lundi 18 janvier 2016

Noctambulant de Will Black Mind.



Bonjour à tous et à toutes!

Je vous souhaite la bienvenue sur le Livroscope! Je suis AnGee et je suis ravie de vous retrouver aujourd'hui pour une nouvelle chronique, qui va mettre à l'honneur un genre assez peu exploité sur le blog, à savoir la poésie! En effet, il est assez rare que je chronique de la poésie. Plus jeune, j'en lisais beaucoup, mais il est vrai que je me suis davantage tournée vers les romans ces dernières années. C'est grâce à Will Black Mind, que j'ai déjà présenté sur le blog, que je peux vous parler aujourd'hui de poésie: il m'a très gentiment proposé de découvrir son recueil Noctambulant, publié chez Parfum de Nuit, que je vous propose à votre tour de découvrir! En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

Will Black Mind, c'est qui?
Histoire de commencer en douceur, il me faut vous parler de Will Black Mind, l'auteur de ce recueil. Etant donné que ce n'est pas la première fois que je traite de l'un de ses livres sur le blog, je vais éviter de me répéter et plutôt vous rediriger les précédentes chroniques publiées à son sujet: j'ai en effet parlé de son livre A la rencontre des gothiques, co-écrit avec Chris Vilhelm, ainsi que son livre On a marché sur le crâne, mêlant textes poétiques et photographies. C'est un auteur qui a plusieurs cordes à son arc, et que je vous propose de découvrir davantage en cliquant sur le lien ci-dessous! 


Noctambulant:
Quatrième de couverture:
Le Noctambulant de Will Black Mind dérive pari les vivants et les autres, tapis dans l'ombre, parmi eux et pourtant lointain, il observe, il décrit, vibre et tremble, dans une longue errance, souffre, cherche, et surtout ressent, avec acuité, toute la noirceur du monde, cette symphonie amère. Noctambulant retrace la course d'un soleil noir, de l'aube blême au crépuscule, de promesses toujours grinçantes en manques irremplaçables en passant par les inévitables blessures du quotidien, le froid de la solitude, les petites et les grandes défaites, les rencontres fulgurantes, où la chaleur d'aimer se confond avec celle du sang qui coule, les réflexions résolues, optimistes ou désabusées.

Un recueil qui nous emmène aux quatre coins de la poésie:
Lors de ma dernière chronique consacrée à Will Black Mind, je vous avais parlé de son livre On a marché sur le crâne, où la poésie était déjà à l'honneur. Dans Noctambulant, c'est pas moins d'une quarantaine de textes qui attendent le lecteur, et ce qui est intéressant, c'est que l'auteur exploite la poésie sous de nombreuses formes.
Certains poèmes sont très courts, de quelques lignes seulement, tandis que pour d'autres (comme "Des nuées"), il laisse sa plume divaguer sur davantage de longueur, nous proposant alors des textes plus longs. Mais quelque soit la longueur du texte, ils se rejoignent tous grâce à la plume travaillée de l'auteur.
Will Black Mind expérimente avec chacun de ses textes: il nous propose notamment pas mal de prose, utilise des constructions à base de strophes, et s'inspire aussi des mythes et légendes nordiques, avec par exemple des références à Thor.
Le tour s'accompagne, comme pour On a marché sur le crâne, de plusieurs photos illustrant les différentes parties du recueil.

Petite présentation des différentes parties:
Le recueil Noctambulant est composé de plusieurs parties, que je vous propose de découvrir un peu plus en détails à présent. 
Tout d'abord, il s'ouvre avec "Dead lyrics of the sins", une ouverte faite de textes plutôt sombres et mélancoliques, mais également influencés pour certains par la culture nordique. C'est par exemple le cas de Ragnarök, qui correspond en gros à la fin du monde dans la mythologie nordique. J'ai aussi retenu de cette première partie les textes "Ester" et surtout "Le scribe". 



Ensuite, nous découvrons "Noctophile", une partie dont j'aime bien le nom, qui exprime s'ailleurs assez bien le contenu des textes que l'on y trouve. La nuit et les ombres sont au coeur de cette seconde partie. On retrouve une certaine noirceur comme fil rouge. Un poème à retenir: "Fils de la nuit". 
La troisième partie s'intitule "A la recherche de l'ange". On y retrouve des textes un peu plus romantiques, les sentiments sont plus présents et un peu moins sombres. Deux textes semblent formés un diptyque grâce à leur ouverture similaire et leur positionnement côte à côte: il s'agit de "Poussière d'ange" (que j'ai particulièrement aimé) et "The One". 
L'avant-dernière catégorie, c'est "Observations et prescriptions", un nom assez intriguant. Cette partie est un peu plus courte que les autres et comprend trois poèmes, dont "Lycéenes". 
Pour finir, nous avons "Noirceurs volatiles", qui évoque une fois de plus ce fil rouge de la noirceur et des ombres. La nuit est encore un peu présentes. On retrouve notamment dans cette partie le long poème en prose "Des nuées". 

Ce que j'en ai pensé:
Comme je l'ai mentionné un peu plus haut, la poésie est un genre dont je parle assez peu sur le blog, pour la bonne et simple raison que je n'en lis plus autant qu'avant. Néanmoins, j'ai été ravie de pouvoir découvrir un peu plus la plume de Will Black Mind (et je l'en remercie) en lisant Noctambulant. Que dire de ce recueil? Et bien j'ai passé un bon moment de lecture avec Noctambulant, une plongée dans la poésie comme je n'en avais pas fait depuis longtemps.

Tout d'abord, j'ai lu ce livre en prenant mon temps. Il était sur ma table de nuit pendant tout le début de ce mois de Janvier, et chaque soir j'en lisais quelques extraits. C'est, personnellement, la façon dont j'aime lire de la poésie: en lisant quelques vers ici et là, en prenant le temps de bien les ingérer et de les digérer, en réfléchissant pendant et après ma lecture. Ici, avec une quarantaine de textes, j'ai eu de quoi faire!

Une fois de plus, j'ai été séduite par la plume de Will Black Mind. J'avais déjà apprécié ce point dans ma lecture d'On a marché sur le crâne. Je trouve en particulier qu'il a un vocabulaire assez recherché, ce qui est appréciable dans un monde où j'ai l'impression de lire sans cesse les mêmes mots. J'ai également aimé le fait qu'il explore différentes formes de poésie, tout en gardant dans ses thématiques et dans son style un fil rouge. 

En parlant de thématiques, j'ai aimé la façon dont l'auteur explore les différents thèmes: il parle de sentiments, des ombres, de la souffrance, et exploite, comme je l'ai mentionné, la mythologie nordique comme inspiration. 

J'ai aussi apprécié les différentes photographies qui accompagnaient les textes. J'avais déjà apprécié ce point dans On a marché sur le crâne, et je trouve que les photographies présentes dans celui-ci sont belles aussi, et j'ai trouvé qu'elles accompagnent bien les différents textes.

En bref, Noctambulant a été pour moi une belle lecture. J'apprécie relire de la poésie de temps en temps, et ce recueil était parfait pour cela!

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cette chronique vous a plu, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire. On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup! :)

AnGee. 

2 commentaires:

  1. Merci pour cette découverte. Et je pense que tu lis la poésie comme elle doit être lue :)

    RépondreSupprimer

Si vous avez aimé...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...