mercredi 29 octobre 2014

Hello Halloween #9: Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, de Lemony Snicket (+adaptation de 2004).




Bonjour à tous et à toutes!

Bienvenue sur le Livroscope! J'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique! En ce Mercredi, alors que nous approchons de plus en plus d'Halloween, j'ai décidé de vous proposer un article un peu spécial, puisque nous allons revenir sur l'une de mes sagas préférées, une saga jeunesse que j'ai découverte alors que j'avais environ dix ans: les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire! Cette saga, en treize tomes, a su me marquer par son originalité, ses héros attachants et ses aventures surprenantes, et je considère aujourd'hui qu'elle a été l'un des éléments qui m'ont poussée à adorer la lecture. Je tenais donc à rendre un petit hommage à cette saga, et à Lemony Snicket  dont le talent d'invention et d'écriture a su me transporter depuis plus de dix ans. Bonne lecture à tous :)

Qui est Lemony Snicket?
Pour commencer, je vous propose de nous pencher un peu sur une figure un peu particulière, celle de Lemony Snicket, l'auteur de la saga.
Lemony Snicket est en réalité un pseudonyme utilisé par Daniel Handler, né en 1970 à San Francisco, et qui alterne entre les casquettes d'auteur, scénariste et accordéoniste. Marié et père d'un petit garçon,  il a écrit plusieurs romans sous son nom propre, ainsi que les treize tomes de la saga des Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire sous celui de Lemony Snicket (ainsi que d'autres livres liés à l'univers de la saga). Lamons Snicket a un statut un peu spécial, puisqu'il est à la fois auteur, narrateur et personnage de la saga, dont on découvre petit à petit l'histoire et notamment sa relation au VDC, LA grande organisation de la saga, et une certaine Beatrice. On le retrouve dans le film, joué par Jude Law. Dan Handler continue sa carrière d'écrivain, tout en poursuivant la musique, l'une de ses passions.


Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire:
Quelques mots sur la saga:



A présent, attaquons nous au coeur de cette chronique: la saga! Démarrée en 1999 sous le titre de A Series of Unfortunate Events en version originale, elle comprend treize tomes dont le dernier fut publié en 2006. On y suit trois enfants, Violette, Klaus et Prunille Baudelaire, à partir du moment où ils perdent leurs parents dans un tragique incendie. Ils sont alors confiés à un étrange personnage, le comte Olaf, qui devient leur tuteur mais qui n'a qu'un seul but: s'emparer de la fortune des enfants Baudelaire. Petit à petit, alors que les enfants cherchent à lui échapper, ils découvrent l'existence d'une curieuse association secrète, baptisée VDC, et qui pourrait leur apporter des réponses sur la mort de leurs parents...
Chaque tome de la saga se déroule dans un nouveau lieu, soit chez un nouveau tuteur, soit dans un endroit où les enfants cherchent à se cacher. Voici les treize titres de la saga!

1) Tout commence mal.
2) Le Laboratoire aux serpents.
3) Ouragan sur le Lac.
4) Cauchemar à la scierie.
5) Piège au collège.
6) Ascenseur pour la peur (mon préféré!).
7) L'arbre aux corbeaux.
8) Panique à la clinique.
9) La Fête féroce.
10) La Pente glissante.
11) La Grotte Gorgone.
12) Le Pénultième Péril.
13) La Fin.

Petit plus à savoir: toute la saga est illustrée par le talentueux Brett Helquist, né en 1966, et qui avait également travaillé sur un autre livre que j'adore (L'Enigme Vermeer).



Petite présentation des héros...
Comme l'indique le titre français de la saga, nous suivons au cours des tomes les aventures des orphelins Baudelaire. Mais qui sont-ils? Et bien il s'agit d'une fratrie de trois enfants: Violette, Klaus, et Prunille.
Commençons par l'aînée, Violette (Violet en version originale). Âgée de 14 ans, elle est passionnée depuis son plus jeune âge pour les inventions. Dotée d'une imagination sans pareille, elle est un peu le MacGyver de la saga: avec trois clous rouillés et un bout de corde, elle est capable de réaliser une arme redoutable et parvient ainsi à sortir son frère et sa soeur de beaucoup de situations. Très protectrice, elle considère comme capitale la protection de la fratrie. Violette a toujours avec elle un petit ruban qu'elle utilise pour attacher ses cheveux lorsqu'elle réfléchit à de nouvelles inventions.
Vient ensuite Klaus, jeune garçon de 12 ans. Il porte en permanence des lunettes, qui lui sont extrêmement utiles pour vaquer à son occupation majeure: la lecture. Klaus lit, énormément, et chaque livre qui lui tombe sous la main est dévoré. Klaus lit de tout, et est surtout capable de tout retenir. Il est très intelligent et sa grande mémoire lui permet de toujours trouver à temps l'information qu'il faut.
Pour finir, nous avons la petite dernière, Prunille (Sunny en version originale). Prunelle est un bébé lorsque commence l'histoire. Elle est beaucoup plus jeune que ses aînés, ne sait pas encore parler mais ne croyez pas que c'est un faible enfant sans défense! Car Prunille a elle aussi une capacité un peu spéciale, celle d'avoir des dents extrêmement aiguisées! Alors dit comme ça, ça ne vend pas spécialement du rêve, mais en pratique ça peut avoir son utilité...

Des enfants face à un redoutable méchant:
Nos héros sont des adolescents/enfants, et doivent très jeunes faire face non seulement au décès soudain de leurs parents, qu'ils aimaient plus que tout et dont ils étaient très proches, mais ils doivent également affronter l'ignoble comte Olaf, leur premier nouveau tuteur.



Le comte Olaf n'a, à priori, pas grand chose pour lui. Son apparence n'est pas très avenante: il ne se lave pas beaucoup, est mal coiffé, a de grands ongles noirs, et il a également un tatouage en forme d'oeil sur la cheville. Il a un caractère déplorable, et traite les enfants comme des moins que rien. Néanmoins, Olaf réussit à s'entourer au fur et à mesure d'une cour de fidèles tous plus étranges les uns que les autres, qui lui sont dévoués jusqu'à la mort.
Dans une saga destinée à la jeunesse, on pourrait s'attendre à ce que les pièges du méchant soit un peu ridicules, et que les enfants s'en tirent pas trop mal. Cependant, d'une aventure à l'autre, Olaf met en place des plans de plus en plus dangereux et machiavéliques pour parvenir à ses fins, et les enfants sont poursuivi, menacés de mort, kidnappés, maltraités... Bref, ils sont loin d'en sortir indemnes!

L'adaptation de 2004:
Quelques informations:



Au début des années 2000, il était très à la mode (et c'est toujours un peu le cas, avec Hunger Games, Divergent ou plus récemment The Maze Runner) d'adapter au cinéma des romans orientés vers un public jeune: Harry Potter et Narnia en sont deux très bons exemples. La saga des Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire rencontrant elle aussi un certain succès, il fut décidé de l'adapter au cinéma. En 2004 sortit donc le seul et unique film tiré de la saga, un film compilant les trois premiers romans (Tout commence mal, le Laboratoire aux serpents, et Ouragan sur le Lac).
Le film a été réalisé par Brad Silberling, réalisateur américain. Financé par Nickelodeon, le film sorti pour Noël 2004 et fut un assez bon succès en salles, rentabilisant son budget de 140 millions de dollars.
Au niveau du casting, on retrouve dans les rôles principaux Emily Browning (Violette), Liam Aiken (Klaus), Kara et Shelby Hoffman (Prunille), Jim Carrey (Olaf), ainsi que Jude Law (Lemony Snicket) et Meryl Streep. Le scénario a pris le parti de garder un narrateur et de l'introduire comme fil rouge au film. Si vous avez envie de voir à quoi ressemble le film, je vous laisse jeter un oeil à la bande-annonce!



Ce que j'en ai pensé:
Pour la première fois, j'ai tout récemment regardé l'adaptation des Orphelins Baudelaire en film. Pourquoi ai-je attendu si longtemps? J'avoue que j'appréhendais pas mal de m'y plonger: j'avais toujours entendu dire que c'était un échec total, que si il n'y avait pas eu de suite, c'était parce que ça avait été un bide en salles (ce qui est relatif: le film était rentable!). De plus, j'ai toujours eu une image très précise de l'univers de la saga dans ma tête, j'avais peur de ne pas la retrouver ainsi, et enfin je voyais difficilement comment il était possible d'adapter les trois premiers tomes en un seul film. Bref, j'avais peur de tomber sur un mauvais film et une mauvaise adaptation.

Au final, après mon visionnage du film, mon avis est plus nuancé. Commençons par les points positifs. Tout d'abord, j'ai trouvé judicieux de placer le personnage/narrateur Lemony Snicket dans le film: le rendu est plutôt réussi, surtout que comme l'original, son identité reste dissimulée grâce à des jeux d'ombres et de lumières. Il sert de fil rouge et nous guide à travers le film, avec un ton assez proche de celui des romans. Ensuite, visuellement, cette adaptation est superbe: il y a un gros travail sur les décors, les costumes, les maquillages, mes rétines ont ronronné de bonheur! J'ai trouvé le film magnifique, et honnêtement c'est ce que j'attendais d'une adaptation de ma saga préférée. 



Là où ça pêche, en revanche, c'est au niveau du casting et du scénario. Adapter trois livres (donc trois intrigues) en un seul film, même s'il dure presque deux heures, c'est assez compliqué: même si l'histoire se tient, on sent quand même que ça va vite, très vite. Le Laboratoire aux serpents passe en vingt minutes à peine, tout comme Ouragan sur le Lac. Si d'un côté, on ne s'ennuie pas parce qu'il y a beaucoup d'actions et d'événements, de l'autre j'ai trouvé que beaucoup d'éléments des livres passaient à la trappe, ce qui est dommage. Enfin, concernant le casting, je dois avouer être un peu déçue à ce niveau là, même si j'ai adoré Meryl Streep (cette actrice est absolument géniale quelques soient les circonstances). Les acteurs principaux (Emily Browning et Liam Aiken) ont l'air de s'ennuyer tout au long du film et je n'ai pas ressenti pour eux la sympathie que j'avais pour les personnages dans les romans. En ce qui concerne Jim Carrey... J'aime bien cet acteur, il sait faire le show, mais ici il rend le personnage du comte Olaf non pas effrayant, comme je l'imaginais, mais plutôt ridicule. Il est quand même extrêmement flippant de base, et là... Non, moi je ne vois que Jim Carrey qui fait des imitations. Dommage.
En bref, le film n'est pas un échec total, il est divertissant et assez bien pensé, mais certains aspects restent trop décevants pour en faire une réussite. Si vous l'avez vu, n'hésitez pas à me le faire savoir! 

Pourquoi lire les Orphelins Baudelaire?
Revenons à présent à la saga en elle-même. Si j'ai décidé d'y consacrer un article aujourd'hui, c'est pour essayer de vous donner envie de la lire, parce que je trouve qu'elle mérite plus de reconnaissance.

Les Orphelins Baudelaire est une saga en treize tomes qui réussit à nous tenir en haleine du début à la fin. Nous allons de rebondissements en rebondissements, et chaque tome apporte son lot de réponses mais le mystère s'épaissit aussi un peu plus à chaque fois. Ce n'est pas chose facile de tenir les lecteurs en haleine sur autant de livres, surtout pour une saga jeunesse, cependant Lemony Snicket y parvient. La toute fin peut dérouter, être détestée ou surprendre!
Ce que j'adore le plus, c'est que chaque livre nous entraîne dans un univers complètement différent: un cirque, un laboratoire, un immeuble hype, une école un peu étrange, l'imagination de l'auteur est sans limite! Les héros semblent tomber dans des endroits de plus en plus improbables au fur et à mesure que l'histoire avance, et chaque livre, si il reste dans la continuité du précédent et sert aussi à amener le reste de la saga, a sa propre intrigue qui doit être résolue. J'ai énormément relu la saga et j'ai l'impression, à chaque fois que je la recommence, que chaque tome est mon préféré: si je devais faire un top t3, je choisirais Tout commence mal, Piège au collège et (mon absolu préféré) Ascenseur pour la peur.
Un autre point fort de la saga: les personnages. J'aime chacun des trois héros, sans préférence particulière. Violette, Klaus et Prunille ont tous leur intérêt, et j'apprécie particulièrement le fait qu'ils se soutiennent du début à la fin. Ils sont unis quoi qu'il arrive, la famille avant tout. Je pense m'être beaucoup attachée à eux parce que je suis moi-même issue d'une fratrie de trois enfants assez similaires (je suis l'aînée, puis viennent mon frère et ma soeur, qui a un important écart d'âge avec mon frère et moi), et quand je lisais la saga plus jeune je m'identifiais un peu à eux. On s'inquiète pour eux, on les soutient, on a peur... Les personnages secondaires valent aussi le détour: j'ai parlé plus haut du comte Olaf et de sa tribu de méchants (croyez-moi, certains sont spéciaux), mais on pourrait aussi parler du stupide Monsieur Poe, ou des triplés Beauxdraps (attachants au possible), ainsi que des différents tuteurs chez qui les enfants passent. Je tiens aussi à mentionner un truc qui peut paraître anecdotique: je trouvais très cool, petite, que Violette soit l'inventrice, et que Klaus soit le lecteur car habituellement c'était plutôt l'inverse.




J'adorais aussi le côté un peu "gothique", sombre de l'univers des Orphelins Baudelaire, un gothique teinté de cynisme et d'humour. Les livres étaient illustrés avec soin et élégance par Brett Helquist, qui a vraiment un talent incroyable (j'adore sa façon de dessiner), et la plume de Lemony Snicket est géniale: il enchaîne les tons, et c'est une saga à la saveur particulière qu'il nous offre.


En bref, petits ou grands, foncez sur cette saga. Son univers est unique, et je ne peux que la recommander!

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui! J'espère que cet article vous a plu, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire! On se retrouve dans très peu de temps pour une nouvelle chronique, en attendant prenez soin de vous :)

AnGee Ersatz*



13 commentaires:

  1. Ascenseur pour la peur était aussi mon préféré! J'avais même le projet de me faire un persil pchitt. Je ne l'ai jamais fait, heureusement. haha
    C'est marrant parce que quand je réfléchis rapidement sur les livres qui m'ont marqués, je ne pense pas directement aux désastreuses aventures, mais plutôt à Harry Potter. Mais si je réfléchis vraiment, il y a une esthétique qui m'a énormément marquée. J'imaginais vraiment l'histoire dans la même forme que les dessins. Le film m'avait déçue par contre. Je ne me rappelle pas de grand chose, je crois que les livres m'avaient trop marquée. Et c'est drôle parce que c'est extrêmement répétitif comme histoire, mais pourtant je crois que ce qui m'attirait c'était tout le décor autour du motif narratif. Violette me donnait envie d'inventer et Klaus de lire.
    Sinon les livres étaient plutôt beaux, soignés; et j'adorais le fait que même le résumé de la quatrième de couverture était décourageant.
    C'est drôle, parce que c'est vraiment une série qui fait partie de mon enfance, c'est étrange.
    Ton article est cool, il m'a permit de replonger dans l'ambiance. Un jour je les relierai je pense. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Harry Potter, c'est vrai que cette saga a marqué énormément de gens! Je comprends ton impression sur le film, je partage la même!

      Supprimer
  2. Excellent commentaire! Si je peux me permettre de rajouter quelque chose:
    C'est une saga dont les personnages principaux sont quand même des références littéraires! Baudelaire, le poète français qui a traduit Edgar Allan Poe, d'où le nom de l'ami de la famille.
    Et le comte Olaf... C'est un personnage qui, à la base, a été inventé par Théophile Gautier dans sa nouvelle fantastique "Avatar". Théophile Gautier qui est le dédicataire des Fleurs du Mal de Baudelaire. Tout est lié!
    Et puis, dans le 2ème tome, le trio baudelairien tombe sur une "couleuvre-wolf de Virginie", qu'il ne faut soi-disant pas approcher d'une machine à écrire: là aussi un très beau clin d'oeil fait à Virginia Woolf! ;)

    J'ai trouvé cette saga très intéressante, quoique se cassant la gueule sur la fin!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'apporter cette précision,personnellement je la connaissais et je trouve ça amusant de fouiller tous les livres pour les trouver :)

      Supprimer
    2. Merci d'apporter cette précision,personnellement je la connaissais et je trouve ça amusant de fouiller tous les livres pour les trouver :)

      Supprimer
  3. J'ai fait tout l'inverse, j'ai commencé par le film. Il m'a laissé un très bon souvenir et je l'ai trouvé magnifique esthétiquement parlant. Il ne me reste plus qu'à découvrir la saga.

    RépondreSupprimer
  4. Très bel article ! Ton blog m'avait manqué, tu fais vraiment de superbes chroniques, je te le dirais jamais assez ^^
    Je n'ai jamais lu cette saga, j'en entends beaucoup parler alors un jour j’essaierais certainement =)

    RépondreSupprimer
  5. Coucou! happy halloween!
    excellent article! j'ai dévoré les orphelins baudelaire en primaire et j'ai adoré le film. Là je les rachète ( malheureusement dans leur nouvelle édition chez nathan ) puisque je les avais empruntés à la biblio à l'époque, grosse erreur mais bon... bisous tout plein.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :) je n'aime pas spécialement la nouvelle édition que je trouve pas très chouette :)

      Supprimer
  6. J'ai honte mais je n'ai jamais lu cette saga. Promis en 2015, je la commence ! Surtout que je trouve les couvertures très jolies. Le film m'intrigue beaucoup mais j'attendrai d'avoir lu les trois premiers tomes ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ça te plaira, tiens moi au courant :D

      Supprimer

Si vous avez aimé...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...