dimanche 26 avril 2015

Cinq Classiques #3: écrits par des femmes.



Bonjour à tous et à toutes!

Je vous souhaite la bienvenue! Je suis ravie de vous retrouver une fois de plus sur le Livroscope, pour un troisième numéro des Cinq Classiques! Après avoir exploré la science en littérature, puis le thème du mariage à l'occasion de la Saint-Valentin, j'ai choisi, pour cette troisième édition de ce rendez-vous qui me tient très à coeur, un sujet qui m'importe également beaucoup: celui des plumes féminines. Il y a quelques jours, je suis tombée sur une chronique de Diglee (dont je reparlerai plus loin) sur ce thème et du coup j'ai changé mon idée de départ (je pensais vous parler des contes, mais je garde ça sous le coude pour un prochain numéro) pour vous présenter cinq romans classiques écrits par des femmes! En espérant que cet article vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture :).

Les Cinq Classiques, le rendez-vous:
Avant de commencer, petite précision pour ceux qui découvrent ce rendez-vous que sont les Cinq Classiques. Les Cinq Classiques, c'est un rendez-vous que vous pouvez retrouver tous les deux mois sur le blog, et dans lequel je présente cinq classiques sur une thématique particulière. Le but est de vous donner des idées de lecture, mais aussi d'essayer de vous montrer les classiques, qui peuvent faire peur, sous un jour un peu plus accessibles. Si vous souhaitez lire ou relire les précédentes chroniques, je vous laisse suivre le lien ci-dessous!


Pourquoi j'ai choisi ce sujet:
Habituellement, que ce soit pour les mois à thèmes ou pour les cinq classiques, je choisis mes sujets un peu au hasard, en fonction de mon humeur du moment, ou si un sujet me plait particulièrement le moment venu. En ce qui concerne la chronique du jour, j'ai été assez influencée par une chronique publiée par Diglee, dessinatrice bien connue, sur son site il y a quelques jours. Elle y parlait des réactions face à ses lectures, des livres écrits par des femmes. Et elle y fait surtout un parallèle avec l'éducation, et le constat, qui (s'il ne me surprend malheureusement pas) est assez terrifiant, de l'absence d'auteures dans les programmes scolaires, notamment au bac de Français. Du coup, à travers cette petite chronique, j'espère vous donner envie de découvrir quelques auteures :). Et surtout, allez jetez un oeil sur ce que Diglee dit (c'est bizarre à dire, "Diglee dit") ICI. 

Cinq Classiques écrits par des femmes:
Alors je vous préviens tout de suite (et vous devez déjà sûrement vous en douter) avec seulement cinq classiques, je suis loin, très loin de couvrir ne serait-ce qu'une petite portion des auteures féminins. J'ai donc dû faire des choix: les livres que je présente sont donc des classiques, et plus particulièrement des classiques de fiction, parce que c'est ce que je maîtrise le mieux. Je m'excuse donc si je ne cite pas tout le monde, ça serait juste impossible. Histoire d'agrandir cette liste au maximum, je vous invite à laisser en commentaire les noms de vous auteures préférées, qu'elles soient considérées comme classiques ou contemporaines! J'en profite pour en mentionner quelques-unes ici: Joyce Carol Oates, J. Courtney Sullivan, Charlotte Brontë, Agatha Christie ou encore Mary Shelley! 


1) Les Hauts de Hurlevent, de Emily Brontë (1847).
Commençons cette petite sélection avec l'une des trois célèbres soeurs Brontë. J'aurais pu vous parler de Charlotte et de son célèbre roman Jane Eyre, ou de Anne et de son livre Agnes Grey, mais j'ai choisi de vous présenter Emily. Née en 1818, Emily Brontë grandit avec ses soeurs et leur frère Branwell dans le Yorkshire. Très jeunes, les enfants développent des dons artistiques, notamment pour l'écriture. Même si elle a aussi écrit des poèmes, elle est principalement connue pour son roman Wuthering Heights, traduit en français sous le titre de les Hauts de Hurlevent.

De quoi ça parle? 
Les Hauts de Hurlevent raconte l'histoire de la famille Earnshaw. Catherine et Hindley sont des enfants heureux jusqu'au jour où leur père ramène à la maison un jeune bohémien qu'il a décidé d'adopter: Heathcliff. Si Hindley traite Heathcliff avec dédain et dégout, Catherine a d'autres sentiments pour le jeune garçon, sentiments qui sont réciproques. Mais ce qui aurait pu être une belle idylle tourne au drame shakespearien... 

Qu'est-ce que ça donne?
Choisir Wuthering Heights pour commencer une liste sur les plumes féminines est un choix assez cocasse, si on y réfléchit bien, puisque pour faire publier son livre, Emily Brontë a d'abord dû, tout comme ses soeurs, choisir un pseudonyme masculin: Ellis Bell. Pourquoi? Tout simplement parce qu'à l'époque, il était mal vu pour les femmes d'écrire et de se faire publier, alors même que quelques décennies auparavant, Jane Austen le faisait sans problème. Les Hauts de Hurlevent est un roman très puissant, assez violent dans la façon dont les personnages agissent et se comportent. Si vous aimez les personnages torturés sur fond de paysages désolés, ce livre est fait pour vous! Et, au passage, c'est l'un de mes livres préférés de l'univers.


2) Nord et Sud, d'Elizabeth Gaskell (1854).
Le second roman que j'ai choisi de vous présenter est encore une fois un roman britannique écrit à l'ère victorienne. Il s'agit du roman le plus connu d'Elizabeth Gaskell, Nord et Sud (ou North and South dans sa version originale). Née en 1810, Elizabeth Gaskell a publié plusieurs romans, notamment dans le magazine Household Words, crée par Charles Dickens. Elle s'intéresse particulièrement à la société de son temps et traite de sujets comme la vie des femmes où l'industrie.

De quoi ça parle?
Dans Nord et Sud, nous découvrons l'histoire de Margaret Hale, une jeune femme qui a toujours vécu avec sa famille dans le grand air pur du sud de l'Angleterre. Malheureusement, suite à plusieurs problèmes, sa famille doit quitter ce cadre idyllique pour aller s'installer dans le nord, région beaucoup plus industrielle. Un changement radical, entre l'air difficilement respirable et l'entreprise de John Thornton, riche industriel qui prend des cours auprès du père de Margaret et avec lequel elle ne s'entend pas du tout.

Qu'est-ce que ça donne?
Avec mon amie Clélia de la chaîne BrodyBooks, nous avions déjà eu l'occasion de vous présenter ce livre il y a déjà pas mal de temps. Pour beaucoup, Nord et Sud a un petit côté Orgueil et Préjugés dans la façon dont les deux héros John et Margaret se comportent, mais je lui trouve un côté plus "Charles Dickens" dans les thématiques que l'auteure traite. En effet, Elizabeth Gaskell nous livre un regard très précis sur les changements de la société après la Révolution Industrielle, et une bonne partie du roman se focalise sur la condition des ouvriers, les maladies entraînées par le travail, les grèves... Un sujet très intéressant et très bien traité par Elizabeth Gaskell, qui montre que les femmes peuvent écrire des romances bien plus riches qu'on ne le croit. A noter qu'il existe également une mini-série de la BBC très bien réalisée et très fidèle au livre!

3) Chéri, de Colette (1920).
Pour le troisième livre de cette sélection, je vous propose de quitter le Royaume-Uni pour la France, et plus particulièrement pour l'Yonne, où est née Sidonie-Gabrielle Colette, plus connue sous le nom de Colette. Passionnée de littérature dès l'enfance, elle évolue dans un milieu très artistique. Elle est célèbre pour sa série des Claudine, mais aussi pour son roman Le blé en herbe. Aujourd'hui, j'ai choisi de vous parler de Chéri, publié en 1920.

De quoi ça parle?
A presque 50 ans, Léa de Lonval exerce une activité peu commune et très mal vue par beaucoup: elle est courtisane. Elle est depuis quelques temps la maitresse d'un homme beaucoup plus jeune, Fred Peloux, qui est le fils d'une amie courtisane de Léa, et que tout le monde surnomme Chéri. Une passion qui n'est pas sans obstacles...

Qu'est-ce que ça donne?
Chéri est un roman assez court (environ 200 à 250 pages, selon les éditions), qui se lit plutôt vite. C'est d'autant plus rapide que le style est fluide et accessible, un bon point. Avec Chéri, Colette nous présente un portrait de femme assez unique, celui de Léa, un portrait multi-facettes entre l'amante, la femme d'affaires, la femme qui vieillit, l'amie, et l'amoureuse. Mais nous avons aussi le portrait de Chéri, un jeune homme qui se cherche, en quête de plaisirs. Je vous conseille aussi le film de Stephen Frears avec Michelle Pfeiffer et Rupert Friend, sorti en 2009.


4) Mrs Dalloway, de Virginia Woolf (1925).
Retournons au Royaume-Uni pour parler d'une auteure au style un peu plus ardu cette fois-ci: Virginia Woolf. Née en 1882, Virginia Woolf a eu une vie assez mouvementée, entre ses tentatives de suicide, ses maladies mentales, sa sexualité ambiguë et son oeuvre novatrice. Auteure de plusieurs romans comme Orlando, Mrs Dalloway ou The Waves, ainsi que de très nombreux essais notamment sur la position de la femme en tant qu'artiste, elle fait partie des auteurs modernistes les plus importants.

De quoi ça parle?
Le récit évolue au cours d'une seule et même journée. Clarissa Dalloway, une femme d'âge mûr, organise une réception. Dans le même temps, nous suivons Septimus Smith, un jeune homme qui revient de la guerre avec de très lourdes séquelles psychologiques. A travers cette journée, nous suivons ces deux personnages dans des événements qui semblent très banals mais qui révèlent beaucoup plus de choses!

Qu'est-ce que ça donne?
Mrs. Dalloway n'est pas, selon moi, le roman le plus simple à lire de cette liste, en raison du style très particulier de Virginia Woolf, qui suit le cours des pensées des personnages, ce qui peut perdre un peu le lecteur. Mais en s'accrochant, on décroche sous l'apparence d'une banale journée un monde enfoui, plus obscur, où regrets, ambiguité, et sentiments s'entremêlent. Des personnages soignés, une écriture très particulière, et une personnalité unique derrière ce livre. Et si jamais Virginia Woolf vous intéresse, sachez que je vais prochainement chroniquer sur le blog un recueil de ses essais édité chez Folio.


5) L'Amant, de Marguerite Duras (1984).
Pour conclure cette petite sélection, j'ai choisi de vous parler d'une auteure que je considère comme classique, même si certains seraient peut-être en désaccord avec moi. Il s'agit de Marguerite Duras, célèbre auteure française qui est née et a grandit en Indochine (l'ancienne colonie française, pas le groupe avec Nicola Sirkis (car oui, être blogueuse ne veut pas dire avoir de l'humour)). Une enfance qui marque son oeuvre, puisqu'elle évoque souvent son enfance dans ses romans comme Un barrage contre le Pacifique. En 1984, elle reçoit le Prix Goncourt pour son roman L'Amant, dont on va parler à présent.

De quoi ça parle?
Grand succès critique, L'Amant est un roman mettant en scène une jeune fille française vivant en Indochine. L'intrigue se focalise sur la relation qu'elle entretient, alors qu'elle est encore adolescente, avec un Chinois un peu plus âgé et plus fortuné qu'elle. C'est le récit d'une première histoire d'amour sur fond de difficultés familiales que nous livre ici Marguerite Duras.

Qu'est-ce que ça donne?
Au départ, j'avais prévu de vous présenter un roman un peu moins connu de Marguerite Duras, publié en 1958, et qui s'intitule Moderato Cantabile. Puis j'ai changé d'avis pour me tourner vers l'Amant, car avec ce livre se distingue des autres romans de la liste. Tout d'abord parce qu'il s'agit d'un roman autobiographique, ou auto-fiction: les événements racontés sont réellement arrivés à Marguerite Duras, qui est non seulement l'auteure mais aussi du coup l'héroïne. Ensuite, parce que le livre possède de nombreuses thématiques intéressantes: la transgression, la famille, l'adolescence, la passion amoureuse, les interdits... Enfin, il existe également une seconde version de l'histoire, sortie quelques années plus tard, et rebaptisée L'Amant de la Chine du Nord. Je trouve ça plutôt intéressant de pouvoir lire et analyser les deux, deux romans basés sur la même histoire et par la même auteure.  

Et voilà, c'est donc sur Marguerite Duras que se conclue cette petite sélection! J'espère que l'article vous plait, n'hésitez pas à me le faire savoir et également à partager votre propre liste dans les commentaires. J'en profite aussi pour vous annoncer que mon amie Tête de Litote a pour projet de faire une série de vidéos sur sa chaîne YouTube autour des auteures, donc je vous encourage à aller y jeter un oeil! On se retrouve d'ici quelques jours pour une nouvelle chronique, en attendant prenez soin de vous! :)

AnGee Ersatz*



12 commentaires:

  1. bonjour Angee
    je pourrais te citer là de suite deux femmes Victoria Woodhull (1832-1927) découverte avec un livre de JP Feuillebois et N. Blondeau ,surnommée la reine des putes ,Madame Satan ou la "La scandaleuse"elle fût dis la 4eme l'un des personnages les plus populaires des Etats -Unis à la fin de XIXeme siècle et puis une auteure que j'aime beaucoup Nuala O'Faolain je ne sais pas si elle fait avance la cause des Femmes mais en tous les cas elle décrit l'Irlande ,les Femmes irlandaises comme personne ;-) ... ta chronique me donne un coup de pied au C.. ;-) j'ai la frousse d'abordée Duras , Colette , ce que tu en dis me les montre sous un autre jour sans ai je aussi envie d'entendre toi comme nt les vois va savoir ... pour Elizabeth Gaskell c'est ce genre de description du monde ouvrier qui m'aide à affiner le mien moins partisan pour plus de ....pardon je n'ai pas trouvé le mot qui me semblait "juste" voilà merci pour cet article

    RépondreSupprimer
  2. Oh, oh ! J'ai lu Les Hauts de Hurlevent ; mon exemplaire est dans un joli packaging. J'ai trouvé les personnages assez brutaux et l'ambiance glauque mais je comprends très bien qu'on puisse l'adorer, le récit est très bien conduit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ça qui est fort, on ne s'attendait pas à l'époque, de la part d'une femme, à un tel livre!

      Supprimer
  3. Bon choix pour Chéri. Ce livre m'a fait dire que j'avais découvert Colette vraiment trop tard. Une femme qui présente un point de vue rare, sur les hommes comme sur son époque, et qui mériterait vraiment d'être mise plus en avant en France (surtout que son écriture est très accessible).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'aime beaucoup :) c'est ce que j'apprécie chez cette auteure!

      Supprimer
  4. J'ai adoré Nord et Sud mais plus j'y pense ma révélation dans cette sélection est Les hauts de Hurlevent ! Un excellent roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que les deux te plaisent! :)

      Supprimer
  5. J'avais beaucoup aimé Chéri...Le ton était très juste !
    J'ai Nord et Sud dans ma PAL !! Bientôt bientôt !

    Pour Les Hauts de Hurlevent, je pense de suite à la chanson de Kate Bush !! :D

    RépondreSupprimer
  6. Oooooh j'adore cette article ! Spécialement pour Emily Brontë et Elizabeth Gaskell ♥. Il faudrait que je m'intéresse de plus près à Virginia Woolf :).

    RépondreSupprimer

Si vous avez aimé...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...