mais ici c'était si récurrent que ça en devient lassant et redondant. A croire aussi que les parents de ces gamins ne remarquent jamais rien! 

En bref, Le monde de Charlie est une lecture assez sympathique, mais je pense que j'ai malheureusement un peu perdu mon âme d'adolescente. J'ai beaucoup de mal à m'identifier aux adolescents de ce genre de livres, et je pense que c'est pour cela qu'il n'a pas été pour moi un coup de coeur. Néanmoins, je comprends tout à fait le succès de ce livre, et s'il vous intéresse, je vous encourage à le lire!

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! On se retrouve très vite pour une nouvelle chronique, qui portera probablement sur le dernier roman de Mathias Malzieu. En attendant, n'hésitez pas à me laisser votre avis en commentaire! Prenez soin de vous et lisez beaucoup!

AnGee.

samedi 30 janvier 2016

Dossiers Inexpliqués tome 2, de Joslan F. Keller.



Bonjour à tous et à toutes!

Je suis AnGee du Livroscope, j'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique! On se retrouve aujourd'hui pour la dernière chronique de ce premier mois de l'année 2016, et pour clore Janvier en beauté, je vous propose de découvrir un livre que j'ai reçu grâce à un partenariat organisé par Livraddict. Ce livre, c'est le second tome des Dossiers Inexpliqués de Joslan F. Keller. Après un premier tome dans lequel il abordait des cas non élucidés, des mystères et de l'étrange, l'auteur rempile avec un second livre comprenant quinze nouveaux cas défiant la logique. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

Dossiers Inexpliqués et Joslan F. Keller:
Normalement, je commence toujours mes chroniques par une petite présentation de l'auteur. Néanmoins, dans le cas de Joslan F. Keller, j'ai déjà eu l'occasion de le présenter lorsque j'avais parlé du premier tome des Dossiers Inexpliqués, paru en 2014. Je vais donc éviter de me répéter, et je vous conseille à la place d'aller faire un petit tour sur la chronique en question, que vous trouverez en lien ci-dessous!


Dossiers Inexpliqués, tome 2:
Quatrième de couverture:
Un avion de ligne malaisien qui disparait sans laisser la moindre trace avec 239 passagers à bord... Une inconnue découverte morte dans des circonstances étonnantes en Norvège... Un vieux château d'Auvergne hanté par une dame blanche nébuleuse... Un pionnier oublié du cinéma qui monte dans un train et se volatilise à jamais... Un objet aérien inconnu qui perturbe tous les radars de l'aéroport d'Orly... Un homme capable de léviter et de faire pleuvoir à volonté à l'intérieur d'une maison... Un fauteuil maudit qui cause la mort de tous ceux qui osent s'y asseoir... Ce tome 2 des Dossiers Inexpliqués raconte quinze nouvelles histoires incroyables... et pourtant parfaitement authentiques. Ce ne sont ni des légendes, ni des rumeurs mais bien des affaires réelles, très documentées, qui n'ont à ce jour toujours pas trouvé d'explication.

Petite présentation du recueil en détails:
La quatrième de couverture le montre bien: ce second tome des Dossiers Inexpliqués aborde des histoires mettant à mal notre conception du réel et la logique. 
Ce recueil comprend quinze histoires, quinze cas extraordinaires, divisés en plusieurs catégories. 
La première partie s'intitule "Disparitions incroyables". On y retrouve quatre cas issues de plusieurs époques. Tout d'abord, Joslan F. Keller évoque longuement la disparition du vol 370 de la Malaysia Airlines, une affaire qui a secoué le monde entier début Mars 2014: à bord de cet avion, 239 passagers dont on aura plus jamais aucune nouvelle... La seconde histoire racontée démarre il y a vingt ans, au Canada: "Les garçons disparus de Pickering" nous présente la disparition de six adolescents et l'enquête difficile qui suivit, une disparition encore inexpliquée aujourd'hui. Dans le troisième chapitre, "L'inexplicable affaire Le Prince", nous remontons encore dans le temps, jusqu'à la fin du 19ème siècle: Augustin Le Prince, un pionnier méconnu du cinéma, s'évanouit lors d'un trajet en train, une disparition aussi surprenante qu'inexplicable. Pour finir cette première partie, "La disparition de Frederik Valentich" nous entraine en 1978, pour découvrir l'histoire de la disparition d'un jeune pilote lors d'un trajet sans histoire, et qui nourrit des théories d'enlèvement par des extraterrestres. 
Ensuite, Joslan F. Keller se penche sur un sujet très intéressant, celui des "Personnages mystérieux". Et il commence fort, avec l'histoire de Donnie Decker, "Escroc ou vrai possédé", un personnage qui n'est pas sans rappeler celui de Carrie, inventée par Stephen King: Donnie Decker aurait été capable, dans les années 80, de faire pleuvoir à l'intérieur des maisons, et même de flotter au dessus du sol! La seconde affaire se déroule elle aussi dans la seconde moitié du 20ème siècle, en Norvège: "L'inconnue de la vallée d'Isdalen" s'interroge sur la découverte d'un cadavre qui ne sera jamais identifié, malgré les enquêtes et plusieurs théories. Puis nous remontons une fois de plus le temps pour découvrir "L'étrange pouvoir d'Etienne Bottineau", un homme qui a vécu à la fin du 18ème siècle, et qui était apparement capable de prédire l'arrivée de bateaux des jours et des jours à l'avance.
Après les disparitions, nous voilà à découvrir des apparitions! La troisième partie s'intitule en effet "Troublantes apparitions". Deux cas sont présentés ici: tout d'abord, celui de "L'OVNI d'Orly", qui plaira aux amateurs de théories extraterrestres. La seconde, "La dame blanche du château de Veauce", évoque une curieuse légende qui prendrait place dans un château français. 
L'avant-dernière partie, nommée "Lieux étranges", met à l'honneur, comme son nom l'indique, des lieux mystérieux. On commence avec "L'énigme du Parmelan", racontant l'histoire d'une colline en Savoie. Les amateurs de Shining et autres hôtels étranges s'intéresseront à "Une mort impensable au Cecil Hotel", qui présente la mort plus qu'incroyable d'une jeune femme dans un hôtel à l'étrange réputation. Cette partie s'achève avec l'histoire de "L'introuvable cité de Dieu provençale", une cité qui intrigue depuis des années et des années.
La dernière partie du livre s'intéresse aux "Objets énigmatiques". Et on commence par une relique mondialement connue, celle du "Manteau miraculeux de Notre-Dame de Guadalupe", au Mexique. Ensuite, c'est une chaise qui nous intéresse: la "Chaise maudite de Thomas Busby": en 1702, Thomas Busby tua son beau-père, qui s'était assis sur sa chaise préférée; depuis la chaise est maudite... Le recueil se conclut sur une histoire que certains connaissent probablement déjà puisqu'elle a été adaptée au cinéma: il s'agit du cas d'"Annabelle, la poupée de la terreur". 

Ce que j'en ai pensé:
Lorsque j'avais lu le premier tome des Dossiers Inexpliqués, j'avais beaucoup aimé découvrir les différentes histoires proposées par Joslan F. Keller. J'étais donc ravie de recevoir grâce à Livraddict le second tome de ces Dossiers, afin de découvrir quinze nouveaux cas étranges et complexes. Qu'ai-je donc pensé ce second tome? Et bien je l'ai beaucoup aimé, je crois même que je l'ai préféré au premier!



La première chose que j'apprécie dans ce second tome, c'est la grande variété des cas proposés. Joslan F. Keller nous propose quinze histoires très différentes les unes des autres. Certaines remontent assez loin dans le temps, tandis que d'autres sont plus proches de nous. Certains cas sont très connus, comme celui du vol 370 ou de la poupée Annabelle, tandis que certains étaient pour moi de véritables découvertes. J'ai aimé aussi la variété géographique des cas: partout dans le monde, il se passe des choses qui chamboulent la logique! Cette variété est l'un des grands points forts du recueil.

Ensuite, je dois souligner le travail de recherches de Joslan F. Keller. Chaque cas est soigneusement fouillé, on sent qu'il y a eu pas mal de recherches en amont pour préparer ce livre. Non seulement il détaille avec beaucoup de détails le déroulement de chaque cas et de chaque enquête, mais il aborde plusieurs hypothèses à chaque fois. Au lecteur de décider ce qui lui semble le plus probable!

En parlant de ce travail en amont, j'ai trouvé que c'était une bonne idée d'avoir les sources à chaque fin de chapitre. C'est quelque chose que j'avais déjà beaucoup aimé dans le premier tome, et c'était judicieux de les retrouver à nouveau: si un cas vous intéresse, vous pouvez continuer à l'explorer!

Sur les quinze cas présentés, certains me plaisent plus que d'autres. J'ai par exemple été assez frappée par l'histoire de Donnie Decker, que je ne connaissais pas: c'est une histoire qui fait froid dans le dos et assez impressionnante! La chaise de Thomas Busby a un petit côté légende flippante que j'ai appréciée aussi. Le cas du Cecil Hotel me rappelle un peu Shining!

Joslan F. Keller a un style vraiment plaisant, qui se lit de façon très agréable. Le découpage en chapitre est pratique: je lisais chaque soir un ou deux cas, et j'ai pu intercaler cette lecture entre deux romans, parfait!

Mon seul petit bémol, c'est l'absence de photos, cartes ou illustrations. J'ai beaucoup de plaisir à découvrir chacune des histoires, mais je pense que quelques photos seraient une valeur ajoutée agréable!

En bref, si vous aimez les histoires étranges, les cas non résolus, les mystères, ce livre est fait pour vous! De plus, vous pouvez très bien le lire sans avoir lu le premier tome. 

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cette chronique vous plait, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire! On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup!

AnGee.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...