mercredi 25 février 2015

Cycle Kirsten Dunst #4: Elizabethtown, de Cameron Crowe (2005).




Bonjour à tous et à toutes!

Bienvenue sur le Livroscope! J'espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour une nouvelle chronique! Pour cet avant-dernier article du mois, je suis ravie de vous retrouver pour une nouvelle étape de notre cycle Kirsten Dunst. Le mois dernier, nous avions évoqué la trilogie Spider-Man dans laquelle elle interprétait Mary-Jane Watson, la dulcinée de l'homme araignée. Nous allons à présent nous pencher sur un film d'un tout autre genre, sortie en 2005, et où elle partage l'affiche avec le célèbre Orlando Bloom. Ce film, c'est Elizabethtown (ou Rencontres à Elizabethtown en VF), sorti en 2005 et réalisé par Cameron Crowe. En espérant que cet article vous plaise, je vous souhaite une très bonne lecture! :)

Le Cycle Kirsten Dunst:
Avant d'aller plus loin, je tiens à vous rappeler qu'il est possible de retrouver les différentes chroniques sur Kirsten Dunst en suivant le lien ci-dessous! Si vous voulez lire ou relire mes avis sur Spider-Man, The Virgin Suicides ou encore Entretien avec un vampire, ce lien est là pour ça :).



Cameron Crowe, c'est qui?
Commençons cette petite chronique par quelques mots sur le réalisateur d'Elizabethtown, le dénommé Cameron Crowe. Né le 13 Juillet 1957, en Californie, il grandit à San Diego. Il se passionne d'abord pour l'écriture et travaille avec les journaux de ses écoles. Très intelligent, il obtint son diplôme universitaire à seulement 15 ans, et commence par travailler pour le magazine Rolling Stone, spécialisé dans la musique. Il écrit également des livres, puis se lance dans le cinéma en tant que scénariste et réalisateur dans les années 80. Ses films les plus connus sont Jerry Maguire et Vanilla Sky (ce dernier est juste excellent, regardez-le) avec Tom Cruise, et Elizabethtown sorti en 2005. Son prochain film, Aloha, sortira d'ici quelques mois.

La carrière de Kirsten Dunst en 2005:
Nous avons quitté Kirsten Dunst avec la trilogie Spider-Man. Elizabethtown étant sorti en 2005, nous allons nous focaliser sur la période entre le premier Spider-Man, en 2002, et 2005. On peut le dire, Kirsten Dunst est une actrice qui ne chôme pas, et ce depuis le début de sa carrière. Elle n'a que 20 ans en 2002, et pourtant la liste de ses rôles est déjà longue comme le bras. Après le succès du premier film Spider-Man, qui la fit passer du statut d'enfant-star à actrice plus bankable et adulte, elle participa à de nombreux projets: elle apparait dans pas moins de six films en à peine trois ans. On peut la retrouver notamment dans Le Sourire de Mona Lisa, du célèbre réalisateur Mike Newell, aux côtés d'un casting prestigieux comprenant Julia Roberts, Maggie Gyllenhaal, et Ginnifer Goodwin (qui se fera davantage connaitre quelques années plus tard en tant que Snow dans Once Upon A Time), ou dans le film Eternal Sunshine of the Spotless Mind avec Jim Carrey et Kate Winslet, ainsi que dans le second volet de Spider-Man, sorti en 2004.

Elizabethtown:
Quelques informations sur le film:



Entrons à présent dans le vif du sujet et attaquons nous à notre film du jour, Elizabethtown! Sorti en 2005, ce film est le fruit du travail de Cameron Crowe, qui écrivit le scénario et le réalisa. Tom Cruise, avec lequel Cameron Crowe avait déjà travaillé plusieurs fois, participa à la production du film. Si le choix de Kirsten Dunst pour le rôle de Claire fut assez évident, celui de Drew, le héros, fut plus difficile à pourvoir: plusieurs acteurs comme James Franco, Chris Evans ou encore Ashton Kutcher furent pressentis pour le jouer, mais au final ce fut Orlando Bloom, alors au top de sa célébrité grâce au Seigneur des Anneaux et à Pirates des Caraïbes, qui fut choisi. Elizabethtown est une ville qui existe vraiment, au Kentucky, mais peu de scènes furent réellement tournées là-bas. La plus grande partie du tournage se déroula à Versailles et Louisville, toujours dans le Kentucky. Avec un budget de 45 millions de dollars, le film se rentabilisa avec un peu plus de 50 millions, mais les critiques sont plutôt mitigées. Pour le reste du casting, on retrouve Alec Baldwin, Susan Sarandon, Paul Schneider ou encore Jessica Biel.
Je vous laisse ci-dessous la bande-annonce du film!



Résumé:
Pour Drew, tout allait bien: il avait un travail bien payé et dans lequel il excellait, une petite amie, une belle vie... Et puis tout se casse la figure: sa petite amie le quitte, il rate de façon spectaculaire le lancement de sa nouvelle chaussure de sports et se retrouve au chômage. Un échec tel qu'il décide de mettre fin à ses jours. Mais alors qu'il s'apprête à passer à l'acte, il reçoit un coup de fil qui change tout: son père vient de mourir. Drew doit donc retourner à Elizabethtown, la ville où il a grandit et qu'il évite depuis des années. Sur le chemin, il rencontre Claire, une jeune hôtesse de l'air, avec laquelle il sympathise. Que lui réserve ce retour aux sources? Comment va évoluer sa relation avec Claire? Voudra-t'il toujours se suicider?

De l'échec total...
On peut le dire, le film commence mal. Très mal. Il s'ouvre sur la chute de Drew. Drew était un jeune homme on ne peut plus prometteur: il est jeune, plutôt beau gosse, intelligent, bourré d'idées, bref, à priori rien ne semble pouvoir l'atteindre. Mais comme la vie est faite d'imprévus, notre héros se retrouve à accumuler les catastrophes toutes plus dramatiques les unes que les autres.
Tout d'abord, il plante sa carrière. Drew est designer de chaussures de sports (un métier plutôt original pour un héros de comédie romantique), et il a passé des mois à travailler sur une nouvelle chaussure révolutionnaire, sur laquelle il a misé toute sa carrière. Avec cette chaussure, ça passe ou ça casse: soit ces chaussures sont un succès et font décoller sa carrière, soit elles sont un bide absolu et sa carrière explose en plein vol. Malheureusement, c'est la deuxième option qui se produit: Drew se retrouve à la rue, couvert de honte avec sa chaussure qui ne marche pas. Il est grillé de chez grillé.
Ensuite, il plante sa relation amoureuse. Au début du film, il sort avec Ellen, et ça marche plutôt bien. Enfin jusqu'à ce que son échec au boulot se répercute sur sa relation: Ellen le quitte, et il se retrouve tout seul devant sa loose.
Et la loose ne s'arrête pas là: alors qu'il pensait en finir et qu'il en avait déjà plus que marre, voilà que sa soeur l'appelle. Son père est mort d'une crise cardiaque. Cette mort remet tout en cause: il ne peut pas causer plus de peine à sa famille, et se doit de se rendre à l'enterrement. Un deuil auquel il n'était pas vraiment préparé...

...A la renaissance:
Mais ce voyage à Elizabethtown pourrait se révéler plus enrichissant qu'il n'y parait. Déjà, il rencontre Claire, une pétillante hôtesse de l'air resplendissante, un poil collante mais très attachante. Son caractère enjoué et sa sympathie titillent notre héros qui se retrouve à devenir de plus en plus proche d'elle, malgré le fait qu'il soit toujours en plein déni de la fin de sa relation avec Ellen. Sa rencontre avec Claire peut lui apporter beaucoup, sans qu'il s'en rende compte!
Retourner dans sa ville natale, retrouver sa famille qu'il n'a pas vue depuis longtemps, est un acte qu'il appréhende beaucoup. Elizabethtown est décrite comme une ville un peu plus rurale, opposée à la grande ville où Drew travaille. Il y a une vraie opposition entre le train de vie de notre héros et celui de sa famille, plus axée sur les liens familiaux, l'entraide, ce qui contraste avec la solitude de Drew au début du film, lâché par ses collègues et par sa petite amie à la première difficulté.
Ce retour aux sources est très bien représenté par l'idée du road trip, du voyage que le héros effectue dans le film. Chaque étape (l'avion, l'hôtel, sa famille) lui apporte quelque chose, lui ouvre une nouvelle porte. Une porte vers la quête de soi et vers la renaissance.

Ce que j'ai pensé du film:
Sur les blogs, j'ai déjà partagé avec vous des morceaux de ma nostalgie d'enfance, en vous présentant Pirates des Caraïbes et Spider-Man, deux des licences cinématographiques dont j'étais super fan étant enfant et adolescente. Alors autant vous dire qu'un film réunissant deux stars issues de ces deux licences, c'était un peu le rêve absolu! Néanmoins, quand le film est sorti en 2005, j'avais treize ans, et n'étais pas friande de comédies romantiques. Ce n'est donc que l'an passé que je me suis enfin décidée à regarder ce film dont j'avais beaucoup entendu parler et que j'avais vraiment envie de voir, un peu inquiète cependant en voyant les critiques plutôt mitigées du film. Alors, ça donne quoi? Et bien pour moi Elizabethtown est un film "doudou", que j'ai adoré, et qui fait du bien.

Commençons par l'intrigue. Dès le début, on est plongé dans l'intrigue, et l'action démarre vite. J'ai trouvé que le film était rythmé, il se passe beaucoup de choses, il n'y a pas de temps mort et je ne me suis pas ennuyée une seconde. J'étais même presque surprise en voyant arriver le générique de fin! Ne pas s'ennuyer, c'est déjà bon signe. En plus de ça, j'ai beaucoup aimé l'histoire. J'ai aimé suivre Drew et Claire à travers le film, apprendre à se connaitre personnellement et mutuellement. Le cheminement de Drew est bien raconté et intéressant. Il y a pas mal de retournements de situation, et j'ai trouvé l'histoire plutôt originale avec la chaussure de sports, Elizabethtown, l'enterrement...

Ensuite, j'ai vraiment adoré les personnages, principaux comme secondaires. Drew et Claire sont très attachants, il y a une alchimie visible entre Orlando Bloom et Kirsten Dunst, et j'ai adoré la relation qu'ils tissent à travers le film. Je me suis reconnue dans certaines situations! Les personnages secondaires sont bien aussi, les acteurs sont plutôt convaincants, et contribuent à l'intérêt du film.

J'ai également trouvé le ton du film assez sympathique, dans le sens où tout n'est pas rose. Il y a quand même un aspect assez triste, assez dramatique qui est donné dès le début. Alors certes, la façon de se suicider de Drew est plutôt originale et surprenante, mais ça n'enlève rien au drame qu'est le suicide. On oscille toujours entre humour, fraicheur et une certaine tristesse, qui se poursuit à travers le film avec le deuil et l'enterrement du père de Drew.

Plusieurs thématiques intéressantes sont abordées: la difficile concurrence du monde du travail, la superficialité, la famille, le voyage... Tous ces éléments enrichissent le film et y apportent beaucoup.

Alors après, bien sûr, Elizabethtown n'est pas sans défaut: on peut lui reprocher une fin un peu prévisible, assez classique dans les comédies romantiques, ou des situations un peu trop improbables qui nous sortent du film, mais d'un autre côté, ça reste un film agréable à regarder, et parmi toutes les comédies romantiques que j'ai vues dans ma vie, celle-ci est probablement l'une des meilleures. C'est vraiment un film avec lequel j'ai passé un bon moment, avec lequel je me suis sentie bien, et que je peux regarder sous la couette pour me détendre ou passer une bonne soirée sans problème. Et rien que pour ça, j'apprécie ce film.

Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui, j'espère que cette chronique vous plait, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire! Le dernier article du mois sera consacré à Coule la Seine, un recueil de Fred Vargas que j'ai lu pour le Challenge Les Dames en Noir. En attendant prenez soin de vous et lisez beaucoup!

AnGee Ersatz*



10 commentaires:

  1. Merci pour cette agréable chronique. Je n'ai pas vu le film, mais j'ai au moins passé un chouette moment à te lire ;)

    RépondreSupprimer
  2. Oh lala ! Je l'ai vu mais avant de relire le synopsis, je n'avais plus aucun souvenir ! ;) Il faudrait que je le regarde à nouveau pour que je puisse me "refaire" une idée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aha oui ça peut-être le genre de film qu'on oublie!

      Supprimer
  3. Personnellement, je n'avais pas du tout aimé ce film

    RépondreSupprimer
  4. J'ai vu un ou deux films avec elle, il faudrait que je m'y intéresse d'un peu plus près !

    RépondreSupprimer
  5. J'apprécie bien ce film aussi pour son côté sympathique. Certes il y a des défauts mais on passe un bon moment (et j'aime bien le côté road movie :D)
    En passant, j'adhère totalement à ta nouvelle déco (Shakespeare in love <3 )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord avec toi :) Merci!!! C'est pour le mois Shakespeare qui arrive :)

      Supprimer

Si vous avez aimé...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...