dimanche 2 août 2015

Doctor Who #9: A travers l'espace et le temps, Collectif (Masse Critique Babelio).



Bonjour à tous et à toutes!

Je vous souhaite la bienvenue sur le Livroscope! J'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts à découvrir un nouveau mois de chroniques littéraires sur le blog! Avant de vous présenter le livre du jour, je tenais à vous remercier une fois de plus pour vos nombreuses visites et commentaires le mois dernier, qui m'ont fait chaud au coeur! J'espère que le programme d'Août vous plaira tout autant! Et pour commencer, j'ai choisi de vous parler d'un livre que j'ai reçu lors de la dernière Masse Critique organisée par Babelio et qui tournait autour des BDs, comics et mangas: ce livre, c'est un des nombreux comics inspirés par l'univers de Doctor Who intitulé A travers l'espace et le temps. J'en profite donc pour signer ainsi ma neuvième chronique pour le Challenge Doctor Who. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

La Masse Critique Babelio:
Pour commencer, un petit mot sur ce qu'est la Masse Critique Babelio. Il s'agit d'un rendez-vous organisé environ une fois par mois par le célèbre site Babelio, une opération grâce à laquelle les membres du site peuvent recevoir un livre gratuitement. En contrepartie, il faut rédiger une chronique sur le site pour donner notre avis sur le site en question. La dernière fois, c'étaient donc les comics, BDs et mangas qui étaient à l'honneur, mais le site propose aussi des romans, des livres jeunesse, des polars...  Si vous souhaitez en savoir plus sur ce rendez-vous, je vous laisse suivre le lien ci-dessous qui vous mènera au site Babelio.


Le Challenge Doctor Who:



Autre petit point sur lequel je voulais revenir avant de rentrer dans le vif du sujet: le Challenge Doctor Who. Il s'agit d'un Challenge crée par Elarinya via Livraddict, et dont le but est de chroniquer non seulement des livres autour de l'univers de Doctor Who (il existe non seulement des romans, mais aussi des comics ou des encyclopédies, des livres audio...), mais aussi des livres écrits par des personnages que le Docteur rencontre vraiment (Charles Dickens, Agatha Christie...) ainsi que des séries ou films dans lesquels apparaissent les différents acteurs de la série. Si vous souhaitez avoir plus d'informations sur le Challenge, je vous laisse suivre le lien ci-dessous pour découvrir le topic Livraddict du Challenge.


A travers l'espace et le temps:
Quatrième de couverture:
Le Docteur, dernier survivant d'une race appelée les Seigneurs du Temps, voyage avec ses compagnons, à bord du TARDIS, le célèbre vaisseau à l'apparence d'une cabine de police londonienne.
Suivez le Docteur dans des aventures inédites qui vont le conduire à la rencontre de nouvelles races, parfois amicales, comme dans Autopia, parfois hostiles, comme dans Guerre de sang-froid. Mais quoi qu'il arrive, les rebondissements et les surprises sont au rendez-vous, avec des grands noms du comics aux commandes de cet opus, comme Ben Templesmith (30 jours de nuits), ou encore Gary Russell (production de la série Doctor Who).

Présentation des différentes histoires:
Comme ce comics comprend plusieurs histoires (six en tout), il me semble important de vous présenter un peu plus en détails chacune d'entre elles.
Le livre s'ouvre sur La galerie des soupirs. Le Docteur et Martha, l'une de ses compagnes de voyage, se retrouvent dans une étrange galerie où sont exposés des portraits de Grattiens, une espèce extra-terrestre. La particularité de ces portraits, c'est que les personnes peintes sont défuntes, et que le visiteur peut entendre les derniers mots de chacune d'entre elles. Et lorsque le Docteur voit le portrait de Grayla, qu'il connaissait bien, il décide d'enquêter pour savoir ce qui lui est arrivé...
La seconde histoire s'intitule Machination Temporelle. Cette fois, c'est vers le passé que le Docteur nous entraîne, seul. L'année: 1889. Le lieu: Londres. Il y retrouve H.G Wells, qui n'est alors pas encore le célèbre auteur que nous connaissons maintenant, dans une intrigue qui fait appel à l'institut Torchwood.
Dans Autopia, troisième histoire de ce recueil, c'est Donna que nous retrouvons en compagnie du Docteur. Ils se rendent sur Autopia, une utopie automatisée, où tout est contrôlé à la perfection. Mais peut-on contrôler tout, jusqu'aux sentiments?
Donna est encore présente dans la quatrième aventure, nommée Guerre de sang-froid. L'intrigue se déroule sur la planète Draconia, qui est en situation de crise. Plusieurs thèmes, comme la politique et surtout la place de la femme (interdite de parole), sont mis en avant dans cette histoire.
Chambre avec déjà-vu est le titre de l'histoire suivante. Le Docteur est seul cette fois-ci. Répondant à un signal de détresse, il se retrouve à côtoyer différentes espèces pour tenter de résoudre le problème d'une mystérieuse épidémie...
Pour terminer ce livre, nous avons Peste noire, paradis blanc, une autre aventure où la médecine joue un rôle important. Accompagné de Martha, le Docteur se retrouve en 1669, alors qu'une épidémie de peste décime la population. Mais est-ce vraiment la peste?

Donna et Martha, les compagnes de ce comics:
Dans les précédentes chroniques que j'ai faites sur l'univers de Doctor Who, j'ai souvent parlé de certaines compagnes et de certains compagnons du Docteur, comme Rose, Amy ou Rory. Dans ce comics, deux compagnes sont mises en avant: Donna et Martha, toutes deux compagnes du Dixième Docteur.

Commençons par une petite présentation de Martha. De son nom complet Martha Jones, elle apparait pendant la troisième saison de la série. Elle est jouée par Freema Agyeman. Martha, jeune médecin, rencontre le Docteur dans l'hôpital où elle travaille et où se produisent des événements étranges. Elle décide ensuite de partir avec lui pour explorer le temps et l'espace. Elle éprouve très rapidement des sentiments très forts pour le Docteur, ce qui complique un peu plus son existence. Par la suite, Martha apparait également dans la série Torchwood.



La seconde compagne que les lecteurs peuvent découvrir dans ce comics n'est autre que Donna Noble, jouée par l'excellente Catherine Tate. Elle apparait une première fois au début de la troisième saison, mais ce n'est que dans la saison suivante qu'elle devient officiellement la compagne du Docteur. Donna a un fort caractère: elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et ses échanges avec le Docteur sont souvent explosifs! Mais ce tempérament de feu cache surtout un manque de confiance en soi...



Ce que j'en ai pensé:
Il faut le lire: les sélections de livres pour les Masses Critiques sont toujours impressionnantes et il est difficile de ne pas avoir envie de tout cocher! Pour cette session dédiée aux comics, BDs et mangas, de nombreux titres m'intéressaient, dont le comics que je vous présente aujourd'hui. Si vous connaissez un peu le blog, vous savez que j'adore Doctor Who, et j'étais donc très heureuse d'apprendre que j'étais sélectionnée pour A travers l'espace et le temps! Mais qu'en ai-je donc pensé? Et bien j'ai vraiment bien aimé ce comics, même si ce n'est pas un coup de coeur!

Premièrement, j'ai beaucoup aimé les différentes histoires proposées. Effectivement, nous voyageons à travers l'espace et le temps: différentes planètes, dans le passé, dans le futur... Le titre ne ment pas! J'ai bien aimé les différentes intrigues, que j'imagine assez bien transformées en épisodes pour la série. Mes préférées sont sans aucun doute Autopia, avec son univers très particulier, et Peste noire, paradis blanc, pour son dénouement. J'ai retrouvé l'ambiance de la série, et c'est un bon point! 

Ensuite, j'étais très contente de retrouver les différents personnages utilisés. Tout d'abord, le Dixième Docteur, qui est mon Docteur préféré (Tennant Forever): c'est un plaisir de suivre ses aventures! Ensuite, j'étais ravie d'enfin lire quelque chose avec Donna et Martha comme compagnes. Jusqu'à présent, je n'ai lu que des livres mettant en scène Amy, Rory et Rose. J'aime énormément Donna, qui était l'une de mes compagnes préférées, et si Martha me plait un peu moins, j'aime tout de même beaucoup ce personnage. Les différentes histoires retranscrivent plutôt bien la personnalité de chacune d'elles: le caractère particulier de Donna, et les connaissances médicales de Martha sont par exemple mis en avant. 

J'ai aussi beaucoup aimé les différents thèmes abordés dans ces histoires. J'ai par exemple mentionné plus haut le fait que la médecine était présente dans plusieurs d'entre elles, et j'ai trouvé que c'était un thème intéressant à exploiter. On a aussi les questions de la place de la femme, des sentiments, du contrôle... Ce sont des thèmes qu'on retrouve aussi dans la série.

Mon seul bémol, qui fait que ce comics n'est pas un coup de coeur, c'est le style graphique. Je n'ai vraiment pas accroché au style graphique utilisé dans ce recueil, je trouve qu'on avait parfois du mal à reconnaitre les personnages. Ce genre de choses dépend énormément des goûts de chacun, donc je ne doute pas que ce style puisse plaire à d'autres personnes! :)

En bref, si vous cherchez un comics Doctor Who avec des histoires intéressantes et qui reprend bien l'ambiance de la série, je vous recommande ce livre!



Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui, j'espère que cette chronique vous plait! N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire, je vous réponds toujours avec plaisir! On se retrouve d'ici quelques jours avec une nouvelle chronique, en attendant prenez soin de vous :)

AnGee.

jeudi 30 juillet 2015

Dark Fantasy #1: Ayesha, La légende du peuple turquoise (Intégrale) d'ANGE.




Bonjour à tous et à toutes!

Je vous souhaite la bienvenue sur le Livroscope! J'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique, la dernière du mois de Juillet! Pour cette dernière chronique, je vous propose de partir à la découverte d'un nouveau challenge auquel j'ai décidé de participer. Ce challenge, c'est le Challenge Dark Fantasy, lancé par Zina du blog Les pipelettes en parlent. Ce Challenge, qui en est à sa deuxième édition, se focalise sur une branche particulière de la Fantasy, la Dark Fantasy, qui est donc une Fantasy sombre, voire pessimiste. Après ma participation au Mooc Fantasy, j'ai eu très envie de découvrir un peu plus certains aspects de ce genre, et je n'ai donc pas hésité longtemps avant de m'inscrire! Et pour cette première chronique, j'ai choisi de lire l'intégrale d'Ayesha, par ANGE. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture :). 

Le Challenge Dark Fantasy, c'est quoi? 
Commençons par une petite présentation du Challenge Dark Fantasy. Comme je l'ai mentionné plus haut, il s'agit d'un Challenge lancé par Zina du blog Les pipelettes en parlent (c'est également elle qui gère le Challenge Les dames en noir, auquel je participe depuis plusieurs mois maintenant). Il s'agit de la deuxième édition du Challenge, qui se déroulera jusqu'au 31 Mai 2016. Le but est donc de mettre à l'honneur la Dark Fantasy. Si vous souhaitez avoir plus d'informations sur ce Challenge, je vous conseille de suivre le lien ci-dessous, qui vous mènera à son topic Livraddict.


Petite présentation d'ANGE:
Entrons à présent dans le vif du sujet avec une petite présentation de nos auteurs du jour, ANGE! Un pseudonyme original qui attire l'oeil, et qui n'est autre que l'un des noms de plume de deux auteurs, à savoir Anne et Gérard Guéro. Nés en 1964 pour Gérard et 1966 pour Anne, ce couple travaille ensemble dans le milieu littéraire depuis de nombreuses années. Sous divers pseudonymes comme ANGE mais aussi G.E Ranne, qui sont tous des jeux de mots par rapport à leurs noms, ils travaillent aussi bien sur des romans comme Ayesha ou L'oeil des dieux, que sur des bandes-dessinées, comme la série La cicatrice du souvenir ou la saga La geste des Chevaliers-Dragons. Ils officient également dans le milieu du jeu de rôle. Leurs oeuvres sont orientées vers la Fantasy, parfois sombre comme nous allons le voir avec Ayesha

Ayesha: La légende du peuple turquoise: 
Quatrième de couverture:
Dans les royaumes orientaux de Tanjor, le Peuple Turquoise est réduit en esclavage depuis des millénaires. Mais il chérit une légende qui lui donnera un jour le courage, l'étincelle qui lui manquent pour se révolter: la légende d'Ayesha, la déesse qui commandera aux étoiles et rendra la liberté à ses enfants condamnés. Marikani, la reine déchue et pourchassée, est-elle l'incarnation d'Ayesha? Est-elle celle qui doit rallumer le feu de la révolte et devenir la guide de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants, jetés sur les routes en quête d'un refuge, à travers le chaos et la guerre? Ceci est l'histoire d'une femme indomptable, de ceux qui l'ont aimée et de ceux qui l'ont trahie. C'est l'histoire d'une révolution. 


Marikani et Arekh, nos deux héros:
L'histoire d'Ayesha tourne principalement autour de deux personnages que nous découvrons dès le début du livre: Marikani et Arekh. 
Arekh est un homme qu'on peut qualifier de mystérieux et de ténébreux. Au début de l'histoire, il est sauvé d'une galère en train de couler. La question qui se pose, c'est de savoir pourquoi et comment il est devenu galérien. Très vite, on comprend que le passé d'Arekh est sombre et lourd à porter. Son but premier est la survie, et il démontre des aptitudes physiques assez impressionnantes. Il n'a pas un caractère toujours facile à vivre. Au fur et à mesure que le roman avance, le lecteur est amené à découvrir son passé et on comprend un petit mieux le personnage. Evidemment, pour ne pas vous spoiler, je vais éviter d'en dire plus!
Notre second personnage principal est une femme: Marikani. Héritière en exil, elle cherche à rejoindre son royaume où l'un de ses cousins règne en son absence. Elle est accompagnée par une dame de compagnie et amie au caractère méfiant. Marikani est un personnage de femme forte: elle sait ce qu'elle veut, et est prête à tout pour l'obtenir. C'est une fonceuse, et tout comme Arekh, elle a la survie dans la peau. Elle veut être une bonne reine pour son peuple et son royaume. Mais tout comme son compagnon de route et d'infortune, Marikani cache un lourd secret qui risque de chambouler beaucoup de choses, et qui est au coeur de l'intrigue... 

Un peuple soumis, une héritière en fuite, des conflits politiques:
Si je présente l'intégrale d'Ayesha pour ce Challenge Dark Fantasy, ce n'est pas pour rien: en effet, le roman possède une ambiance sombre, et se déroule dans un univers plus angoissant que positif. A travers les pages, nos héros seront amenés à plusieurs reprises à affronter des situations difficiles voire mortelles, sur fond de complots politiques et sociaux.
Le roman met en avant le peuple turquoise, un peuple au statut d'esclaves depuis des générations et des générations. Une condition extrêmement difficile, et qui laisse peu de place à l'espoir et au renouveau. Autour de ce peuple, on retrouve beaucoup d'éléments qu'on pourrait qualifier de mythiques, légendaires, voire religieux, avec la croyance en la légende d'Ayesha, qui viendrait libérer le peuple. Pour être honnête, ça m'a un peu fait penser à l'histoire de Moïse venant libérer les hébreux du joug de Pharaon. 
En plus de cela, nous suivons les traces de Marikani dans la reconquête de son trône. Exilée pendant plusieurs années, elle veut récupérer ce qui lui appartient. J'ai déjà mentionné plus haut sa force de caractère, qui s'avérera être un atout utile dans cette reconquête. Elle devra affronter son cousin, qui a régné à sa place pendant plusieurs années, et qui n'est pas vraiment d'accord de laisser tomber le trône. Il ne s'agit que de l'une des nombreuses intrigues politiques que l'on retrouve dans ce roman, donc si vous aimez ce genre d'éléments, vous risquez d'être comblés! 
Car en effet l'intégrale d'Ayesha nous raconte les conflits entre plusieurs royaumes, entre différents territoires mais aussi entre différents peuples. La question du pouvoir est donc très importante dans ce roman.


Ce que j'ai pensé de ce livre:
En participant au Mooc Fantasy, j'ai découvert que mes connaissances de ce genre se limitaient principalement aux grands classiques, comme l'oeuvre de Tolkien, ou à la Fantasy plutôt orientée vers la jeunesse. J'ai donc décidé de varier mes lectures Fantasy, en me tournant vers des sous-genres que je connais moins. Ce Challenge Dark Fantasy est donc l'occasion parfaite de développer mes connaissances en matière de Dark Fantasy. Qu'ai-je donc pensé d'Ayesha? Si ce livre n'a pas été non plus un coup de coeur, j'ai bien apprécié cette lecture.

Le premier point que j'ai beaucoup aimé, c'est l'ambiance assez originale. La plupart des romans Fantasy que je lis sont inspirés du monde celtique, avec des grandes forêts qui s'étendent à perte de vue, des montagnes et une mythologie plutôt celtique. Ici, l'ambiance est assez différente, plutôt orientale selon moi, et c'est un aspect que j'ai apprécié, car ça change de ce que j'ai l'habitude de lire. Un bon point donc, pour l'originalité!

Ensuite, j'ai trouvé que l'intrigue était vraiment intéressante. Comme il s'agit de l'intégrale, il se passe beaucoup de choses, et on ne s'ennuie pas. Il y a un bon mélange d'action et de conflits politiques, sociaux et moraux, qui donne à l'ensemble un certain équilibre. Il y a tout de même des moments où j'ai trouvé l'intrigue un peu longue, mais je pense que c'est parce que j'ai lu l'intégrale d'un coup: cet aspect m'aurait peut-être moins sauté aux yeux si j'avais suivi l'histoire en différents tomes. Il y a pas mal de rebondissements, et l'histoire est bien construite. L'ambiance est effectivement plutôt sombre!

J'ai plutôt bien aimé les différents personnages. J'avoue avoir eu un peu de mal avec Marikani que je trouve parfois très agaçante, mais j'ai apprécié Arekh, dont le développement et l'histoire sont intéressants. Leur relation est un des points forts du livre, et on a envie de les suivre dans leurs aventures et de savoir ce qui va leur arriver.

En bref, je commence ce Challenge avec une lecture plutôt positive, que j'ai aimée découvrir et qui me donne envie de continuer! Si jamais vous chercher un roman de Fantasy à l'univers originale, je vous le recommande.

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cette chronique vous plait, dans tous les cas n'hésitez pas à me laisser un petit commentaire, je me fais un plaisir de vous répondre! On se retrouve très vite pour la prochaine chronique, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup :)

AnGee. 

vendredi 24 juillet 2015

1990s Vampires VS 2010s Vampires #2: From Dusk Till Dawn de Robert Rodriguez (1996).



Bonjour à tous et à toutes!

Je vous souhaite la bienvenue sur le Livroscope! Je suis ravie de vous retrouver aujourd'hui pour l'avant-dernier article du mois de Juillet! Après un petit détour dans l'Amérique du 19ème siècle, je vous propose aujourd'hui de continuer le cycle cinéma démarré le mois dernier et consacré aux vampires, et plus particulièrement à leurs représentations au cinéma dans les années 1990 et 2010. Vous êtes nombreux à être venus voir la première chronique sur Dracula de Francis Ford Coppola, donc j'espère que ce second numéro vous plaira tout autant! Et dans ce second numéro, nous allons parler d'un film très différent du Dracula de Coppola: From Dusk Till Down (ou Une nuit en enfer en version française), réalisé par Robert Rodriguez et sorti en 1996. En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

Le cycle Vampire du Livroscope:
Pour commencer, un petit mot rapide sur le cycle 1990s Vampires VS 2010s Vampires! Après plusieurs cycles cinéma sur des acteurs et réalisateurs, j'ai décidé de changer un peu mes habitudes et de consacrer le quatrième cycle cinéma du blog non pas à une personne mais à un thème. J'ai donc choisi celui de la représentation des vampires dans les années 90 et dans les années 2010, histoire de comparer un peu ce qui a été fait et ce qui se fait ces dernières années. J'ai sélectionné sept films assez variés, histoire d'aborder différentes représentations du vampire. Si vous souhaitez avoir un peu plus de renseignements sur ce cycle et aussi découvrir la liste des films que j'ai choisis, suivez le lien ci-dessous qui vous mènera à la première chronique publiée le mois dernier!


From Dusk Till Dawn:
Quelques mots sur le film:
Entrons à présent dans le vif du sujet avec une petite présentation du film. From Dusk Till Dawn est un film réalisé par Robert Rodriguez, réalisateur américain né en 1968 et connu pour son travail sur de très nombreux longs-métrages comme la saga Spy Kids, les films Machete ou encore Sin City et Sin City: j'ai tué pour elle. Il a collaboré de très nombreuses fois avec Quentin Tarantino, que l'on retrouve dans From Dusk Till Dawn en tant que scénariste, mais aussi acteur. En effet, le célèbre réalisateur de Kill Bill et Pulp Fiction joue le rôle de Richard Gecko. George Clooney interprète son frère, Seth Gecko. Le reste du casting est constitué de Harvey Keitel, Juliette Lewis et Ernest Liu pour la famille Fuller, mais aussi de Salma Hayek dans le rôle de Santanico Pandemonium, ou encore de Danny Trejo dans celui de Razor Charlie. Sorti en 1996, le film fut un succès commercial modeste, avec près de 26 millions de dollars de recettes pour un budget de 19 millions. Le film est aussi connu pour sa bande-son assez mémorable, et a depuis connu une suite ainsi qu'une adaptation en série télévisée, dont je reparlerai plus loin. Si vous avez envie de voir à quoi ressemble le film, je vous laisse jeter un oeil à la bande-annonce!



Résumé:
Richard et Seth Gecko sont deux frères, mais surtout deux criminels notoires. Alors que Seth vient de s'échapper de prison, les deux frères tentent d'échapper à la police qui leur colle aux trousses. C'est alors qu'ils décident de prendre en otage Jacob Fuller et ses deux enfants, Kate et Scott, pour pouvoir se rendre au Mexique. Arrivés à destination, ils se rendent ensemble dans un étrange bar borderline nommé Titty Twister pour attendre un contact des frères Gecko. Mais dans ce bar se cachent des créatures sanguinaires...


Les personnages principaux: gentils ou méchants?
Dès les premières minutes du film, nous sommes invités à découvrir deux des principaux protagonistes de l'intrigue: Seth et Richard Gecko. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils ne sont pas des enfants de coeur, bien au contraire. Seth vient de s'évader de prison, et Richard est ce qu'on peut qualifier de dérangé: il a une fascination pour le sexe qui le pousse au viol, et il est très imprévisible, ce qui est loin d'arranger leur situation. Nous les découvrons pendant une scène de vol/prise d'otage, puis lorsqu'ils embarquent avec eux la famille Fuller, on comprend qu'ils ne sont donc pas "les gentils" du film. On prend en pitié et sympathie les Fuller, et on se prend à détester les frères Gecko.
Cependant, plus on avance dans le film, plus notre conception du bien et du mal est mise à rude épreuve. Deux camps s'opposent: les vampires et les humains, des camps fluctuants, et où la séparation primaire entre ce qui est bien et ce qui est mal n'existe plus vraiment. Des personnages qu'on imaginait calmes et innocents deviennent violents, d'autres cherchent leur survie. Nous voilà plongés dans un combat humains contre vampires!

L'image du vampire:
Etant donné que ce cycle cinéma tourne autour des vampires, il me semble important de leur consacrer un petit paragraphe et de parler un peu de leur représentation. Tout d'abord, les vampires apparaissent assez tardivement dans le film, et jusqu'à leur apparition, rien ne nous laisse présager qu'ils puissent exister. Dans From Dusk Till Dawn, les vampires sont confinés en un lieu: le Titty Twister, l'étrange bar où nos héros se rendent. Et ce lieu est très important, car ils donnent une indication sur les vampires: ils appartiennent au milieu de la nuit et sont donc des créatures nocturnes. Le titre du film le suggère d'ailleurs bien (on pourrait le traduire en français par "Du crépuscule jusqu'à l'aube", mais la traduction française, Une nuit en enfer, véhicule aussi bien cette importance du "nocturne").
Au-delà de cette appartenance au milieu de la nuit, un autre élément qu'il est possible de relever sur ces vampires est leur capacité de séduction. C'est particulièrement frappant chez le personnage de Santanico, jouée par Selma Hayek, principalement couverte par un serpent, et qui exécute une danse des plus érotiques. De nombreuses représentations du vampire, surtout ces dernières années, aiment mettre en avant un certain sex-appeal du vampire, et on retrouve cet élément dans le film.
Pourtant, malgré une apparence agréable et sexy, les vampires de From Dusk Till Dawn se transforment en immondes monstres répugnants et qu'on aimerait pas croiser dans la rue. Ils sont en plus extrêmement violents et n'ont pas une psychologie très développée: au contraire, ils sont caractérisés par leur violence et leur soif de sang, qui seules les guident! Pour le reste, il faudra voir le film :).

Pour en savoir plus sur ce film:
Avant de vous dire ce que j'ai pensé du film, je tenais à vous donner quelques informations supplémentaires si vous avez envie d'en savoir plus! Premièrement, le film a eu deux suites, sorties en 1999 et 2000, qui sont honnêtement assez dispensables, et qui n'ont pas été réalisées par Robert Rodriguez et avec des castings différents.
Depuis sa sortie, même s'il ne fut pas un énorme succès à l'époque, From Dusk Till Dawn est devenu un film culte. et ce statut a poussé Robert Rodriguez à se lancer dans la production d'une série diffusée sur El Rey et Netflix. Après la diffusion de la première saison, une seconde arrivera prochainement.
Enfin, si vous êtes anglophones, je vous conseille vivement le visionnage de la vidéo par The Maven of the Eventide, qui est très bien faite et parle très bien du film!

Ce que j'en ai pensé:
Il y a quelques mois, je préparais le prochain cycle cinéma, et j'avais vraiment du mal à trouver un thème. J'avais très envie de faire quelque chose autour de Quentin Tarantino, réalisateur que j'aime énormément, et je faisais donc des recherches sur son oeuvre lorsque je suis tombée sur la vidéo de The Maven of the Eventide sur From Dusk Till Dawn, film sur lequel il a travaillé non pas comme réalisateur, mais comme acteur. En voyant que le film contenait le combo "Quentin Tarantino acteur" + "vampires", je n'ai pas hésité longtemps et j'ai décidé de le voir, même si j'appréhendais un peu le côté "action" dominant du film (parce que les films d'action et moi, ça fait deux). Au final, j'ai adoré From Dusk Till Dawn, qui est devenu un de mes films cultes que je conseille dès qu'on me demande une suggestion de film. 

Le point fort du film réside selon moi dans les personnages. Seth et Richard Gecko forment un duo de frangins horribles, qu'on a aussi peu envie de croiser que les vampires du Titty Twister: ils ont chacun leur caractère propre, et leurs échanges sont parfois explosifs. Ce sont des personnages détestables et faits pour être détestés. Les acteurs s'en sortent vraiment bien: Quentin Tarantino fait de son Richard un être immonde et répugnant, et George Clooney joue bien le frère à la fois protecteur et blasé et le criminel qui va te faire passer un sale quart d'heure. J'ai aussi beaucoup aimé la famille Fuller, qui se retrouve embarquée dans cette galère: le père Jacob est particulièrement intéressant. 

Passons à présent à l'intrigue du film. Si vous cherchez quelque chose de compliqué et où il faut réfléchir pendant mille ans, passez votre chemin! L'intrigue de From Dusk Till Dawn est plutôt simple, mais elle tient la route et se laisse suivre tranquillement. Elle est cohérente et fonctionne bien. Si l'intrigue est simple, elle est renforcée par la tension qui se dégage de certaines scènes, une tension travaillée et réussie et que j'ai beaucoup aimée! 



En ce qui concerne le côté action, j'avoue que c'est ce que j'appréhendais le plus. Je ne suis en général pas très fan des films où la dominante est l'action, mais ici, j'ai beaucoup aimé. L'action est motivée par un élément: la survie. Les scènes d'action sont vraiment bien réalisées, très rythmées, on est happé par ce qui se passe à l'écran. En plus de ça, comme on est dans un espace clos, ces scènes d'action paraissent encore plus intenses. 

J'ai aussi beaucoup aimé les vampires. Comme je l'ai mentionné plus haut, leur psychologie n'est pas spécialement développée, mais je trouve ça intéressant, face à une majorité de vampires hyper profonds et torturés, d'avoir de temps en temps des vampires qui sont surtout des créatures sanguinaires, ça change un peu.

En bref, From Dusk Till Dawn a été pour moi une très bonne surprise. Je ne le recommande cependant pas aux personnes jeunes ou un peu sensibles, et je pense que c'est un peu le genre de film pour lequel ça passe ou ça casse! Dans mon cas, c'est très bien passé!

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! On se retrouve très vite pour la dernière chronique du mois, en attendant prenez soin de vous, lisez beaucoup, et n'hésitez pas à me laisser un petit commentaire avec vos impressions! :)

AnGee.

mercredi 22 juillet 2015

Les Dames en Noir #8: Le sang noir du secret, de Lyndsay Faye.



Bonjour à tous et à toutes!

Je vous souhaite la bienvenue sur le Livroscope! J'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique placée sous le signe du polar et du suspens! Aujourd'hui, on se retrouve sur le blog pour le huitième article du Challenge Les Dames en Noir, challenge crée par Zina, et auquel je participe chaque mois avec une auteure différente. Le mois dernier, nous avons parlé de Camilla Läckberg, célèbre écrivaine suédoise, et pour cette nouvelle chronique, je vous propose de partir pour New York afin de découvrir une auteure à suivre, Lyndsay Faye! En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture :).

Le Challenge Les Dames en Noir:
Pour ceux qui découvrent le blog ou ne connaissent pas ce Challenge, je tenais à le présenter rapidement avant d'entrer dans le vif du sujet. Le Challenge Les Dames en Noir a été crée par Zina du blog Les pipelettes en parlent. J'ai découvert ce Challenge via Livraddict. Son but est simple: pendant un an (de Décembre 2014 à Décembre 2015), il s'agit de mettre en avant la littérature policière, les polars, les thrillers, mais aussi et surtout les femmes qui en écrivent, et qui sont parfois un peu oubliées par rapport à leurs collègues masculins. Si vous souhaitez avoir plus d'informations concernant le Challenge, ou (re)lire mes chroniques précédentes, je vous laisse suivre les liens ci-dessous!



Lyndsay Faye, qui est-ce?
Entrons à présent dans le vif du sujet avec une petite présentation de notre auteure du jour, Lyndsay Faye! Je vous avoue avoir eu un peu du mal à trouver des informations la concernant, car les différentes biographies la présentant sur internet sont un peu floues. Née en Californie, Lyndsay Faye y a fait ses études en littérature et en arts du spectacle. Elle se destine d'abord à une carrière d'actrice, et déménage donc à New York en 2005 dans l'espoir de percer dans ce milieu; c'est pourtant une toute autre voie qui s'ouvre à elle. En effet, elle se passionne pour New York et commence à faire de très nombreuses recherches sur la ville, et notamment sur la police new-yorkaise. Elle est également fan de Sherlock Holmes, et c'est donc à ce personnage qu'elle consacre son premier roman, Nous ne sommes qu'ombre et poussière, dans lequel Sherlock Holmes s'attaque à Jack l'Eventreur. Ses deux romans suivants se déroulent à New York et tournent autour du même personnage, Timothy Wilde: ils s'intitulent Le dieu de New York et Le sang noir du secret, dont nous allons parler aujourd'hui. Si vous avez envie d'avoir plus d'informations à son sujet, je vous conseille d'aller visiter son site internet, dont le lien se trouve ci-dessous!


Le sang noir du secret:
Résumé:


En 1846, la police de New York est encore une toute jeune institution, qui peine à trouver ses marques dans une ville pourrie par les criminels et les gangs. Timothy Wilde et son frère, Valentin, travaillent tous les deux dans la police new-yorkaise et se retrouvent confrontés à un cas très particulier: une jeune femme vient voir Timothy après la disparition de sa famille, vraisemblablement enlevée par des marchands d'esclaves. Car même si New York est situé dans un territoire abolitionniste, certains ne reculent devant rien pour réduire des hommes, des femmes et des enfants en esclavage. Mais cette sordide affaire prend une tournure plus dramatique encore lorsqu'un meurtre se produit... Qui se cache derrière tout ça? Quels terribles secrets les deux frères vont-ils découvrir? Un roman entre politique, policier, et historique...

Les aventures de Timothy Wilde:
C'est la seconde fois que Lyndsay Faye utilise le personnage de Timothy Wilde dans un roman. La première fois, c'était dans Le dieu de New York, qu'elle a publié il y a quelques années. Au départ, Timothy Wilde n'avait rien, mais alors rien à voir avec le monde policier: avant la création de la police judiciaire de New York, Timothy exerçait une profession bien différente: celle de barman. Il a intégré la police à sa création en 1845 et fut confronté dès les premiers moments de sa carrière à des cas très difficiles. Un cas difficile, c'est une fois de plus ce qu'il doit résoudre dans ce second roman.
Timothy est ce qu'on peut appeler un acharné. Il ne laisse aucun détail au hasard et refuse de laisser tomber. Cet acharnement, s'il peut être une qualité dans le cas d'une enquête criminelle, lui attire également de nombreux ennuis.
Timothy vit seul, chez une boulangère qui lui loue un petit logement. Il a un grand frère, Valentin, qui travaille également dans la police, mais dont le caractère est bien différent. Valentin est un amateur de vices, et ne s'en cache pas, ce qui choque souvent son frère... Ensemble, ils forment une drôle d'équipe!

L'esclavage au coeur du roman:
En nous entraînant au coeur du 19ème siècle aux Etats-Unis, qui était alors une nation toute jeune, Lyndsay Faye décide de proposer un roman policier historique, au thème assez particulier: l'esclavage. A l'époque, la guerre de Sécession n'a pas encore eu lieu: pour ceux qui ne sont pas très calés en Histoire des Etats-Unis (et rassurez-vous, ce n'est pas très grave!), la guerre de Sécession (ou Civil War en anglais) désigne la guerre qui s'est déroulée entre 1861 et 1865 entre les états abolitionnistes menés notamment par Lincoln et situés principalement au Nord, et les états qui souhaitaient conserver l'esclavage, situé principalement au Sud. Cette guerre sanglante se termina par une victoire du Nord, qui abolit l'esclavage, mais pas forcément les tensions. 
L'esclavage aux Etats-Unis et la Guerre de Sécession ont souvent été des thèmes de choix pour les auteurs ou réalisateurs. C'est par exemple le cas dans Autant en emporte le vent, ou dans le spectaculaire film Twelve Years a Slave, sorti l'an passé. 
Ici l'originalité de Lyndsay Fayes est de proposer une intrigue policière sur la thématique de l'esclavage. La condition de la communauté noire est par exemple mise en avant, notamment dans des conflits où leur parole est souvent de peu de valeur face à celle de leurs tortionnaires. On sent que l'auteure a fait de nombreuses recherches, tant sur la ville de New York et sa police, que sur l'esclavage à cette époque.

Ce que j'ai pensé du livre:
En participant au Challenge Les Dames en Noir, un de mes buts est tout simplement de découvrir des auteures de polar: je ne suis pas vraiment une experte dans ce domaine, donc je demande souvent des suggestions de lecture à des gens qui s'y connaissent mieux que moi (comme ma maman). Mais ce n'est pas grâce à une suggestion que je suis tombée sur ce roman de Lyndsay Faye: c'est en le trouvant dans les nouveautés de ma bibliothèque que j'ai eu envie de le lire, intriguée par le résumé. Qu'a donné ma lecture du Sang noir du secret? Et bien j'ai beaucoup, beaucoup aimé ce roman, qui est un presque coup de coeur!

Commençons par un point capital, selon moi, dans un roman policier: l'intrigue. Et dans ce livre, je trouve que l'intrigue est une des réussites. Dès le début, Lyndsay Faye nous plonge dans l'ambiance et dans l'histoire, et elle nous propose une intrigue palpitante et passionnante, que j'ai suivie avec énormément d'intérêt: j'ai eu du mal à lâcher le roman! A plusieurs reprises, elle nous surprend avec des retournements de situation, et je n'ai franchement pas vu la fin venir. Un bon point, donc, car c'est très désagréable de deviner le dénouement d'une enquête!

Ensuite, j'ai beaucoup aimé le travail de l'auteure en ce qui concerne l'aspect historique de son livre. On sent que Lyndsay Faye ne s'est pas contentée de raconter une histoire, mais qu'elle a aussi fait beaucoup de recherches en amont. Son roman est enrichi de thématiques très intéressantes, surtout si on s'intéresse à l'histoire de l'esclavage aux Etats-Unis: elle fait une utilisation intelligente de ces thèmes. J'aime beaucoup les livres historiques en général, et le mélange policier-historique est ici très réussi. En passant, si je n'ai pas trouvé son style spectaculaire ou incroyable, Lyndsay Faye a néanmoins une plume agréable à lire et que j'ai aimée découvrir.

En ce qui concerne les personnages, je suis légèrement moins emballée, mais tout de même positive. J'ai assez bien aimé le personnage principal, Timothy Wilde, et son dévouement très impressionnant pour ses enquêtes. On sent qu'il n'aime pas laisser un crime impuni! Sa relation avec son frère Valentin est un des éléments les plus marquants du roman: ils sont très différents l'un de l'autre, mais leur duo est dynamique et fonctionne bien. J'ai plutôt bien aimé les personnages secondaires aussi.

Alors pourquoi, si je suis si convaincue par ce livre, ne suis-je pas non plus en train d'en parler comme d'un coup de coeur? Et bien à cause d'un petit point que j'ai remarqué en attaquant ma lecture: ce livre est, comme je l'ai mentionné dans l'article, un tome 2, ce qui n'était pas indiqué sur la couverture ou par la bibliothèque. D'un côté, on peut tout à fait suivre l'intrigue même sans avoir lu le premier tome, mais l'auteure mentionne souvent des événements ou des personnages des aventures antérieures de Timothy Wilde, et du coup on peut se sentir parfois un peu perdu.

Et voilà, c'est tout pour ce livre que j'ai beaucoup aimé et pour aujourd'hui! J'espère que cette petite chronique vous plait, si c'est le cas n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire! On se retrouve très vite pour une nouvelle chronique, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup! :)

AnGee!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...