dimanche 19 octobre 2014

Halloween #7: Vampires et Bayous: Sexe, Sang et Décadence, la Résurrection du Mythe en Louisiane, de Morgane Caussarieu.




Bonjour à tous et à toutes!

Bienvenue sur le Livroscope! J'espère que vous allez bien et que vous avez passé un bon week-end! C'est avec plaisir que je vous retrouve en ce dimanche pour une nouvelle escale dans notre parcours Halloween. Pour cette septième chronique, j'ai décidé de vous parler une fois de plus de vampires, qui sont décidément les créatures emblématiques du mois. Souvenez-vous: il y a quelques semaines, je vous parlais du Salon du Vampire, événement lyonnais auquel je me suis rendue. J'y avais rencontré Morgane Caussarieu, et j'étais repartie avec un exemplaire dédicacé de Vampires et Bayous, l'un de ses livres. Un livre un peu spécial, puisqu'il ne s'agit pas d'un roman ou d'un recueil de nouvelles, comme ce que je chronique habituellement, mais d'un essai autour de la figure du vampire en Louisiane. Je me suis aperçue que depuis quelques temps, les vampires qui m'intéressent viennent de Louisiane: je me suis mise à True Blood et à la saga La Communauté du Sud de Charlaine Harris, j'ai adoré le film Entretien avec un Vampire, et je suis assidument la diffusion de The Originals dont la saison deux vient de commencer. Toutes ces oeuvres ont pour points communs les vampires et la Louisiane, je ne pouvais donc pas passer à côté d'un livre autour de cette thématique! C'est parti pour Vampires et Bayous! :)

Cette chronique compte également en tant que deuxième lecture pour le Challenge Chasse aux Vampires de Leelys!

Morgane Caussarieu, c'est qui?



Commençons, si vous le voulez bien, par une petite présentation de notre auteure du jour: Morgane Caussarieu! Si vous connaissez déjà un peu le blog, ce nom vous dit peut-être quelque chose: en effet,  j'avais déjà brièvement parlé de Morgane Caussarieu lors d'un article consacré au recueil Nouvelles Peaux, des éditions Luciférines, dans lequel on peut retrouver sa nouvelle "Le masque de la mort lente", que j'avais adorée! Histoire d'éviter de me répéter, je vous laisse suivre les liens ci-dessous qui vous mèneront vers l'article sur Nouvelles Peaux, et vers le site de Morgane Caussarieu, extrêmement fourni!



Vampires et Bayous:
Quatrième de couverture:
Anne Rice, Poppy Z. Brite, True Blood: la légende s'écrit désormais en Louisiane!
Si vous pensez que les vampires sont de vieux aristocrates ringards coincés dans un château des Carpates, vous faites erreur. Si vous pensez qu'un essai est toujours ennuyeux et assommant, là encore vous vous trompez. Morgane Caussarieu nous donne sa vision acérée et brillante d'un mythe qui règne en maître sur le fantastique de ces trente dernières années. Tour à tour esclavagiste dans les Plantations, soldat confédéré ou marginal sexuellement décadent, le vampire sudiste - popularisé par Entretien avec un vampire d'Anne Rice, repris par Poppy Z. Brite et la série True Blood - est une créature complexe qui s'amuse à briser les tabous de la puritaine Amérique. Cet essai qui mélange histoire, gender studies et pop culture offre un voyage fascinant dans le passé traumatisant et sensuel de la Nouvelle-Orléans. Une approche documentée, originale et inédite du vampire écrite dans un style percutant.
Ça va saigner. Et cette fois vous êtes prévenus.

Bienvenue en Louisiane!
Comme vous l'aurez compris grâce au début de l'article et à la quatrième de couverture, Morgane Caussarieu nous emmène en voyage, direction la Louisiane!



Commençons donc par un petit point historique et géographique: la Louisiane est un état situé au Sud des Etats-Unis, qui tire son nom d'origine française du Cavelier de la Salle, explorateur qui décida de ce nom pour rendre hommage au souverain Louis XIV. En raison de son climat et de la présence du Mississippi, la Louisiane devint un état esclavagiste réputé pour ses plantations. Au moment de la Guerre de Sécession, qui opposa les états confédérés et l'Union (ou, de façon simplifiée, les états du Sud esclavagistes et les états du Nord abolitionnistes), la Louisiane prit le parti de la Confédération. Le conflit se solda par la victoire de l'Union et l'abolition de l'esclavage.
La Louisiane a une identité très complexe et à part: c'est un mélange de cultures, une histoire douloureuse, et une géographie particulière, avec ses bayous boueux et eaux stagnantes. La ville la plus connue de Louisiane est probablement la Nouvelle-Orléans, avec son architecture unique. Aujourd'hui, la Louisiane a un statut d'état assez pauvre, notamment après le passage de l'ouragan Katrina, mais cet état est également une source d'inspiration inépuisable pour les auteurs et scénaristes qui puisent dans son folklore des personnages et histoires très particuliers: on peut citer évidemment Entretien avec un vampire, True Blood, ou encore la troisième saison d'American Horror Story (Coven). Mais ce qui nous intéresse ici, c'est le vampire!


Une nouvelle image du vampire:
Dans cet essai, Morgane Caussarieu se penche donc sur la figure du vampire, cette créature emblématique de la littérature, du cinéma et des séries télévisées, en relation avec cet état si particulier qu'est la Louisiane.
En littérature, les premiers vampires furent Européens, venant plus particulièrement de l'Est. Les plus connus sont évidemment Dracula et Carmilla, rendus immortels par Bram Stoker et Joseph Sheridan le Fanu. Comme on l'apprend dans Vampires et Bayous, les vampires "traditionnels" sont très différents des vampires que l'on retrouve aux Etats-Unis et plus particulièrement en Louisiane. Et ces différences s'expliquent en partie par le cadre dans lequel ils évoluent: les vampires traditionnels sont des créatures de château, au physique parfois pas très avenant, et dont les caractéristiques ont aujourd'hui pris un coup de vieux. Les vampires des années 2000 ne dorment plus vraiment dans des cercueils et ne se transforment plus en chauve-souris! Aujourd'hui, les vampires, particulièrement en Louisiane, sont sexys, sexués, et ne sont pas aussi poussiéreux que leurs ancêtres.
Ce qui est intéressant, ce que cette image du vampire est attachée à la Louisiane: Morgane Caussarieu le montre explicitement en comparant les vampires de Twilight, saga du Nord, avec ceux de True Blood, saga du Sud. Edward Cullen et sa famille sont des vampires "froids", décidés à s'intégrer à la population locale; Edward refuse toute relation sexuelle avec Bella avant le mariage, et répugne à se nourrir de son sang. A l'inverse, les vampires de True Blood, même si certains, comme Bill, tentent d'avoir des relations avec la communauté des humains, ont leur monde à part, symbolisé par Fangtasia, le bar à vampires: le sexe est un élément important dans l'univers de True Blood, et est souvent lié à l'action de boire du sang, qu'il soit d'humain ou de vampire.
L'identité du vampire en Louisiane est certes plus ouvertement décadente, mais reste parfois complexe, comme le montre Louis, d'Entretien avec un vampire, dont les réflexions et la quête de ses origines montrent une image plus complexe du vampire.

Une foule de thèmes abordés:
Pour parler de la relation vampire-Louisiane, Morgane Caussarieu a choisi de l'aborder sous différents angles, nous offrant un recueil varié. On a de l'histoire, avec par exemple le passé esclavagiste de la Louisiane, de l'histoire littéraire avec l'évolution du vampire en littérature, on parle cinéma, séries télévisées, culture populaire... Bref, on ressort de ce livre avec une quantité incroyable de références à découvrir.



Parmi les thématiques abordées dans Vampires et Bayous, certaines montrent la complexité du vampire comme de la Louisiane. Certains chapitres parlent par exemple du sexe: j'ai mentionné plus haut la grande présence du sexe dans True Blood, mais c'est aussi le cas dans d'autres oeuvres, que ce soit par la métaphore de boire du sang comme acte sexuel (on peut citer Lestat se nourrissant de la poitrine d'une jeune femme), ou tout simplement par l'acte sexuel en lui-même. Le sexe est également présenté sous le jour de la question de l'homosexualité, de l'identité sexuelle et de la quête de celle-ci. Là où ça devient complexe, c'est que la Louisiane est également un état où le culte est très présent, que ce soit par la religion, le vaudou, l'exorcisme... Le vampire est-il une créature de Dieu? Une créature damnée? A t'il encore une âme? Voilà des questions souvent utilisées dans les oeuvres vampiriques, et qui contrastent avec l'univers de débauche ambiante. J'ai particulièrement aimé la façon dont Morgane Caussarieu parlait de ces thèmes en s'appuyant sur le générique de la série True Blood, qui combine milieu hostile, religion, sexe, sang et débauche, et que je vous laisse regarder ici.


Ce que j'ai pensé du livre:
En jettant un oeil à mes lectures, il est facile de se rendre compte que ce que je lis est principalement du roman, de la nouvelle, de la BD, du comics, quelques mangas et de temps en temps des livres sur l'Histoire (des biographies pour la plupart). Il est donc très rare que je lise des essais, à l'exception de lectures scolaires. Il me semble même que c'est la première fois que je présente un essai sur le blog! J'ai décidé de lire Vampires et Bayous car les vampires m'intéressent, et parce que je me passionne depuis quelques temps pour la Louisiane. J'étais curieuse de voir ce que cet essai allait donner. Au final, Vampires et Bayous est une lecture passionnante, un coup de coeur pour moi!

Vampires et Bayous est un essai captivant, où religion, Histoire, pop culture et littérature se mélangent à la perfection. Morgane Caussarieu parvient à nous proposer une étude variée, où de très nombreux thèmes et sujets sont abordés: j'ai mentionné plus haut le sexe et la religion, mais on peut également parler de la nature présente en Louisiane, avec les marécages et les bayous, l'impact de la Guerre de Sécession et de l'esclavage, ainsi que la relation de grands noms de la littérature vampirique avec ces différents thèmes. Par exemple, elle parle de la relation complexe qu'Anne Rice entretient avec la religion, et comment celle-ci a un impact sur son oeuvre. On trouve énormément de choses dans cet essai, et en ce qui me concerne j'ai beaucoup appris au cours de ma lecture, qui s'est avérée très enrichissante.



Autre point que j'ai adoré: la richesse des références. Personnellement, je pense m'y connaitre un peu en vampires, même si je suis loin d'être une experte. Du coup, je suis toujours partante pour découvrir de nouveaux livres, films, séries autour de ces créatures, et c'est exactement ce que ce livre nous propose: j'ai terminé Vampires et Bayous avec une liste impressionnante de références à découvrir, pour mon plus grand bonheur. Si les vampires vous intéressent, ce livre est fait pour vous! On sent que l'auteure a fait un gros travail de documentation et c'est agréable. C'est également un moyen de replacer certaines oeuvres dans un contexte historique, littéraire et géographique particulier: j'ai trouvé intéressante la comparaison entre Twilight de Stephenie Meyer et La Communauté du Sud de Charlaine Harris, qui est pour moi un bon exemple de cette contextualisation.

La Louisiane, une région qui a du coeur.
Morgane Caussarieu a une plume vraiment agréable, l'essai se lit bien, et honnêtement ce qui est dit en quatrième de couverture est vrai: on est loin de l'image de l'essai ennuyeux, elle conjugue lecture enrichissante et plaisante, un bon point! Il serait temps que je me plonge dans un de ses romans!

J'ai également apprécié la présence de nombreuses photos et images, qui apportent un plus au livre. Les essais sont souvent denses en raison du grand nombre d'informations que l'on y trouve, donc j'ai trouvé que les images aéraient un peu l'ensemble, et encore une fois apportent un plus! L'univers des vampires est souvent visuel, de plus.  

En bref, Vampires et Bayous est un essai que je recommande aux fans de vampires, qui ont envie de découvrir ces créatures d'une façon un peu différente. Personnellement, je ne regrette pas ma lecture!

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cet article vous a plu, on se retrouve prochainement pour une huitième chronique Halloween! En attendant, n'hésitez pas à me laisser vos avis et suggestions, je me fais un plaisir de vous répondre! Prenez soin de vous :)

AnGee Ersatz*



vendredi 17 octobre 2014

Halloween #6: Batman VS Aliens (Tome 2) de Edginton, Johnson, Hodgkins et Wright (chronique par Psychic TV).



Batman Vs Aliens (tome 2).

Ecrit et dessiné par : Edginton, Johnson, Hodgkins, Wright.
Aux éditions Soleil Us Comics


Je ne revenais pas du dernier cross-over que je venais de lire. J'avais fait la lutte entre Alien et Predator, avec Batman et Superman en héros principaux. Et bien avant, j'avais résumé mes impressions sur Superman vs Predator. Mais la boucle n'était pas encore bouclée, loin de là.
Alors que j'étais en train de ne pas perdre mon sang froid sur la station Sébastopol avec Amanda Ripley, tout en jouant à un cache-cache mortel avec un xénomorph en mode Creepypasta, j'ai entendu parler d'un comic qui pourrait finir mon épopée. Qui me permettrait de reprendre confiance en moi, et dans mes lectures.
Ni une ni deux, je pris la dernière capsule de secours et me rendis sur Terre pour acheter le dit comics, appelé Batman vs Aliens. 

Je me suis donc lancé dans la lecture de ce comics au pitch qui rappelle un peu celui de Superman vs Predator : Une expédition, des extraterrestres, blah blah. Ici, une expédition est menée en 1927 dans une montagne isolée du monde civilisé afin de découvrir « un élément manquant » dans l'histoire de l'humanité, et ainsi faire de cette découverte une avancée majeure dans l'histoire humaine. Hélas, les premières pages montreront les derniers survivants attaqués par des xénomorphs...
De nos jours, à Gotham City, des travaux d'urbanisme ont mis à jour un gigantesque bunker enfoui sous la ville, et entièrement scellé. Malheureusement, les ouvriers ont ouvert la gigantesque porte en métal de ce bunker et ont relâché une menace pour la ville.

Voir Batman et Aliens ensemble est assez intéressant. Batman, qui n'est que « super-héroïque » grâce à ses revenus de rentier et ses gadgets, affronte ici un adversaire primitif, n'ayant que pour but de détruire et se reproduire. Facehuggers, Chestbusters, et Xénomorphs, le bestiaire de la créature de Giger est bel et bien présent, hormis peut-être la reine alien. Mais qu'importe, vu que le cross-over permet l'apparition de nouvelles espèces d'aliens...dangereuses, dont je ne vous spoile pas la présence. Mais dès que l'on commence à jouer avec la génétique, ça donne des trucs à mi-chemin entre l'hilarité et la stupéfaction.

Batman, durant son enquête et son combat pour éliminer la menace Alien, sera confronté également à des protagonistes de la licence Batman dans un style graphique qui est à mon sens le plus « réussi » des trois cross-overs que j'ai lus à ce jour. Cela me rappelle la patte graphique de Watchmen, parfois très détaillée et bien dessinée. L'histoire en elle même se lit aussi vite que les deux précédentes et nous tient autant en haleine que Superman vs Predator, avec toutefois une légère chute vers la fin, et une fin assez brusque, qui me fait dire « Ok, d'accord ! » et « Y'en a qui ont trop reniflé de colle » à la suite.

Mais qu'importe, ce comic reste dans la veine de ceux que j'ai lus, avec un pitch barré mais qui laisse place à une aventure bien plus gore et stressante que les précédentes. Contrairement aux yautja qui n'éprouvent aucun plaisir à tuer des innocents, l'Alien tue pour se nourrir et évoluer. Ce qui le rend bien plus dangereux.
D'ailleurs, cela nous permet de réfléchir sur les cross-overs : il est judicieux de ne pas mélanger plus de deux licences sous peine de finir en fan-service démesuré. Tout comme Superman vs Predator, Batman vs Aliens est passionnant à lire, et un peu moins bordélique que Superman and Batman vs Aliens and Predator. 

Et j'annonce au passage que j'étudie actuellement avec AnGee Livroscope des concepts de nouveaux articles, en sus de mon propre blog personnel, que je posterai ici, afin d'éventuellement traiter un de mes loisirs, le jeu vidéo, sous un autre angle (de préférence écrit) que les podcasts / let's play / tests qui sont légion sur Internet. Ce concept est encore à l'étude, certaines idées sont en train de se développer, mais j'espère vous le proposer au plus vite, si le temps et les idées sont là.

-PsychicTV


samedi 11 octobre 2014

Hello Halloween #5: Dead Until Dark, de Charlaine Harris (La Communauté du Sud, tome 1).

Bannière par Psychic TV.



Hello à tous et à toutes!

Bienvenue sur le Livroscope en ce début de week-end! J'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique. Aujourd'hui, les crocs sont au rendez-vous puisque je vous propose pour notre nouvelle étape du mois Halloween une lecture vampirique! Je suis actuellement en pleine phase "vampires", décidée à découvrir des livres, films et séries autour de ces créatures, et j'ai décidé de me motiver davantage en m'inscrivant à un challenge crée récemment autour des vampires, intitulé Chasse aux vampires. Pour ma première participation, j'ai choisi de lire le premier tome d'une saga très connue, la Communauté du Sud de Charlaine Harris, saga qui est devenue très populaire grâce à son adaptation télévisée, True Blood. C'est parti pour Dead Until Dark, bonne lecture :)


Le Challenge Chasse aux Vampires:
Avant d'aller plus loin et de commencer ma présentation du livre, je tenais à vous parler un petit peu du Challenge sur les vampires qui nous accompagnera sur le blog pendant quelques temps. Ce Challenge porte le nom de Chasse aux Vampires, et il a été crée par leelys via Livraddict. C'est un challenge illimité dans le temps, donc vous pouvez vous y inscrire n'importe quand et prendre tout votre temps pour faire vos lectures et chroniques.
Il y a cinq paliers correspondant à un certain nombre de livres: Nouveaux nés, Buveur de Sang, Cullen, Dracula et Maître Vampire. En ce qui me concerne, j'ai choisi de m'inscrire dans la catégorie Dracula, et de lire seize livres autour des vampires!
Si vous souhaitez plus d'informations sur le Challenge ou nous rejoindre, je vous laisse suivre le lien ci-dessous!


Charlaine Harris, c'est qui?
Entrons à présent dans le vif du sujet, et attaquons par une petite présentation de l'auteure de Dead Until Dark: Charlaine Harris!



Charlaine Harris a grandi dans le Mississippi où elle est née en 1951. Elle commence sa carrière d'auteure au début des années 1990, en publiant une première série, Aurora Teagarden, puis une seconde, Lily Bard. Ces deux premières sagas sont orientées vers le crime et les enquêtes, et comptent plusieurs tomes chacune. Au début des années 2000, elle prend une nouvelle direction avec le premier tome de la Communauté du Sud (saga intitulée The Southern Vampire Mysteries en version originale): elle s'attaque aux vampires, créatures devenues liées au Sud des Etats-Unis avec Entretien avec un Vampire d'Anne Rice. Le succès est au rendez-vous, et depuis elle publie à un rythme effréné, écrivant même d'autres sagas et romans en parallèle!
Si Charlaine Harris vous intéresse, vous pouvez vous rendre sur son site internet pour en découvrir davantage!


La Communauté du Sud:
Quelques informations sur la saga:
La Communauté du Sud, ou The Southern Vampire Mysteries, est la série la plus connue de Charlaine Harris. Démarrée en 2001, elle s'est arrêtée en 2013, après douze ans de bons et loyaux services et treize tomes. Treize tomes, des romans, mais il existe également de nombreuses nouvelles autour des personnages de la série, un bon point pour les fans (il y en a plus d'une quinzaine!).
En 2008, une adaptation de la saga fut lancée sur petits écrans, par Alan Ball, scénariste réputé. Diffusée sur HBO (chaîne qui diffuse également Game of Thrones), True Blood compte sept saisons d'une dizaine d'épisodes chacune. La série s'est arrêtée il y a quelques semaines, à la fin du mois d'Août.
Au niveau du casting, on retrouve la célèbre Anna Paquin dans le rôle principal de Sookie Stackhouse. Bill Compton, son copain vampire, est joué par Stephen Moyer. Alexander Skarsgard, acteur d'origine suédoise, joue le mystérieux vampire Eric.


Dead Until Dark:
Résumé:
Bienvenue à Bon Temps, Louisiane! Sookie Stackhouse, orpheline, est une jeune femme qui travaille comme serveuse dans un bar restaurant un peu miteux. Sa vie pourrait être très banale, mais des pouvoirs télépathiques lui pourrissent ses journées et l'empêchent d'avoir la moindre relation avec un homme. Un jour, elle rencontre Bill, un vampire qui fait chavirer son coeur... Et au même moment, plusieurs femmes sont retrouvées assassinées dans d'étranges circonstances. Les vampires se retrouvent à être les suspects principaux. Sookie est bien déterminée à découvrir ce qui se cache derrière ces meurtres, à ses risques et périls!

Une histoire de vampires sur fond d'enquête policière:
Avec Dead Until Dark, Charlaine Harris a décidé de proposer aux lecteurs une intrigue criminelle, avec une série de meurtres similaires: des jeunes femmes sont retrouvées chez elle, mortes, et toutes portent des marques de morsures de vampires... Et c'est là qu'entrent en scène les vampires!
Car comme les couvertures le mettent si bien en avant, les vampires sont un élément très important du roman. Dead Until Dark s'ouvre avec la rencontre entre Sookie, notre héroïne, et Bill, le premier vampire qu'elle voit dans sa vie et à Bon Temps. Les vampires, dans le roman, ne se cachent pas vraiment, et leur existence est connue de tous. Si cela est possible, c'est en partie grâce à l'existence d'un sang synthétique, qui permettrait à humains et vampires de cohabiter sans trop de difficultés, étant donné que les vampires n'ont plus à vider des humains de leur sang. Mais la relation qu'ils entretiennent avec les humains n'est pas de tout repos. Si la plupart des humains ne semblent pas trop se préoccuper des vampires, il y a quand même des extrêmes. D'un côté, il y a une minorité de fans de vampires, prêts à offrir leur sang, et aussi leur corps. Et de l'autre, il y a une autre minorité, celle composée de ceux qui détestent les vampires, cherchent à les drainer de leur sang pour le vendre (le sang de vampire se vend apparemment au marché noir), ou qui font tout pour leur rendre la vie impossible. Les vampires sont les premiers accusés des meurtres, et s'attirent facilement les foudres de la population...

Sookie, notre héroïne:
Avant de passer à ce que j'ai pensé de Dead Until Dark, je tenais à parler un peu de Sookie, l'héroïne principale de ce roman. 
Sookie a passé toute sa vie à Bon Temps, en Louisiane. Avec son frère, Jason, elle a été élevée par sa grand-mère après le décès de ses parents. Elle vit toujours avec sa grand-mère, qu'elle aime énormément. Après avoir enchaîné plusieurs petits boulots, elle travaille au restaurant de Sam Merlotte, en tant que serveuse. Elle entretient de bonnes relations avec ses collègues et son patron. Physiquement, elle est décrite comme étant une jolie fille, blonde, avec un physique avantageux. 
Pourtant, Sookie a auprès des habitants de Bon Temps une réputation de fille au mieux bizarre, au pire mentalement dérangée. Pourquoi cette réputation? Tout simplement parce que Sookie a, depuis toujours, la capacité de lire les pensées des gens, ou plutôt de les entendre en permanence, sans pouvoir y faire grand chose. On pourrait penser que ce don est fantastique, mais pour elle, c'est plutôt une énorme gêne au quotidien: elle a du mal à contrôler ses réactions par rapport à ce qu'elle peut entendre parfois, ce qui n'est pas génial pour nouer des liens avec les gens autour d'elle, notamment avec les hommes. Sookie n'a donc eu aucune relation amoureuse, au contraire de son frère Jason, qui semble avoir couché avec toutes les filles de Bon Temps. Aussi lorsque Bill, un beau vampire dont elle n'entend pas les pensées semble attiré par elle, elle ne peut pas s'empêcher de tomber sous son charme...

Ce que j'ai pensé de ce premier tome:
Jusqu'à présent, j'ai assez peu parlé de vampires sur le blog, alors que pourtant je bouffe du vampire en permanence, et quand j'en parle, c'est surtout pour des classiques (Dracula ou Carmilla), alors que j'aime tout autant les vampires contemporains et plus récents. On trouve dans mes films préférés Fright Night avec Colin Farrell et David Tennant, et je suis une grosse dans The Originals et surtout Buffy, une de mes références absolues. Néanmoins, je n'ai encore JAMAIS regardé True Blood, la série inspirée par les romans de Charlaine Harris. C'est une série dont j'entends énormément parler depuis des années, j'ai envie de m'y mettre sans jamais trouver le temps de le faire. Du coup, lorsque j'ai pu lire le premier tome de la saga, je n'ai pas hésité. Et j'ai bien fait, car Dead Until Dark fut une lecture bien agréable!

Premier point que j'ai apprécié: l'intrigue! Charlaine Harris parvient à nous proposer une histoire mêlant intrigue policière (rappelons qu'elle a commencé par écrire des enquêtes) et vampires efficacement et de façon intéressante. En ce qui concerne l'aspect policier, il a du suspens, pas mal de rebondissements, et un dénouement assez réussi: je n'ai pas réussi à trouver qui était l'assassin jusqu'à la fin (même si, rappelons-le, je suis un peu une quiche en enquêtes. Et je fais un mémoire sur Sherlock Holmes. La tristesse)! Les vampires sont bien incorporés à cette intrigue criminelle, et les sous-intrigues (la relation entre Sookie et Bill) sont assez sympathiques. J'aurais peut-être aimé que certains éléments soient plus poussés, comme l'histoire des vampires et du virus. Mais dans l'ensemble, rien de trop négatif à relever!

J'appréhendais un peu de découvrir les personnages de cette saga. Mes amis fans de True Blood me parlent souvent de Sookie, Bill ou Eric, et je sais que certains DETESTENT (mais vraiment) Sookie, qu'ils trouvent un peu quiche. En ce qui me concerne, c'est probablement le personnage que j'ai préféré ici. Sookie me plait par son caractère, qui combine à la fois une certaine force (elle sait se défendre et sait être badass quand il le faut), et une certaine fragilité avec son pouvoir, la façon dont les autres la considèrent... J'ai particulièrement aimé ses relations aux autres personnages, notamment à sa grand-mère, qu'elle aime beaucoup. Les vampires sont sympathiques aussi, même si pour l'instant je les trouve un peu effacés. Je suis intriguée par Eric, et sa relation avec Bill renforce ma curiosité.

Il y a pas mal d'autres éléments que j'ai aimés dans ce livre: la plume de Charlaine Harris, par exemple, qui est fluide, agréable, et grâce à ça le livre se lit très vite. J'ai accroché à sa façon d'écrire, et j'ai bien envie de découvrir ses autres écrits, que ce soit pour La Communauté du Sud ou ses autres séries policières. Les relations entre les personnages, aussi, sont intéressantes!

Enfin, j'ai adoré l'ambiance présente dans ce livre. Je ne sais pas si c'est parce que ça se passe dans le Sud des Etats-Unis, ou en raison des personnages et lieux choisis (un bar/restaurant un peu cliché), mais je trouve qu'il y a vraiment une atmosphère unique qui se dégage de ce roman. Un bon point!

Pour conclure, je dois dire que même si ce livre n'a pas été un coup de coeur, je me suis régalée avec ce premier tombe. Je compte lire la suite de Dead Until Dark, je me suis également plongée récemment dans la série!

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cet article 100% vampire vous a plu, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire, ainsi qu'à me donner vos avis sur la série ou les livres! D'ici quelques jours je reviendrai avec un nouvel article, consacré à une série dont je suis impatiente de vous parler: Penny Dreadful! En attendant prenez soin de vous :)

AnGee Ersatz*





mercredi 8 octobre 2014

Hello Halloween #4: l'Apprenti Epouvanteur, de Joseph Delaney.



Bonjour, bonjour, amis lecteurs!

Bienvenue sur le Livroscope, j'espère que vous passez une bonne semaine! Je suis heureuse de vous retrouver aujourd'hui pour une nouvelle chronique, la quatrième de notre mois Halloween! Après un détour chez Stephen King et dans le monde des vampires, je vous propose de nous pencher à nouveau sur un roman, destiné cette fois à un public un peu plus jeunesse/adolescent. Et oui, il n'y a pas que les adultes qui ont droit aux lectures effrayantes! Il n'est pas rare de trouver en librairies ou en bibliothèques des romans destinés à faire peur aux enfants et aux adolescents, et ce n'est pas une invention récente: les lecteurs de ma génération se rappelleront sûrement de la collection Chair de Poule, dont certains titres hantent encore mes nuits... Le roman du jour est le premier tome d'une saga assez populaire et qui fête cette année ses dix ans: The Wardstone Chronicles! C'est parti pour l'Apprenti Epouvanteur de Joseph Delaney!

Qui est Joseph Delaney?
Commençons sans plus attendre par nous pencher un peu sur notre auteur du jour, à savoir Joseph Delaney!



Joseph Delaney est né en 1945 en Angleterre, à Preston. Après des études, il devient professeur d'anglais, et commence à écrire sous un pseudonyme, J.K Haderack. C'est en 2004 qu'il démarre la série de romans The Wardstone Chronicles (connue en français sous le titre de saga de l'Epouvanteur). Très rapidement, le succès est au rendez-vous, et Delaney décide de se consacrer à l'écriture exclusivement. Il a déjà publié treize tomes de sa saga, toujours en cours, et écrit également des livres hors-série et des nouvelles autour de l'univers de son héros principal, Tom Ward.


La saga The Wardstone Chronicles:
Avant de nous attaquer à l'Apprenti Epouvanteur, voici quelques mots sur la saga en elle-même.
The Wardstone Chronicles est la saga racontant les histoires de Tom Ward, un garçon apprenant à devenir Epouvanteur et devant affronter sorcières, gobelins et autres créatures monstrueuses. Le premier tome, l'Apprenti Epouvanteur, fut publié en 2004 sous le titre original de The Spook's Apprentice. Elle compte pour l'instant treize tome, le dernier en date ayant été publié en 2014. En France, c'est chez Bayard Jeunesse que les lecteurs peuvent la retrouver, même si pour l'instant seuls dix tomes ont été traduits.
Histoire de rendre son univers encore un peu dense, Joseph Delaney a également écrit des romans en dehors de la saga, tournant autour des sorcières principalement, ainsi que des nouvelles (qui ne sont apparemment pas encore disponibles en France).

Le succès de la saga est tel qu'il a été décidé de l'adapter sur grand écran, comme beaucoup d'autres sagas avant elle (Harry Potter ou Narnia, par exemple). Réalisé par Sergei Bodrov, The Seventh Son a un casting assez impressionnant, avec Ben Barnes dans le rôle titre, Jeff Bridges, Julianne Moore, ou encore Kit Harington. La sortie est prévue pour Février 2015, si elle n'est pas encore repoussée d'ici là (il devait sortir en Octobre 2013, ça fait un an que j'attends ce film). Je vous laisse avec la bande-annonce pour que vous vous fassiez une idée de ce que ça donnera!



L'Apprenti Epouvanteur:
Résumé:



Alors qu'il va bientôt avoir treize ans, la vie de Tom Ward devient l'apprenti de l'Epouvanteur John Gregory. Il vivait jusqu'alors dans la ferme familiale, avec ses parents, son frère aîné et sa belle-soeur enceinte. Mais parce qu'il est le septième fils d'un septième fils, Tom devient apprenti Epouvanteur. Avec Gregory, il devra apprendre à chasser sorcières, esprits et gobelins qui s'en prennent aux humains. Un apprentissage difficile en vue d'une vie de solitude à laquelle Tom n'est pas forcément préparé. Et ses problèmes sont loin de s'arranger lorsqu'il rencontre Alice, une demoiselle connaissant bien le monde des sorcières...

Le septième fils d'un septième fils:
Le héros de notre saga, c'est Tom Ward, bientôt treize ans. Tom vit avec sa famille dans un univers modeste, son père étant fermier, jusqu'au jour où il devient apprenti de John Gregory.
On pourrait penser que Tom est choisi pour devenir apprenti parce qu'il a des aptitudes particulières, un intelligence supérieure, des pouvoirs magiques, une force incroyable, ou tout autre attribut du même genre. Mais en réalité, ce n'est pas vraiment le cas: Tom est un garçon tout ce qu'il y a de plus normal. Si il est choisi, c'est pour une raison assez spéciale: il est le septième fils d'un septième fils. C'est un point sur lequel insiste beaucoup Gregory lorsqu'il rencontre Tom, et dans la saga en général, même si dans ce premier tome peu de choses sont expliquées par rapport au chiffre sept. Le film adapté de la saga, d'ailleurs, est intitulé The Seventh Son (le septième fils, en français). 
Je ne suis pas du tout experte en numérologie, mais le chiffre sept est souvent considéré comme un chiffre particulier, même magique. C'est un chiffre chargé de multiples significations, comme les sept pêchés capitaux, les sept couleurs de l'arc-en-ciel... Dans la Bible, par exemple, le chiffre sept est très souvent utilisé. 
Pour devenir Epouvanteur, il faut être le septième fils d'un septième fils, ce qui fait résonner encore plus le côté mythologique de ce chiffre.

La vie solitaire d'un épouvanteur:
Dès les premières pages du roman, on constate que l'auteur ne perd pas de temps, et l'intrigue commence directement au moment où Tom devient l'apprenti de John Gregory, Epouvanteur. Un Epouvanteur, en gros, est chargé de s'occuper de tout un tas de créatures malfaisantes et cruelles: le roman insiste principalement ici sur les sorcières et sur les gobelins. Tom va devoir apprendre à gérer des situations compliquées et à affronter les pires monstres imaginables.



Un Epouvanteur a donc une utilité importante, puisqu'il garantit aux humains la paix, et s'occupe de choses dont personne ne veut s'occuper. On pourrait donc s'attendre à ce qu'un Epouvanteur soit donc reconnu, remercié, et apprécié pour ses actions, puisqu'ils se bat contre les forces du mal. Néanmoins, le lecteur constate dès le début que les choses ne sont pas aussi simples. 
Car les Epouvanteurs sont condamnés à une vie de solitude. Les gens les craignent, au mieux, ou les détestent, au pire. Ils sont rarement les bienvenus là où ils passent, et se tiennent aussi éloignés que possible des habitations et des hommes. La famille de Tom elle-même n'est pas à l'aise avec les Epouvanteurs: son frère, en particulier, réagit très mal au nouveau métier de Tom. Tom et Gregory vivent reclus, avec très peu de contacts avec l'extérieur. Le jeune garçon le découvre très vite mais n'est pas prêt à l'accepter. La solitude peut être pesante, surtout à un si jeune âge. Les Epouvanteurs sont nécessaires mais mal accueillis car ils reflètent ce que les autres ne veulent pas voir ou savoir: l'existence de créatures néfastes.

Ce que j'ai pensé de ce livre:
En préparant mon planning du mois (car oui, je fais des plannings, que je ne respecte pas toujours, mais bon), j'ai eu envie d'incorporer dans mes lectures Halloween des livres variés, afin qu'un maximum de monde y trouve son compte. Il me semblait important de parler également de lectures jeunesse, et mon choix s'est très vite arrêté sur la saga de l'Epouvanteur: je l'ai découverte à sa sortie, et j'avais envie de m'y replonger pour la sortie du film depuis longtemps. Que dire de cette lecture? Et bien j'ai passé un bon moment à relire ce premier tome.

Le problème que j'ai souvent avec les premiers tomes de saga, c'est que parfois il ne se passe pas grand chose et qu'ils servent davantage à introduire ce qui va se passer après. Ici, ce n'est pas le cas: en plus d'installer les personnages principaux comme Gregory, Alice, et surtout Tom, l'auteur nous livre une première confrontation pour le héros, une première histoire assez chargée en événements et rebondissements. Je me souviens avoir eu cette impression petite, et je l'ai conservée à ma relecture. On a envie de savoir ce qui va arriver dans les tomes suivants, tout en ayant une histoire complète qui ne nous laisse pas sur notre faim. 

Un autre élément que j'aimais énormément plus jeune, c'était le héros que je trouvais sympathique et touchant. Tom est un jeune garçon auquel on peut s'identifier parce qu'il est humain: il a peur, il fait des erreurs, il a des moments d'inquiétude et de doutes. Tom n'est pas un super héros, c'est un garçon banal et c'est ce qui le rend attachant. On pourrait penser que par sa fonction d'Epouvanteur, Tom s'éloignerait de cette image pour s'approcher de celle du superhéros: mais au final, on se rend compte que c'est une vie dangereuse, solitaire, ou même sa famille semble s'éloigner de lui. Et ce n'est pas vraiment très enviable. 


Les autres personnages sont intéressants aussi, comme Alice et Gregory. On découvre petit à petit des choses sur eux, et c'est principalement la relation qu'ils ont chacun avec Tom qui est mise en avant. J'ai envie de voir comment ces relations évoluent dans les tomes suivants, et surtout envie d'en apprendre plus sur Gregory, qui est un personnage assez mystérieux pour l'instant.

En ce qui concerne le côté "effrayant", qui est mis en avant par l'édition française (dont je parlerai dans un instant), je me souviens avoir eu peur lorsque j'ai lu ce livre la première fois, sous une couette en pleine nuit. Avec quelques années de plus et une plus grande expérience des monstres, je suis un peu moins sensible à cela aujourd'hui, même si la Mère Malkin n'a pas l'air très agréable. 

Je tiens à souligner le fait que l'édition des romans est soignée, notamment au niveau de la couverture, très sobre et élégante, avec un effet vieux livre en cuir. C'était l'une des raisons qui m'ont poussée à le lire plus jeune, c'est personnellement le genre de livres qui m'attire en librairie ou bibliothèque. 

J'avais encore lu quelques tomes de la saga, mais je n'étais pas allée très loin. J'ai aujourd'hui envie de lire la suite et de découvrir ce qui va arriver à Tom, Gregory, Alice et les autres. Je pense donc me pencher sur les tomes suivants et je suis aussi impatiente de voir ce que le film donnera!

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cet article jeunesse vous a plu, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire! Si les lectures jeunesse pour Halloween vous intéresse, je prévois de consacrer un autre article ainsi qu'une vidéo à ce sujet très prochainement! On se retrouve très vite, en attendant prenez soin de vous!

AnGee Ersatz*



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...