vendredi 3 avril 2015

Chasse aux Vampires #12: Anno Dracula (tome 1) de Kim Newman.



Bonjour à tous et à toutes!

J'espère que vous allez bien et que vous passez une bonne semaine! En ce Vendredi, je vous retrouve avec joie sur le Livroscope pour une nouvelle chronique consacrée... aux vampires! Après une petite pause en Mars, je reprends ce mois-ci le Challenge Chasse aux Vampires, lancé par leelys via Livraddict. Ma dernière chronique sur le sujet concernait une grosse déception, mais loin de me laisser abattre, je suis partie à la recherche d'autres titres à vous présenter! Et aujourd'hui j'ai décidé de m'attaquer à un roman dont j'entendais beaucoup parler: Anno Dracula, tome 1, de Kim Newman. Dracula est l'une de mes références vampiriques, et j'avoue être toujours un peu sceptique quand on utilise ce personnage. En espérant qu'elle vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture de cette chronique :)

Le Challenge Chasse aux Vampires:
Avant d'entrer de le vif du sujet, je tiens à rappeler que si vous souhaitez découvrir ou redécouvrir les précédentes chroniques sur le Challenge (ou tout simplement ce que j'ai pu écrire sur les vampires), il vous suffit de suivre le lien ci-dessous, qui vous mènera vers tout ce qui contient le libellé "vampire" sur le blog :)


Kim Newman, c'est qui? 
Commençons par une petite présentation de notre auteur du jour, Kim Newman! Ne vous laissez pas avoir par son prénom, Kim Newman est bien un homme (je précise, car j'étais persuadée qu'il s'agissait d'une femme ^^). Né le 31 Juillet 1959, il nait et grandit en Angleterre. Après des études à l'université du Sussex, il se tourne vers l'écriture, travaillant d'abord comme journaliste. Il commence à écrire des livres et de la fiction à la fin des années 80, avec comme thèmes de prédilection les monstres et l'ère victorienne. Il est principalement connu pour sa série Anno Dracula, dont le premier tome date de 1993. A travers les années, son travail a été plusieurs fois récompensé, notamment par des prix comme le prix Bram Stoker, reconnaissance de son oeuvre. Kim Newman est toujours actif, travaillant notamment actuellement sur la saga Diogenes Club.

Anno Dracula:
Résumé:



1888. Vous êtes les bienvenus dans le Londres victorien. Une capitale où se mêlent bourgeoisie élégante, pauvres des quartiers mal famés, et... des vampires. En effet, depuis le mariage de la reine Victoria avec le comte Dracula, les vampires envahissent les rues de Londres, présents à toutes les échelles sociales. Mais En cette fin d'été 1888, de terribles meurtres d'une violence inouïe sont commis sur des prostituées vampires de Whitechapel. Charles Beauregard, qui travaille pour le Diogenes Club, se voit charger d'enquêter pour retrouver celui que tout le monde surnomme Scalpel d'Argent. Sur sa route, il croisera Geneviève Dieudonné, vampire âgée de plusieurs siècles et qui cherche elle aussi des réponses... 


Un roman bourré de références:
Dès la couverture, Anno Dracula affiche la couleur: le roman est bourré d'un nombre impressionnant de références à l'ère victorienne, que ce soit en ce qui concerne l'ère victorienne comme période culturelle ou comme période historique. On peut évidemment mentionner la reine Victoria, dont on sent l'ombre derrière les pages. Kim Newman fait également référence à l'oeuvre de Bram Stoker, avec la présence de nombreux personnages comme le comte lui-même, mais aussi les prétendants de Lucy qui tentent de se remettre de la mort de la jeune femme, Mina, ou même la femme de Bram Stoker. D'autres oeuvres littéraires sont utilisées: le docteur Jekyll fait une apparition en tant qu'expert scientifique dans les meurtres. On retrouve également Sherlock Holmes à travers le Diogenes Club et la présence de Mycroft Holmes, de Moriarty et du Colonel Moran, deux méchants classiques de l'oeuvre d'Arthur Conan Doyle. 
Mais Kim Newman ne s'arrête pas à des références tirées d'oeuvres littéraires: il s'attaque aussi à de vraies personnes et à de vrais faits. Alors évidemment, il y a Jack l'Eventreur, dont les meurtres sont revisités pour les besoins de l'intrigue, mais on a également, par exemple, Oscar Wilde, qui fait une petite apparition, avec une référence à l'homosexualité et la façon dont ce sujet était perçu à l'époque...
En bref, Anno Dracula fera plaisir aux fans de cette époque, qui s'amuseront à relever toutes les petites références qui parsèment les pages! 

Dracula et Mina dans le film de Coppola.
La création d'une nouvelle société:
Ce qui est intéressant avec Anno Dracula, c'est que Kim Newman ne se contente pas de juste balancer quelques références ici et là à l'oeuvre de Bram Stoker. Non, à travers Anno Dracula, c'est une autre version de l'histoire qui nous est proposée: que se serait-il passé si Dracula avait épousé la femme la plus puissante de tout le pays? 
La société victorienne est changée, remodelée par ce mariage. Les vampires sortent de l'ombre, et deviennent de plus en plus nombreux. Kim Newman nous présente différentes sortes de vampires, différentes lignées, avec des propriétés différentes, une idée intéressante et bien exploitée. On a par exemple la lignée de Dracula, une lignée présentée comme assez faible et vile, qui a du mal à survivre, qui aime dormir dans un cercueil. A l'inverse, Geneviève, aînée d'une autre lignée, se démarque par sa force, sa consommation plus raisonnée de sang, une sorte de noblesse de caractère qui tranche avec Dracula. 
Les vampires sont membres de toutes les couches de la société: on n'en trouve aussi bien chez les prostituées qu'au sommet de la pyramide sociale. La question de leur rapport aux humains se posent alors, beaucoup de personnages se demandent aussi s'ils doivent passer de l'autre côté ou non. Le fait d'avoir des vampires dans la société induit aussi de nouvelles et de nouveaux changements, notamment au niveau légal. 
D'un côté, ça m'a un peu fait penser à True Blood, qui exploite aussi cet aspect avec ses vampires qui cherchent à intégrer la société humaine. 

Ce que j'en ai pensé: 
Je pense que vous me connaissez suffisamment maintenant: j'adore les vampires. Pourtant, Anno Dracula, alors que j'aurais dû me jeter dessus, me faisait un peu peur. J'en ai énormément entendu parler, et chaque fois que je le croisais en librairies, j'avais très envie de le prendre, mais en même temps, j'avais horriblement peur d'être déçue parce qu'avec les vampires (et surtout avec Dracula), on fait un peu tout et n'importe quoi. Au final, après avoir vu plusieurs avis plus que positif, j'ai décidé d'arrêter de me cacher derrière les rayonnages, et de me lancer dans ce livre. 600 pages plus loin, j'ai envie de me mettre des baffes: parce que non seulement ce livre est l'un des meilleurs romans avec des vampires que je connaisse, mais aussi l'un des meilleurs romans que je connaisse tout court.

Il ne m'a fallu que quelques pages pour comprendre que j'allais adorer Anno Dracula et que ce serait pour moi un énorme coup de coeur. Le premier élément que j'ai aimé, c'est évidemment l'histoire. Kim Newman arrive à nous entraîner sur plus de 600 pages dans une histoire captivante, entre enquête criminelle, portrait de vampires et de société. Un roman très complet avec lequel je ne me suis pas ennuyée une seconde. L'enquête est bien ficelée et utilise très bien Jack l'Eventreur en lui donnant une nouvelle dimension. Les différentes sous-intrigues me plaisent aussi beaucoup. Il y a tout de même quelques petites longueurs, mais honnêtement l'ensemble est d'une telle qualité qu'on passe sur ce petit détail.

Au début, j'avoue avoir eu un poil peur en voyant le nombre de personnages. On ne cesse de nous en introduire de nouveaux dans les premiers chapitres, et entre Geneviève, Charles, Arthur, Goudalming, et les autres, je me suis inquiétée à l'idée de ne pas retrouver qui était qui. Mais au final on arrive à s'y faire, et chaque personnage a son intérêt, son rôle à jouer, ses motivations. J'ai particulièrement aimé Geneviève: ça fait plaisir de voir un personnage vampire féminin de cette qualité! Son alchimie avec Charles me plait bien, d'autant plus qu'il est lui aussi intéressant. 

En grande fan de l'ère victorienne et surtout de la littérature de cette époque, j'ai été très heureuse de voir comment Kim Newman utilisait habilement cette culture pour l'incorporer dans son livre. Quel plaisir de voir Oscar Wilde ou le docteur Jekyll surgir derrière une page! Bon, j'aurais aimé voir Bram Stoker, par exemple, mais on ne peut pas tout avoir! En tout cas, on a vraiment l'impression que l'auteur aime cette époque et cette littérature, et quand on l'aime autant que moi, c'est vraiment appréciable. Si jamais, cependant, vous ne vous y intéressez pas, le livre reste quand même intéressant à lire, mais vous risquez d'être un peu perdu par moments. 



Enfin, parlons de l'image du vampire. Kim Newman nous propose quelque chose de vraiment complet. Ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est que d'un côté, il respecte l'oeuvre de Bram Stoker en reprenant des éléments de l'intrigue originale, des caractéristiques de Dracula par rapport à ses habitudes ou ses aptitudes (les métamorphoses, par exemple), mais il pousse encore plus loin en développant les vampires: il nous propose plusieurs lignées, des caractéristiques très précises, des représentations variées du vampire, des réactions différentes face à ces créatures... C'est travaillé et ça se sent, et c'est appréciable!

En bref, Anno Dracula est, selon moi, un excellent livre, un petit bijou de la littérature vampirique que j'ai adoré découvrir. Je pense me procurer très vite le tome deux, baptisé le Baron Sanglant, en espérant qu'il soit aussi intéressant que ce premier volume! 

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cette chronique vous a plu, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire! Pour ceux que ça intéresse, j'ai déjà choisi les deux prochains livres que je compte vous présenter: un autre tome de la saga la Communauté du Sud, ainsi qu'un documentaire baptisé Dracula et les vampires. On se retrouve d'ici quelques jours, en attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup! :)

AnGee Ersatz*


16 commentaires:

  1. Je ne suis plus très fan des vampires, mais tes chroniques me donne envie de m'y remettre :) !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis aussi étonnée que tu ne l'ai pas lu plus tôt. Je ne suis pas spécialement fan des vampires mais, dans celui-ci, je retrouve ce qu'on a perdu avec la saga Twilight : des vampires qui font réellement peur ! Tout est parfait dans ce roman et j'ai déjà acheté le deuxième tome.

    N'empêche qu'il ferait un film parfait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord avec toi, ces vampires font peur! Et j'aimerais énormément voir un film tiré de ce livre.

      Supprimer
  3. J'ai moi aussi eu un coup de coeur pour ce livre que ce soit au niveau de l'ambiance, de l'époque ou des personnages. Comme toi, j'espère que la suite sera à la hauteur du premier tome :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente de voir qu'il te plait aussi :)

      Supprimer
  4. C'est vrai qu'au premier abord on pourrait craindre un livre assez confus mais je trouve aussi que c'est l'un des meilleurs livre de vampires. L'auteur a vraiment réfléchi au sujet et n'écrit pas à moitié pour satisfaire un fantasme, ça fait plaisir ! (Et je dois aussi toujours me mettre au T2... J'ai du mal avec les séries)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord! J'avais d'ailleurs acheté le livre après mon commentaire sous ton article de Sans âme. Et j'ai un peu du mal avec les séries aussi, d'autant que je trouve que ce roman se suffit à lui-même.

      Supprimer
  5. comment ne pas se jeter sur ce roman après ta chronique?! J’ai lu jeune ado Dracula de Bram Stocker et je n’en garde malheureusement aucun souvenir. Du coup je l’ai de nouveau acheté pour le re découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci énormément :) J'espère que cette relecture de Dracula te plaira!

      Supprimer
  6. Ah pour changer un peu et parce que ça se passe avant les années 50 (même plusieurs décennies avant...) Je le note ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est super :D J'espère que ça te plaira!

      Supprimer
  7. Rien que pour la couverture je pourrais me l'acheter ! Je l'ai ajouté dans ma wishlist, merci pour cette belle chronique =)

    RépondreSupprimer
  8. A noter alors =) Surtout que ce n'est pas la première fois que je lis un avis aussi positif sur ce bouquin =)

    RépondreSupprimer

Si vous avez aimé...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...