mardi 28 février 2017

DisneyOscope #13: 101 Dalmatians (1961).



Bonjour à tous et à toutes!

Je suis AnGee du Livroscope, j'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique! Et voilà, un nouveau mois s'achève et avec lui voici le dernier article du mois. Après avoir découvert un joli roman jeunesse hier, j'ai décidé de vous proposer une petite plongée dans l'univers Disney avec un nouveau numéro du DisneyOscope. La visite de l'exposition Disney à Art Ludique m'a donné envie de revoir un film que je n'avais pas vu depuis longtemps: 101 Dalmatiens (ou 101 Dalmatians en version originale). En espérant que cette chronique vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture! :)

Le DisneyOscope:
Pour celles et ceux qui découvriraient le blog pour la première fois ou qui ne connaissent pas le DisneyOscope, commençons par une petite présentation de ce rendez-vous. Je suis une fana de Disney depuis que je suis toute petite, et comme j’aime me lancer dans des défis impossibles, j’ai décidé de vous présenter chaque mois un film Disney. Et pour ne pas perdre de vue le côté littéraire de ce blog, j’ajoute à chaque présentation de film une petite chronique d’un livre qui a un lien plus ou moins proche avec l’oeuvre Disney. Il peut s’agir de l’oeuvre qui a servi de support d’adaptation, ou d’un livre qui partage des thèmes similaires. Cependant, ce mois-ci j'ai fait l'impasse sur le livre! Si vous avez envie de (re)lire mes précédentes chroniques Disney, je vous invite à suivre le lien ci-dessous!


101 Dalmatians:
Résumé:
Roger, musicien, vit à Londres avec son chien Pongo, un dalmatien qui se désole de la situation de célibataire endurci de son maître. Lorsqu'il aperçoit dans la rue la jolie Perdita et sa maîtresse Anita, il décide d'intervenir et de provoquer une rencontre qui se transforme en belle histoire d'amour. Mais lorsque Perdita met au monde quinze petits dalmatiens, la maisonnée est secouée par la terrible Cruella De Vil, ancienne camarade d'école d'Anita, passionnée par la fourrure, qui n'a plus qu'un objectif: mettre la main sur les petits chiots...

Quelques informations sur le film:
Sorti en 1961, Les 101 Dalmatiens est un film Disney basé sur le roman éponyme publié en 1956 et écrit par Dodie Smith, auteure britannique notamment connue pour I Capture the Castle. Peu après la parution du livre, les droits d'adaptation sont acquis par Walt Disney qui se lance dans la production du film. Les animateurs travaillèrent avec de vrais dalmatiens pour capturer aussi bien que possible le style particulier de ces animaux. Le film est connu pour son utilisation du Xerox, un appareil photo permettant d'améliorer le processus d'animation en transférant des images, ce qui fut particulièrement pratique pour les nombreuses taches recouvrant les dalmatiens.
Au niveau du doublage, on retrouve le célèbre Rod Taylor, acteur australien très connu décédé en 2015, qui prête sa voix à Pongo. Cate Bauer, dont la carrière fut beaucoup plus courte, interprète Perdita, Ben Wright, bien connu dans le monde du double, joue Roger, et Berry Lou Gerson est l'emblématique Cruella. Comme l'intrigue se déroule à Londres, un effort a été fait pour caster des acteurs britanniques afin de garder l'accent anglais. 
Le film fut un énorme succès commercial, rapportant plus de deux millions de dollars pour un budget de 4 millions. J'ai pu lire que ce gros succès avait apparemment tiré les studios Disney d'une situation financière rendue compliquée par la sortie en demi-teinte de Sleeping Beauty, ce que j'ignorais. 
Je vous laisse ci-dessous un petit aperçu de ce dessin animé pour que vous puissiez vous faire un avis! 



Cruella, une Villain emblématique de Disney:
Je ne pouvais pas faire une chronique sur les 101 Dalmatiens sans parler un peu de Cruella De Vil, LE personnage le plus célèbre du film! Cruella compte parmi les méchants (ou "villains") phare de l'univers Disney.
Ancienne camarade d'Anita, Cruella porte un nom qui fait office de jeu de mot: De Vil renvoie évidemment au mot anglais "devil", qui a une connotation extrêmement négative, renvoyant au diable, au mal. Sa silhouette est reconnaissable entre toutes: Cruella est un personnage tout en longueur, avec de longs membres, très, très fine, avec un visage émaciée. Elle est sans cesse recouverte d'épaisses fourrures et associée à un long fume cigarettes. 
Je vous laisse ci-dessous quelques photos prises à l'exposition Disney à Art Ludique et à Disneyland lors de la célébration des méchants à Halloween!



Ce que j'ai pensé du film:
On divise souvent les films Disney en plusieurs catégories: les films avec des princesses, les adaptations de contes ou encore les films avec des animaux. Je dois avouer que pendant longtemps, ma préfère allait aux adaptations de contes, comme Peter Pan ou Alice au pays des merveilles, ainsi qu'à quelques films de princesse. Néanmoins, depuis que je me suis lancée dans ce petit projet de DisneyOscope, je redécouvre des films que je n'avais pas vus depuis très longtemps et que je me prends à adorer. C'est le cas des 101 Dalmatiens, que je n'avais pas regardé depuis de très nombreuses années et que j'ai adoré revoir.

Ce que j'ai tout d'abord aimé dans ce film, c'est qu'on ne voit pas le temps passer. Comme beaucoup de Disney "classiques", Les 101 Dalmatiens dure à peine plus d'une heure, ce qui est parfait pour les enfants ou quand on a envie d'une petite dose de feel-good. En plus de cela, le film est divertissant et très bien rythmé. Il y a pas mal de scènes que je qualifierais d'action à défaut d'un meilleur adjectif, comme lorsque Pongo fonce au parc ou les courses poursuites avec Cruella. 

Ce dernier commentaire est lié à l'animation, qui est vraiment réussie dans ce film. Les chiens sont très dynamiques et les animateurs sont parvenus à créer des identités particulières à chacun des chiots les plus importants. J'ai particulièrement aimé les expressions très humaines des chiens, ainsi que les silhouettes des personnages humains. Cruella en est le meilleur exemple: il est si facile de la reconnaitre!

L'histoire est vraiment sympa et, si on se penche dessus, elle comprend des thèmes et des passages tout de même assez violents: à part le personnage de Cruella qui est évidemment la cruauté incarnée, ses acolytes se montrent aussi très affreux, entrant avec violence au domicile de Roger et d'Anita. C'est un film un peu plus profond qu'il n'y parait!

J'ai aussi beaucoup aimé la chanson principale du film. Il y a peu de chansons dans les 101 Dalmatiens comparé à d'autres films Disney, mais Cruella De Vil rentre vite dans la tête et il est difficile de ne pas se retrouver à la chantonner toute la journée! 

En bref, j'ai été vraiment heureuse de revoir Les 101 Dalmatiens, un film que je n'avais pas vu depuis très longtemps. Un vrai petit boost au moral! J'ai aussi très envie de lire le roman, dont j'ignorais l'existence!

Et voilà c'est tout pour aujourd'hui et pour ce mois de Février! J'espère que cette chronique vous plait, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire! On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant comme toujours prenez soin de vous et lisez beaucoup! :)

AnGee.

2 commentaires:

  1. Réponses
    1. ça m'a fait ça aussi quand je l'ai regardé, cela faisait tellement longtemps!

      Supprimer

Si vous avez aimé...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...